[Fic commune partie 2] Vous atterrissez comme un plouc à Gensokyo...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Fic commune partie 2] Vous atterrissez comme un plouc à Gensokyo...

Message par Akiro le Mar 03 Avr 2012, 1:12 am

Ouh là, ça faisait un bail pas vrai ? XD (plus d'un an ! °_°)

J'en vois certains faire : "ouah, ça date !" et d'autres "hein, c'est quoi ce truc ? Owo", alors pour récapituler : Vous atterissez comme un plouc à Gensokyo... (superbe nom s'il en est) est une fanfic communautaire : je rédige pour vous la fanfic en fonction de vos choix tout en respectant une trame narrative définie (mais très libre rassurez vous).
A chaque post je vous propose en effet plusieurs solutions/actions/paroles. Rendez-vous alors dans le topic des votes qui se trouve ici pour faire deux choix parmi ceux de la liste proposée (un des résultats peut être inventé).
Pour discuter de la fic c'est également dans ce topic que vous vous rendrez, ce post-ci étant locké et réservé à la rédaction pour une meilleure lisibilité.

Pour la première partie de la fanfic rendez-vous ICI.

Avant de vous donner la suite de cette fanfic ou vous êtes le héros l'héroïne, voici un (bref) résumé de ce qu'il s'est passé depuis le début de l'histoire, pour rappel et ceux qui n'étaient pas là il y a encore un an de cela (mais le mieux c'est de (re)lire l'original en plus) :

Résumé des épisodes précédents (insert a random jingle here)

Vous venez de remporter le championnat du monde de danmaku. (vous êtes une fille, ça a été voté)

Dans votre hôtel, une certaine Maribel (en fait Yukari mais vous l'ignorez) vient vous proposer de la rejoindre pour une expérience unique.
Vous acceptez, emportant avec vous votre trophée de tournoi.
Après vous avoir laissée dans une zone inconnue, Maribel vous remet un paquet et vous donne rendez-vous dans une semaine. D'ici là vous devez vous habituer aux coutumes locales du monde dans lequel vous allez à présent vivre.
Maribel avant de partir avec une jeune fille lui ressemblant sous le bras vous laisse le choix de votre destination dans le vaste monde de Gensokyo.
Vous décidez de visiter ce qui ressemble à la cale d'un bateau.

Pour "plaisanter" Maribel vous joue alors un tour : une trappe s'ouvre et vous voilà tombant en chute libre dans le ciel. Le sac s'ouvre mais vous ne parvenez à utiliser aucun objet.
Le sac contient :
Une espèce de soucoupe volante rouge Un objet de fonction inconnue de forme hexagonale, un portable (ou quelque chose qui y ressemble, pas de réseau lorsque vous tentez d'appeler), une miche de pain ainsi qu'une gourde apparemment remplie d'eau.

Heureusement pour vous, une certaine Nazrin vous sauve et vous dépose sur le pont du bateau. Vous lui offrez votre fromage.
Vous vous reposez. Le soir, vous apercevez des explosions colorées au loin et récupérez d'une de ces explosions une clé en forme d'étoile que vous conservez.

Le lendemain vous faites la rencontre d'Ichirin Kumoi et d'Unzan. Après avoir récuré le spardec faute d'autre occupation, vous êtes invitée à diner. Vous faites la rencontre du reste de l'équipage et entendez parler d'une certaine Hijiri.
Ichirin vous explique que les filles de ce monde savent presque toutes voler et qu'il existe un système de danmaku pour réguler les conflits (vous pensez encore alors que le fameux danmaku ne consiste qu'en des parties de jeux vidéo du même nom).
Le capitaine Murasa ne vous promet rien mais va tenter de vous "déposer" au village humain dans les jours qui viennent.

Une fois le repas terminé vous vous servez du téléphone portable du sac que vous a offert Maribel pour appeler Nitori sup.technique qui vous confirme que vous pouvez appeler entre les mondes avec ce téléphone. Vous appelez vos proches mais personne ne se souvient de vous : votre existence a disparu de votre monde d'origine.

Un peu abattue vous montez à la vigie. Vous y rencontrez une jeune femme aux longs cheveux vous informant que quelqu'un est en train de voler vos affaires sur le pont et de s'enfuir du bateau. En bas, Nazrin vous crie de descendre car Murasa compte vous déposer au sanctuaire Moriya dans quelques instants.
Remontée contre le voleur vous demandez à la jeune femme de l'aide pour la poursuivre. Celle-ci vous offre un ovni bleu et vous explique comment vous en servir (vous en possédez déjà un rouge mais ne savez pas vous en servir).

Une fois lancée à la poursuite de votre délinquante, vous parvenez à maîtriser l'ovni pour voler et la rejoindre. Elle refuse de vous rendre vos affaires et vous attaque. (il s'agit de Tenshi)

Heureusement, grâce à vos réflexes au danmaku et une diversion de Kogasa vous parvenez à récupérer vos affaires. Vous essayez de fuir et de retrouver le bateau, mais Tenshi vous rattrape et se prépare à vous découper en deux de son épée.
Son attaque échoue grâce à la protection inespérée de l'ovni rouge, et votre rage est telle que l'hexaèdre se déclenche de lui-même et envoi un puissant rayon de lumière contre Tenshi. L'effort fait que vous vous évanouissez.

Vous vous réveillez entourée de tengu vous assaillant de questions. Vous rencontrez Momiji qui les fait sortir de la pièce. Votre dos est en compote.

La chef de la tribu, lord Tenma entre alors dans la pièce et vous explique que les tengu vous ont recueillie après que vous soyez tombée du ciel. L'ovni rouge a amorti votre chute, mais vous vous êtes quand même fait mal.
Vous lui expliquez que vos intentions ne sont nullement négatives ou agressives, et Tenma est d'accord pour que vous restiez dans le village le temps de votre rétablissement, ainsi que vous expliquer comment se servir du danmaku lorsqu'elle en aura le temps.

Une fois sortie, Hatate qui s'était cachée dans votre chambre vous harcèle de questions : elle ne vous fait pas confiance.
Vous êtes trop fatiguée pour lui répondre et vous vous endormez. Le lendemain vous êtes étrangement en pleine forme et décidez de sortir de la hutte.

Autour de vous vous devinez les tengu à l'affût, et Hatate vous propose une diversion pour que vous la rejoignez....



Dernière édition par Akiro le Mar 03 Avr 2012, 5:33 am, édité 2 fois

_________________
Ex admin chiante et survoltée de TF. Ayafag n°1 since 4 years. Toussa, toussa...

Akiro
Tengu Hime
Tengu Hime

Messages : 629
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 104
Localisation : Ici et là-bas, partout et ailleurs...

Profil Joueur
 : TH13 - TD TH13 - TD
Niveau: Normal
Score: (non communiqué)

http://swifer-chan.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic commune partie 2] Vous atterrissez comme un plouc à Gensokyo...

Message par Akiro le Mar 03 Avr 2012, 4:11 am

Une diversion ?
Pourquoi pas après tout.

-Allez-y chuchotez-vous à Hatate.

Sortant d'on-ne-sais-où, la tengu aux longues couettes s’adressa alors à la cantonade, tout sourire :
"Mesdemoiselles, pourquoi vous cacher ? Notre invitée a accepté de répondre à toutes vos questions, et en guise de bonne foi voici une petite danse autochtone pour vous remercier de votre accueil !"
*PARDON ?!*
Qui était sensé faire diversion déjà...? Voyant le regard insistant de Hatate et les appareils photos brandis de ses collègues vous soupirez en votre for intérieur.
*Bon aller, ça ne me fera pas de mal de me dégourdir un peu....*
Vous commencez alors à vous déhancher en chantant sur un air de para para (vous êtes geek, ce n'est pas comme si vous fréquentiez les pistes en dansant la tecktonik tous les soirs...). Vous devez avoir l'air franchement ridicule, mais cela semble apparemment beaucoup plaire à votre public. Les flashs fusent, les acclamations résonnent dans la clairière. Vous vous doutez fortement de ce qui va faire la une des journaux du lendemain...

Hatate qui s'était éclipsée un instant revient et parvient tant bien que mal à se frayer un chemin jusqu'à vous.

J'ai horreur de faire ça...maugrée t-elle à voix basse pour que vous seule l'entendiez avant de reprendre la parole devant les autres :
-Et maintenant si vous le voulez bien, laissons notre invitée reprendre des forces et admirez plutôt ceci : des photos exclusives du monde extérieur qu'elle vient de nous remmener. Éditions limités, tirage unique, il n'y en aura pas pour tout le monde !
Vous remettant petit à petit des flashs éblouissants, vous confirmez rapidement pour rajouter du crédit à ses paroles :
-J'ajoute que d'autres photos et témoignages ont été déposées au temple Mori...Morina ? avant mon arrivée, c'est avec plaisir que je vous les offre en remerciement !

Marée tengu sur Hatate, les plus pressées s'envolant rapidement en direction du flanc de la montagne. Vérifiant que Hatate ne vous regarde pas vous foncez alors en direction du village en vous félicitant : vous ne vous souveniez plus du nom, mais apparemment les tengu avaient compris le lieu que vous leur aviez désigné. La voie est libre.

Arrivant essoufflée au village vous êtes abasourdie par la beauté des lieux.
Suspendus entre les arbres, des résidences complètes et de nombreux ponts décorés avec talent dans un art traditionnel simple mais élégant.
Quelques plateformes et surtout un gigantesque escalier en colimaçon s'élevant jusqu'à la plus haute cime des arbres.

*On dirait un village d'elfes, les poneys en moins.* songez-vous distraitement en évitant un homme en yukata portant une pile impressionnante de paperasse.

Vous aimeriez retrouver Lord Tenma, aussi vous adressez-vous à un passant lui aussi chargé comme une mule :

-E...excusez-moi ?
L'autre vous aperçoit entre deux classeurs, commence à ouvrir a bouche pour rétorquer mais en jetant un coup d'oeil à votre tête laisse échapper un "oh" de surprise.
Avisant un petit déplacement de côté pour ne pas vous percuter il vous demande de le suivre un peu à l'écart. Il dépose alors sa pile sur une planche surélevée.

-Vous êtes en plein milieu du passage étrangère, que voulez-vous ? demande t-il alors d'un ton mi-agacé, mi-intrigué.
-Je...je voudrais voir Lord Tenma s'il vous plait...
-L...Lord Tenma ?! répond-il en manquant de s'étrangler de rire. Lord Tenma, mais tout le monde voudrait la voir ! Si vous pensez pouvoir décrocher un rendez-vous avant au moins un mois...
-Un mois ? Mais je n'ai pas le temps...Et puis, elle m'a dit être d'accord pour m'enseigner les bases du danmaku. Faites-vous d'un air dépité.
-Ahah, vraiment ? Si j'étais vous je laisserais tomber...Bon, c'est pas tout ça mais, un Yamabushi Tengu a toujours du travaill, je dois y retourner !
Il reprend sa pile et, voyant votre mine déconfite ajoute, en un sourire compatissant :

-Pour ce qui est danmaku essayez avec les Hakurou.
-Les Hakurou ?
-Les forces de défense. Leur guilde se trouve là-bas, vous voyez ? Bon, maintenant je vous souhaite bon courage, je dois vraiment y aller si je ne veux pas me faire taper sur les doigts.
-Merci beaucoup !

Vous tournez donc les talons et vous apprêtez à vous rendre vers la guilde lorsque le tengu vous lance par dessus l'épaule :
-Demandez-leur de prendre une douche et de changer de tenue, vous faites vraiment peine à voir.
Vous regardez votre pyjama couvert de taches de boue et arraché par endroits.
-En effet, ce n'est pas très glorieux...Et je meurs de chaud.
Vous le saluez avant de partir.

Il vous faut plusieurs minutes pour parvenir jusqu'au bâtiment indiqué. L'escalier, contrairement à ce qu'il pouvait laisser paraitre est en assez piteux état. Les tengu, de par leur force et leur agilité passent allègrement au dessus des trous parfois distants de plusieurs mètres entre les marches. Pour vous qui ne pouvez ni sauter aussi loin, ni léviter sans attirer l'attention avec votre ovni, vous vous efforcez de passer ces crevasses en vous agrippant aux arbres environnants. Plusieurs fois vous manquez de glisser, mais avec de la persévérance et de la patience vous parvenez enfin à rejoindre la guilde.

En entrant dans le hall, vous sentez l'odeur du cuir tanné et des peaux de bêtes séchant à l'air libre. L'odeur est assez forte, vous vous adressez à une personne semblant tenir la garde. Il s'agit d'une tengu de grande taille, oreilles de louve noire et large sabre au dos. L'oeil vif et l'air sévère, elle semble vous fixer du regard depuis votre arrivée.
Avant même de dire quoi que ce soit elle vous devance en s'inclinant légèrement :

-Bonjour, je me nomme Asayake, en charge de la protection de la guilde des Hakurou. Vous avez déjà croisé ma collègue Inubashiri si je ne m'abuse.
-Momiji-san ?
faites-vous encore un peu surprise.
-Tout à fait. J'ai reçu ordre de vous enseigner la maîtrise du danmaku en l'absence de Lord Tenma. Je ne vous cache pas qu'en moins d'une semaine cela va se révéler extrêmement difficile si ce n'est impossible. Je tenterai néanmoins de m'acquitter de cette tâche de mon mieux et j'exige de vous une coopération et une obéissance des plus totale. Nous irons au principal, beaucoup d'okatengu ne disposent d'aucun don pour le danmaku, et j'en ai aidé un nombre incalculable à ce jour avec des résultats plus que positifs. Mais en une semaine...Nous aviserons. A présent allez vous changer et vous préparer je vous attends en salle d'entraînement dehors. Vous avez trente minutes. Oh et j'oubliais, vous êtes sous ma responsabilité, si l'on vous demande votre nom de guilde répondez Rakka, c'est votre nom d’apprentie. A tout de suite.

Et l'ôkatengu de se diriger vers la sortie, vous laissant comme deux ronds de flan.
-Okay, ça au moins ça a le mérite d'être clair....

En vous renseignant vous parvenez à trouver les salles destinées à la toilette.

-Rakka ? "Celle qui a chuté" ? demande amusée une ôka tengu rousse en train d'enfiler son sarashi. Pour sûr que ça te va bien. Les tenues de rechange se trouvent dans cette étagère, à moins que tu ne veuilles t'entraîner en serviette.
Vous remerciez votre interlocutrice et fouillez dans les piles de vêtements alignées. Vous optez pour un hakama court et une tunique prêt du corps ainsi qu'une paire de sandales plates. (vous vous demandez vraiment comment les tengu parviennent à rester en équilibre sur leurs getta haut perchées) Lorsque vous demandez où trouver les chapeaux dont toute la population semble être pourvue, l'ôka tengu rousse vous répond avec consternation que vous n'êtes pas de la tribu, et que de ce fait il vous est interdit de porter un tokin. Soit.

Vous rejoignez finalement Asayake qui vous attend près d'un imposant rocher.
-Tu es prête ?
-Un instant.

Vous déposez vos affaires près du rocher en veillant bien à ce qu'il reste à portée de vue.
-Je suis prête.
-Bien, maintenant montre moi ce que tu sais faire.

Vous avez une hésitation.
-Comment cela ?
-Commençons pas le plus simple, sais-tu voler ?
-Pas...vraiment de façon traditionnelle.
-Montre moi.


Vous allez chercher dans votre sac le petit ovni bleu. Deux coups sur la coque et l'objet non identifié décuple sa taille pour vous permettre de l'enfourcher. Asayake ne sourcille pas lorsque vous la rejoignez à califourchon dessus. Elle s'élance alors à quelques mètres du sol et vous fait effectuer quelques figures de base pour tester votre dextérité que vous reproduisez sans le moindre soucis.
-Ce n'est pas très élégant et je dois m'agripper mais...
-Sans les mains.
-Je vous demande pardon ?
-Sans les mains. Tiens en équilibre sans te tenir.


Vous essayez et manquez de tomber à plusieurs reprises. Après quelques heures d'entrainement vous maîtrisez un peu mieux les figures imposées.

-Ce sera à travailler. fait votre sensei avant de redescendre, vous à sa suite. Maintenant, montre moi ton danmaku de base.
-Mon...?
-Qu'est-ce que tu es venu travailler rappelle-moi ?
-Mais c'est que...je n'ai jamais....
-Je vois.

Presque honteuse, vous baissez les yeux, toujours en équilibre près du sol sur votre ovni.
-En es-tu seulement capable ou est-ce que je vais perdre une semaine de mon temps pour simplement t'apprendre à faire des acrobaties aériennes ?
-Je...Je n'ai jamais essayé et je ne sais pas comment faire, encore moins si j'en suis capable. Mais je suis prête à tout pour y arriver !
décrétez-vous avec détermination.

-Faisons donc un test pour le savoir poursuivit Asayake en s'approchant de vous. Tu vois ce bandage ? Fait-elle en détachant un des bandages serrés autour de son poing droit. Elle l'accrocha à l'embout de son épée encore dans son dos de sorte à ce que la bande de tissu flotte au vent.
Maintenant essaye de le toucher. Je vais t'attaquer à un rythme soutenu, esquive comme tout à l'heure et essaye de le détruire sans le toucher physiquement pendant ce temps. Tu as une heure. C'est compris ?

Vous acquiescez. Vous le sentez mal mais vous acquiescez. Après tout vous avez signé pour ça. Plus déterminée que jamais vous vous élevez rapidement de nouveau dans les airs, en vous concentrant pour rester en équilibre sans utiliser vos mains.

Et l'enfer de bullets commença.

Vous esquivez plus difficilement de par votre position, mais vous tenez bon. Asayake qui avait commencé avec des patterns simples pour vous habituer accélère bientôt le rythme. Cela devient difficile de vous concentrer pour les retenir et les éviter, malgré le côté répétitif des patterns.
Vous devez agir avant que la situation ne devienne vraiment difficile.

Vous essayez de rester calme et de vous concentrer. Votre sac resté très loin au sol vous confirme qu'au moindre impact, l'UFO rouge ne sera pas là pour vous faire atterrir en douceur.
Contre-attaquer...Vous vous souvenez des paroles de la jeune femme en haut de la vigie :


Flashback a écrit:"Tu sais, pour voler il suffit juste de ne pas te poser de question et de te concentrer uniquement sur ton objectif."
"Ça n'a pas marché la dernière fois."
"Ça, c'est parce que tu n'avais rien à protéger."

Protéger...protéger quoi ?
Vous n'avez plus personne sur qui vous reposer...Vous n'existez même plus dans votre propre monde...

Le trophée.
Tout ce qu'il vous reste c'est votre fierté, celle de l'avoir remporté. Et ça, c'était un trésor inestimable.


*Je dois protéger ce don, je dois protéger mes propres capacités. Si je perdais un bras il me serrais alors impossible de jouer de nouveau. C'est ça ! Tout ce que j'ai à protéger c'est simplement moi-même !*

Vous sentez en vous comme une lueur d'espoir.

*Maintenant, mon objectif, le bandage...*
Vous tendez le bras. Ce n'est même pas la peine de songer à l'atteindre physiquement, une barrière de bullets protège Asayake de toute agression physique.
Les patterns se densifient...vous êtes en danger.
Une bullet évitée de justesse, vos jetez un dernier regard au sac en contrebas.


*Je dois me battre.
Mais comment ?*


Vous en êtes capable, au fond de vous vous le savez. C'est votre dernière chance. Une ouverture dans la garde de votre professeur, attaquez maintenant ou jamais.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

Pouvez-vous faire du danmaku ? => un choix parmi :

[X] Oui
[ ] Non

Si oui...Quelle en est l'essence ? (même poussée à des utilisations infimes) => deux choix parmi :

[X] Pouvoir de la gravité (rapport au fait qu'elle soit tombée sans jamais en mourir) : imposer ou retirer des effets de gravité à certaines zones en fonction de la puissance du pouvoir
[ ] Pouvoir du métal (l'élément, rapport à sa maîtrise des UFO notamment) : usage et création variée de ce qui est métallique
[ ] Pouvoir des technologies (rapport au fait qu'elle vienne du monde extérieur) : importation et création de tout système mécanique ou plus avancé technologiquement parlant que la technologie à Gensokyo.
[ ] Pouvoir des protéines (rapport au fait qu'elle aime le steak 8D) : invocation animale de tout ce qui peut être transformé en protéines et comestible pour l'être humain.
[ ] Pouvoir des jeux vidéos (rapport à son trophée en danmaku) : pas besoin de vous faire un dessin 8D
[ ] Autre (proposez)

Si non...Que comptez-vous faire ? => deux choix parmi :


[ ] Profiter de la brèche pour tenter d'attraper à main nues le bandage
[ ] Fuir
[ ] Demander au professeur d'arrêter
[ ] Aller chercher ses affaires pour s'aider
[ ] Autre (proposez)

_________________
Ex admin chiante et survoltée de TF. Ayafag n°1 since 4 years. Toussa, toussa...

Akiro
Tengu Hime
Tengu Hime

Messages : 629
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 104
Localisation : Ici et là-bas, partout et ailleurs...

Profil Joueur
 : TH13 - TD TH13 - TD
Niveau: Normal
Score: (non communiqué)

http://swifer-chan.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic commune partie 2] Vous atterrissez comme un plouc à Gensokyo...

Message par Akiro le Mar 10 Avr 2012, 3:59 am

Vous décidez de passer outre l'interdiction de votre professeur et foncez dans la brèche pour récupérer le bandage à mains nues.
Vous évitez un rideau de bullets relativement éparpillé et Asayake, occupée par une salve un peu trop désaxée par rapport à vous ne parvient pas à rediriger son tir à temps. Plus que quelques mètres...
Vous tendez la main, mais à cet instant précis une bullet perdue vous frôle l'épaule et vous fait basculer de votre ufo tête en bas. Vous perdez l'équilibre, sentez vos jambes lâcher prise et...

STOP !
Pas le temps de tomber. Non vraiment, ça commence à bien faire.

Par un artifice auquel vous ne prêtez pas attention vous vous retrouvez d'un seul coup comme aimantée à votre UFO, toujours la tête en bas.
Vous ne perdez pas pour autant votre cible de vue : ignorant le fait qu'étrangement vous ne tombiez pas, en un clignement d'oeil vous voilà sur le flanc droit de l'ôkatengu. Celle-ci, en dernier recours sort d'instinct la large lame lui barrant encore le dos et effectue une rotation sur elle-même, coupant littéralement en deux votre ufo duquel vous vous détachez d'instinct.
Le bandage virevoltant au bout de l'épée, vous ne le perdez pas de vue et à l'instant précis où Asayake entame une deuxième rotation à une vitesse impressionnante, vous tendez de nouveau le bras et agrippez par chance la cheville de votre sensei.
Celle-ci pousse un cri de surprise et vous voilà toutes les deux à chuter vers le sol, comme enchaînées à une ancre de marine.
Vous profitez de l'effet de surprise pour agripper le manche de l'épée. Cela faisant vous lâchez immédiatement la tengu et celle-ci s'immobilise alors dans les airs, comme délestée de son poids.

Avisant le sol, vous inspirez profondément, ne lâchez pas prise et concentrez votre attention vers votre professeur restée au dessus de vous, encore un peu sonnée.

Le choc s'avère moins amorti que prévu. Rebond une fois, deux fois...au troisième choc vous sentez le sol se dérober en dessous de vous et s'enfoncer d'au moins un mètre tout autour de votre corps.
Immobilisée, vos membres ne répondent plus mais vous restez pleinement consciente de ce qui vous entoure.

Après quelques minutes à contempler ainsi le ciel bleu dépourvu de nuages, la tête vidée de toute forme de pensée, le visage de votre professeur vous sort de vos rêveries.
Elle vous dégage du trou et vous dépose contre le rocher où se trouvent vos affaires.
L'air impassible, elle retire l'épée de votre main et la remet dans son fourreau avant de se détourner.


-Félicitations, au final je pense qu'une semaine sera tout à fait suffisante pour te perfectionner.

Vous jetez un coup d'oeil à votre main droite : fixée comme il l'était sur sa propriétaire d'origine, le bandage vous enserre le poing, une partie flottant délicatement dans la brise.
Vous souriez et à cet instant précis un petit "cling" dans votre sac attire votre attention. Vous voyez le trophée sortir de lui-même et se rapprocher pour finalement se loger dans votre main gauche.


-C'est bon Maribel, je pense avoir pigé les coutumes du coin...soufflez-vous avant de vous accorder une petite sieste bien méritée.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Vous vous éveillez à la tombée du jour, sentant votre ventre grommeler. Frissonnante, vous rassemblez vos affaires et retournez au village tengu.
Arrivée à la guilde vous croisez une tengu vous indiquant la chambre que vient de vous réserver Asayake jusqu'à la fin de la semaine. Arrivée dans ladite chambre vous découvrez le règlement de la guilde et les horaires des douches, repas et autres commodités à disposition de ses membres.
Vous remerciez votre interlocutrice et vous accordez une douche avant de prendre la direction du réfectoire.

Situé au rez-de-chaussée (votre chambre est au deuxième étage) il s'agit d'une pièce relativement spacieuse comprenant cinq longues tables de bois brut. Les heures d'ouverture étant relativement restreintes, la salle était remplie de tengu attablées, échangeant divers propos dans une ambiance relativement calme.
Vous ne voyez pas votre sensei mais apercevez l'ôkatengu rousse croisée un peu plus tôt dans les vestiaires à l'extrémité d'une des tables. Vous la rejoignez et demandez si la place près d'elle est libre .


-Tiens Rakka ! Vas-y installe-toi, ma collègue a fini de manger depuis un moment elle ne reviendra pas.
Vous prenez donc place et saisissez quelques tranches de rosbif ou ce qui y ressemble. Le goût est étrange, mais pas mauvais.
-C'est toi qui a provoqué toute cette pagaille parmi les karasu ? vous chuchote votre voisine à l'oreille. Oh tu sais, c'est pas difficile, ce piafs s’excitent pour un rien...
-Akami, au lieu de faire comme eux à comploter des messes basses, passe-moi le ragoût ! lui lance une tengu louve brune en face d'elle.
-Et le poivre ! répliqua une seconde
-Et le pain ! compléta une troisième

L’intéressée de rire avant de faire les présentations :
-La blasée à gauche c'est Sôjôko, celle au milieu avec du brocolis entre les dents c'est Hazuki et la ptite dernière Kazumi. On fait toutes les quatre parties du cinquième corps de patrouille Nord-Ouest de la montagne.
-Enchantée.

Kazumi de protester :
-Hey je ne suis plus la petite dernière comme tu dis, même si Rakka est spéciale je suis quand même plus vieille qu'elle !
-"Spéciale"...
vous souriez en votre for intérieur. Même dans votre monde d'origine, on vous a toujours considérée comme spéciale.
Rakka vous agrippe par l'épaule et houspille sa cadette :

-Kazu-chan pas de discrimination envers Rakka ! Elle fait partie de la guilde tout comme nous après tout. Comme Hazuki elle n'est pas originaire du village, pourtant on s'entend très bien avec elle pas vrai ?
Hazuki d'acquiescer en retirant les morceaux de brocolis avec application.
-Surtout ne prête pas attention à ceux qui jasent sur toi, vous fait Sôjôko l'air posé. Ici dans la guilde nous n'allons pas te poser de questions embarrassantes. Tant que tu fais ce que tu as à faire, tu seras toujours un membre de la famille.
-Je vous remercie.
-Tiens Akemi, attrape !

Sans crier gare, une tengu non loin de vous projette la carafe de vin vers Akemi mais par maladresse l'envoie dans votre direction. Vous esquivez de justesse. Prise de panique tentez de la rattraper. Vous fermez les yeux, imaginant tout le contenu renversé sur votre sac à vos côtés qui ne vous a pas quitté.
Votre main frôle la anse...qui s'immobilise.
Lorsque vous ouvrez les yeux, la carafe est en suspension à trente centimètres de votre sac. Flottant dans les airs, des gouttes du liquide écarlate s'assemblent et se divisent lentement.


-Alors toi !
Akami bondit de sa chaise et donne une gifle retentissante à la tengu téméraire. Celle-ci hausse les épaules et sort de la salle après avoir échangé quelques mots acerbes avec votre voisine.
Dans la salle personne ne semble s'intéresser à la scène.

-C'est une rivale d'Akemi précise Hazuki en soupirant, n'y prête pas attention.

-N'empêche...j'adore ton pouvoir ! s'exclame la petite Kazumi très intéressée.
Vous retirez vivement vos affaires avant que la carafe ne retombe, libérée de votre emprise.

-Je viens tout juste de le découvrir, il va me falloir du temps pour le maîtriser.
-Moi mon truc c'est le contrôle du métal ! s'exclame Hazuki qui pour démonstration plie à distance votre petite cuillère en deux.
-Très...impressionnant. faites vous dans un sourire sincère.
-Hahah, tu as vu comment elle se moque de toi Hazu ! rit Kazumi en lui donnant un coup de coude.
-Oh ça va hein...
-Et vous, Kazumi-san, Sôjôko-san, quels sont vos pouvoirs ?
demandez-vous par curiosité.
-Kazu pratique le danmaku tranchants et Sôjôko effraie les adversaires en lançant des cris terrifiants. Quand à moi...
-Akami s'occupe des vestiaires,
la coupa Sôjôko que le mot "terrifiant" semblait avoir vexé.
-Sôjô !
Vous riez avec vos compagnes de table, et terminez votre assiette lorsque vous apercevez votre sensei entrer dans la salle, l'air grave.
A sa suite, un tengu semblable au fonctionnaire que vous avez croisé le matin. Celui-ci consulte ses notes frénétiquement.


-Mesdemoiselles, votre attention s'il vous plait annonce Asayake, entraînant un silence complet dans la salle.
-Je suis dans le regret de vous annoncer que deux des nôtres ainsi que cinq karasu tengu ont été capturées et neutralisées par les forces oni. Vous n'êtes pas sans connaitre les rumeurs selon lesquelles ces démons seraient remontés à la surface pour d'obscures raisons. Leurs chefs ont délibérément refusé le débat. De par cette action ils ont ouvertement déclaré la guerre à notre peuple, c'est pourquoi nos supérieur font appel à nos forces afin de rétablir la situation. C'est pourquoi, je demanderai aux patrouilles Nord et Sud de se rassembler dans le hall et d'être prêtes dans une heure. Les autres regagnez vos chambres et attendez les instructions, toute autorisation de sortie est levée jusqu'à nouvel ordre.
Me suis-je bien faite comprendre ?


Réponse unanime des troupes.

Akami et les autres acquiescent avant de se lever. Vous restez seule un instant avant de suivre la foule des tengu non assignées.
Dans le couloir, Akami vous attrape par le bras et vous entraine dans un coin de la pièce :

-Prends ma place.
-Je te demande pardon ?
-S'il te plait. Tu peux y arriver. Les supérieurs ne nous connaissent pas personnellement et Asayake-sensei ne s'occupe pas de notre groupe. J'ai prévenu les filles elles sont prêtes à te couvrir en cas de besoin.
-Mais, Akami...
-Je t'en prie, je suis morte de peur. Je suis prête à te donner mon uniforme et mes affaires contre ta place. Ils disent que les patrouilles est, ouest et les extra n'auront qu'à surveiller le village et ses tours de guet. Nous on nous envoie rechercher les otages...
-Akami, je n'ai pratiquement jamais combattu sérieusement, demande à quelqu'un d'autre je ne suis pas assez entraînée pour...
-Ca n'a rien à voir avec de l'entraînement ! Quand je dis que tu peux me remplacer, je suis sérieuse. Je vais t'avouer un truc, en dehors du maniement de l'arc je n'ai strictement aucun pouvoir. Sôjôko ne plaisantait pas, je m'occupe des vestiaires et mon rôle au sein de la patrouille est quasi nul. Je t'en supplie, les oni ont tué ma famille, je suis tétanisée à l'idée de les infiltrer...La mission ne durera que deux jours si tout se passe bien, une fois rentrée on échange de nouveau ni vu ni connu.

Vous hésitez.
-Mais...je...
-Je t'ai vu te battre contre Asayake-sensei, tu as un niveau bien supérieur à pas mal de membres de la patrouille. Vraiment. Tout ce qu'on te demande c'est d'aider à récupérer les otages...

Akami vous prend les mains, l'air éploré :
-Le temps presse...Rakka je t'en prie...!

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Elle semble aux larmes, que décidez vous ?

[ ] Prendre la place de Akami
[ ] Refuser de prendre sa place
[ ] Suivre le groupe en cachette et à distance
[ ] Demander à rejoindre le groupe
[X] Vous infiltrer dans le groupe en incitant Akemi à participer aussi
[ ] Vous enfuir
[ ] Parler au fonctionnaire pour en savoir plus sur la mission
[ ] Partir seule à la rescousse des otages
[ ] Faire la cuisine
[ ] Sortir prendre l'air
[ ] Autre (précisez)

_________________
Ex admin chiante et survoltée de TF. Ayafag n°1 since 4 years. Toussa, toussa...

Akiro
Tengu Hime
Tengu Hime

Messages : 629
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 104
Localisation : Ici et là-bas, partout et ailleurs...

Profil Joueur
 : TH13 - TD TH13 - TD
Niveau: Normal
Score: (non communiqué)

http://swifer-chan.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic commune partie 2] Vous atterrissez comme un plouc à Gensokyo...

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:07 am


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum