Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Page 12 sur 14 Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Great-Sakuya-mangaka le Lun 02 Juil 2012, 3:01 am

bon voila ma présentation de mon oc a qui j'espere vous conviendra

Nom Kaneyuki ;
Spoiler:
au debut jai mis kaneyuki car cela voulai dire glace d'argent mais jai pas remarque que cet pas argent le metal(gin) mais argent la monnaie (okane)
Prénom Raphaël ;
Titre Le faux Vampire;
Age 27 ans humain ;
Espèce;50% yuki onna 25% humain 25%???(youkai non identifié)
Spoiler:

Physique;
elle a les yeux couleur Améthyste en homme et jaunes en femme Âpres son adolescence elle est atteinte d'une maladie qui transforme ses os en titane et vu que ses os ne produise plus de cellules elle régulièrement besoin de sang pour remplacer ses cellules mortes

Caractère Calme et introverti elle rougit facilement (surtout quand on fait des avances ) mais a tendance a être distrait rapidement ,elle a la critique sévère et elle évite le conflit a cause de sa maladie elle n’apprécie guère les magiciennes ;

Relations; Nue Houjuu : baby-sitter
Flandre : ressemble a sa sœur mais elle n a vu que des photos (il a bien des photos dans le manoir écarlate ?)
il est amoureux de sayuka

Biographie;
Pour info cela se passe après touhou 12 où MARISA OU REIMU re scelle nue Houjuu
elle a apparu a gensokyo grâce a NUE (au qui elle la sauve en sortant de son seaux du monde extérieur ) nue lui conseille de se transformer en femme pour passez inaperçu
sauf qu'elle connait ni la langue ni culture de monde donc elle voyage avec la compagnie de nue pour la protéger (des heros de touhou ) et en apprendre plus sur ce monde.


Arme(s);Pistolet BERGMAN V3

un pistolet coup par coup modifié capable de tirer une glace très dense qui (perfore l'acier ) seul Melling peut arrêter cette balle du poing
après chaque tir le pistolet doit être recharger

AUG A 2 modifié

Fusil d’assaut qui tire 35 balles de glace qui perfore la chair ces balles transmet le poison "kisuyuki" peut etre arreté par une simple couverture épaisse

Habilité(s); dans 95% du temps il sera en mode féminine pour plus se fondre dans la masse et pourvoir utilise sa magie(qu'elle déteste l' utiliser) .elle maitrise la glace et le vent et connait beaucoup le corps humain et maitrise le renfoncement quelle utilise a longueur de journée pour combattre sa maladie

Occupation;joue au foot et rend service au gens si ils se montre amicaux(surtout aux vieux)

Localisation;Pas vraiment défini elle habite soit dans la foret de la magie soit dans les environs du manoir écarlate et on le trouve souvent dans le village des humains

Stage;
Stage thème;
Thème;Retrospective kyoto

[b]Spell Cards passive (peut être utilise par la forme masculine ou féminine )
résistance au froid :-30° en homme -300° en femme
Body alter : second strike
technique qui consiste a modifier son corps pour le rendre plus vif plus fort

wind alter :pass-out
crée une zone ou l'air et le son ne passe plus

kisuyuki
Etat dans le quel ou raphael a prend contrôle du système sanguin de la victime ( la victime doit préalablement avoir un contact avec le sang de raphael baiser saignement morsure) il peut la geler couper les ners..

FAKE ; SNOWSTROM( prononcer SU-no-mo-lo STROMME)
Vague déferlante a 99% vent 1% de glace


Spell Cards active (uniquement en mode femme)

SIBERIA BARRAGE
Un enfer de balle de glace qui fonce sur l’ennemi


SNOWSTROM vague déferlante a 50% de glace 50% de vent

RAIN OF SIBERIA ou la pluie de Sibérie (uniquement lorsqu'il pleut)
Transforme les gouttes de pluie en pics de glace


EX-Snowstrom (prononcez EX-QUE-ZE SU-NO-MO-LO-STRO-ME
vague déferlante plus petite que les autres mais elle compose de 80% de glace et le vent tourne dans le sens d'une aiguille dune montre au centre et a l'inverse aux bores
ce qui effet de créer un choque électrique (du aux collisions des morceaux de glace ) qui traverse la vague de toute part

SPELL CARD ULTIME

les plaines sibériennes(pas sur qu'il soit a paraitre dans touhou
un chant magique qui modifie l'environnement en plaines enneiges
raphael accumule le froid dans son corps (plus ou moins vite en fonction de l'environnement de base )
jusqu'a a atteindre le zéro absolu et le relâche ce qui a effect de """stopper""" le temps ne fonctionne pas si on résiste au froid

j'ai mis stopper en guillemets par ce que ce sont les cellules qui cesse de bouger pas le temps en lui même

Bonus : il faut savoir que toutes ses technique sauf les alter et la spell ultime peut etre contrée facilement avec du feu de plus elle ne peut tenir un combat de plus 3 min en moyenne


Dernière édition par Great-Sakuya-mangaka le Lun 02 Juil 2012, 3:07 am, édité 1 fois (Raison : Putain de il et elle)
avatar
Great-Sakuya-mangaka
Nouveau à Gensokyo
Nouveau à Gensokyo

Messages : 4
Date d'inscription : 01/07/2012
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Lenine le Dim 19 Aoû 2012, 4:09 am

レイ ~ 太陽
Rei Sūryuḍu
Nom; Sūryuḍu
Prénom; Rei
Titre; The Bird with a Gloomy Past
Age; 1 408 ans
Espèce; Solarienne / Oiseau du Soleil
Orientation; Homo à 200%


Physique;
Spoiler:
Rei est mince, et plutôt petite. Elle possède des yeux orange et des cheveux, mi-long, très légèrement ondulés, et noir de jais. Des mèches lui tombent sur les yeux.
Elle possède des crocs, semblables à ceux d'un énorme félin... Ou ceux d'un dragon.
Son cou est pris dans un énorme collier auquel est relié une longue chaine d'argent. Son bras droit est surmonté d'une sorte d'armure.
On notera que sur le dos de sa main droite, mais cachée par ladite armure, un oeil rouge luisant y est incrusté. Ses poignets sont tous deux enchainés (la chaine de son bras métallique est directement reliée à la chose)
Elle porte un court short noir, d'une matière semblable à nos jeans, et une chemise blanche à col relevé, ou seuls les boutons permettant de masquer sa poitrine sont fermés.
Ses bottes, sont en acier violet, et ressemblent à des pattes animales (un oiseau, ou un reptile)
Bien évidement, étant donnée qu'elle est une Oiseau du Soleil, elle possède donc de grandes ailes noires, et une petite queue d'oiseau.

Son dos, qu'elle essaye tant bien que mal de cacher, est parsemé de cicatrices, dues à de nombreuses brûlures.

Portraits;

Spoiler:
En couuurs ~


Caractère;
Spoiler:
Il n'existe aujourd'hui que peu de Solariens dans le monde. C'est pour ça que Rei passe une petite partie de son temps dans sa corniche, seule et triste.
Du moins, quand elle n'est pas en train d'essayer de se faufiler dans la Scarlet Devil Mansion pour que Sakuya la nourrisse. En effet, la Maid ayant trouvée la pauvre oiseau dans le coma, et a décider de la prendre avec elle et de l'introduire dans le manoir.
Elle est ainsi devenue l'une des presque rares personnes avec qui elle s'entend bien, Koakuma étant l'une des autres personnes.
Sa nature et son caractères enfantins font qu'elle est très joueuse, mais également très peureuse. Ainsi, on suppose que Remilia est au courant de la présence de l'Oiseau dans sa demeure, même si elle semble nier, elle inspire une immense crainte aux yeux de la jeune Solarienne.

Elle n'aime pas les gens qui s'en prennent à elle sans raison. Elle attaquera ainsi violemment Reimu après que cette dernière l'ai chassée du temple d'une manière assez peu charmante, blessant l'oiseau aussi bien psychologiquement que physiquement.
De fait de son apparence et de ses pouvoir, les gens la craignent, et certains rares vont même jusqu'à l'attaquer. Elle est donc parfois profondément marquée par la solitude, et peut donc attaquer une personne ayant un regarde peu appréciable.
Pourtant, certaines familles apprécient les vertus de ses pouvoirs, et vont donc jusqu'à l'accueillir chez eux, ce qui embellit le coeur de notre Solarienne.

Mais ne nous égarons pas... Rei a l'apparence d'une enfant, agis comme tel et par conséquent et en dépits de ses pouvoirs, semble inoffensive... Elle n'en reste pas moins très fière, et si quelqu'un venait à l'attaquer sur sa fierté, ou son passé blessant, son caractère psychopathe ressortirait instantanément... Et c'est ainsi qu'avec ses grands yeux orangés emplis de folie et ses crocs prêts a mordre, elle attaquera sauvagement le responsable.

Relations;
Sakuya Izayoi :
Amie et accessoirement restauratrice. Elle a recueillie Rei après que celle ci ai traversé la Barrière Hakurei.
Koakuma :
Joue souvent avec Rei lors de ses séjours à la Scarlet Devil. Étant une enfant, elle a besoin de quelqu'un avec qui s'amuser.

Eirin, Kaguya, Reisen :
Ennemies, car proviennent toutes trois de la Lune, et sont par conséquent des Lunariennes.


Biographie;
Spoiler:
"Maman... Maman ?
Qui sont-ils ? Que me veulent-ils ?"

Bom...Bom... Ce bruit résonnait dans sa tête... Son cœur, s'affolant...
Puis... Elle n'entendit plus rien.

Seul reste dans cette maison, un petit cahier noir ébène. Voyons ensemble ce qu'il raconte...

"Je sui un Noiso du soleil. Je ne sai pa encor se que sa veu dir, mai ma maman me di que cé quelke choze dimportan. ele me di que je sui lune dé rare de notre rasse a avoir cet attribu.
Cé amuzant, jai dé... "éles", je croi que ma maman disait comme ça. Cé tou dou, et sa me chatouye le do. Mon nom a moi cé Rei, je croi que sa sécri come sa, et aujourdui, je faite mes... euh... neuf sen katre vein dis neuf an je croi !
l'ané prochaine, je faite mé mile an !"

Mais un an... Pour cette petite planète... Cette jeune fille était déjà devenue une jeune adolescente...
Voyons ce que racontent les pages suivantes...

"Aujourd'hui, le 19 Juin. Je fête mon millième anniversaire. J'ai beaucoup grandit... Beaucoup changé...
Ma mère me dit que je ressemble à sa sœur défunte, Malèiye. Elle était d'une telle beauté... C'en est presque flatteur de me comparer à elle actuellement...
Mes ailes ont poussé, depuis. Elles sont immenses, et d'un tel noir...

Quelque chose, dans l'attitude de mes parents m'inquiète. Ils semblent inquiets...
Il y a peu, j'ai apperçu, une sorte de lumière dans le ciel. A l'opposé de notre astre sacré. Est-ce cette fameuse lune dont parlent les livres et récit ? Elle est belle... Je ne vois pas pourquoi ils disent tous qu'elle est dangereuse...
Enfin soit, je verrais tout cela demain."

Mais... Il n'y a jamais eu de lendemain pour Rei. Ou du moins... De lendemain qu'elle vivrait sur sa planète. Le soir même, l'astre sacré se cachant progressivement, la "Lune" se fit de plus en plus grosse.
Tous les Solariens se réfugièrent. Et le chef de la ville, un Oiseau du Soleil lui aussi, envoya deux homme tirer Rei de son sommeil. La pauvre fille, perdue, ne compris pas quand les deux hommes lui ligotèrent les bras, et la frappaient.
Elle pleurait, et tenta d'appeler ses parents, mais rien n'y faisait...

Elle fut jetée au sol, au pied d'un grand homme, recouvert d'une tunique blanche, et dont un croissant lunaire semblait sortir de son dos.

"Je vois remercie, messieurs. Peuple ! -l'homme leva les bras - Nous prenons uniquement la fille, soyez sans crainte. Nous n'attaquerons pas les vôtres.
- Alors qu'allez vous faire de notre fille ?! la pauvre mère de Rei arriva en larmes, retenue par les bras de son mari.
- Cette monstruosité est votre fille ? Ma pauvre enfant je vous plains... Nous allons vous libérer de ce fardeau qu'est d'avoir enfanté un monstre pareil, dit l'homme, d'un ton mélancolique, tout en caressant la tête de Rei, inconsciente.
- Monstre ?! Mais que lui voulez vous à la fin bon seigneur ? Notre fille n'a rien d'un monstre ! Elle est une Oiseau, tout comme une partie de la population de ces terres !
- Regardez sa main ! Elle porte la marque du Fléau ! Cette Oiseau anéantira les Lunariens ! Nous ne pouvons laisser cette chose en vie, et pour la survie de notre peuple, nous devons la tuer !"

Pour les parents, la vue de la main de leur enfant fut un léger choc, doublé d'une fierté grandissante envers leur fille. Le dos de la main droit de Rei était légèrement gonflé, et une sorte d'oeil rouge sortait d'une sorte de coupure dans la main.
le symbole du Dieu des Solariens. Le Dieu Soleil Wu Ya.
Mais, le peuple Solarien ne pouvait rien faire, les Lunariens étant trop développés technologiquement pour se permettre une attaque frontale, surtout en ce moment.

"Maître Yakoseisan, puis-je vous demander une faveur ? une jeune fille au long cheveux, l'air fatigué s'approcha de l'homme au croissant.
- Je vous écoute, Kaguya-Hime ?
- Puis-je conserver dans mon humble demeure l'œil de la main de cette jeune créature ? demanda-t-elle, un petit rire en coin.
- Il en sera fait selon votre bon vouloir, Kaguya-Hime."


Mais, les Lunariens sont des créatures sadiques, et capables de toute les horreurs possibles.
Ils ne tuèrent pas la jeune Solarienne. Ils la gardèrent captive, pendant 407ans. Et pendant ces 407 ans, la pauvre Rei, se fit torturer, de toutes les façons les plus horribles qui soient.
Tellement qu'elle ne sentait même plus la douleur en elle lorsque les hommes la prirent. Tellement qu'ils se sont amusés à appliquer sur son dos, du fer chauffé à rouge. (Qu'ils se sont amusés à la violer avec ces mêmes batons de fer chauffés.) R-18

La seule douleur qu'elle ressentait maintenant, c'était la haine. La Haine, la souffrance d'être seule, de ne pas pouvoir être aidée...


Cette même haine qui explosa, quand l'un des hommes entreprit de lui planter son épée dans le cœur, pour finalement l'achever après 400 ans d'emprisonnement. Son pouvoir explosa, brûlant gravement le corps de toutes les personnes présentes sur les lieux. Le Soleil brilla tellement fort ce jour ci. La Terre, fut sujette d'une profonde canicule. Canicule qui n'était pas d'origine naturelle.
Toute la volonté de Rei, son envie de s'en sortir... Elle brisa ses chaines, pris son envol de ses ailes de feu, fonça droit sur Terre, et percuta de plein fouet la barrière Hakurei. Elle pria. Pria pour que les Lunariens ne la retrouvent pas.
Finalement, le morceau de barrière vola en éclat. Elle passa à travers avec une telle puissance, qu'elle fut projetée sur plusieurs mètres une fois de l'autre côté.
Affaiblie, au bord de l'agonie, elle sombra dans un coma profond.

Et c'est ce moment précis que choisi une maid aux cheveux d'argents pour pointer le bout de son nez...

Arme(s); Rei possède une sorte de bras métallique, pourvu de griffes, avec lequel elle peut lacérer ses adversaires. Ses crocs, si chargés en énergie Solaire, peuvent également être de redoutables armes.

Habilité(s);
Contrôle l'énergie Solaire. Elle peut la matérialiser sous forme de petites entités (boules lumineuses, canalisation de l'énergie sur un point de son corps pour ensuite le libérer) ou reproduire des rayons solaires.
Elle peut également créer un faux Soleil, et ce uniquement en puisant l'énergie que lui procure le vrai. Ce Soleil ne possède pas toutes les caractéristiques de notre Astre (à savoir les rayons et la chaleur calcinante), mais est une énorme source de lumière et de puissance brute.
Rei peut le faire s'évaporer, s'écraser ou s'exploser.

Elle a quelques aptitudes au combat au corps a corps, pouvant mordre son ennemi avec ses crocs, ou le taillader de ses griffes.

Son pouvoir étant basé sur le Soleil et son énergie, il est donc normal que son absence restreigne énormément, pour ne pas dire complétement ses pouvoirs.
Elle est capable, sous un ciel nuageux, de créer quelques petits danmakus. La nuit, elle se retrouve privée de ses pouvoirs.
Elle reste néanmoins capable de se battre au càc.


Occupation;
Rei passe une plus grande partie de son temps à la Scarlet Devil Mansion. Elle s'amuse donc avec Koakuma, et aide Sakuya pour certaines tâches.
Elle vend également les vertus bénéfiques de son pouvoir solaire, notamment pour les champs et récoltes, en échange d'un peu de nourriture.


Localisation;
Ne résidant pas h24 à la SDM, Rei vît dans une corniche, qu'elle a aménagée, au sommet de la montagne Youkai.
Mais en journée, on la trouve plutôt au village, ou au manoir.

Stage; Zenith Ridge
Stage thème; Nostalic sight of the past
Thème; Child of the Father Sun

Spell Cards;

Spoiler:
Sunlight Sign : 「Sea of heat
De gros bullets, qui explosent en plus petits.
L'énergie est mal canalisée, et peu puissante.

Light Sign : 「FlashLight
Une petite explosion lumineuse, censée faire divertion.
Une fois la vue retrouvée, on remarque des bullets de feu moyens tirés aléatoirements.

Sun Sign : 「Solar Eruption
Une salve de vagues de flammes.
Quelques fois, une vague plus grosse apparait, et est plus dangereuse que ses voisines.

Burn Sign : 「Ocean
Un océan de bullets de feu. Pendant ce temps Rei tire des missiles courbés

Sunlight Sign : 「Fire Fountain
Une pluie de petits bullets de feu, parsemé de gros bullets rouges.
Les petits brûlent partiellement, tandis que les gros, difficilement évitables infligent de graves brûlures.

Sa LS ne peut être utilisée qu'en temps très ensoleillé !

Artificial Light : 「Despair Embodied
Les rayons d'un soleil artificiel, vous visant, les gros bullets sont aléatoires, les petits sont très vicieux.
Les derniers espoirs incarnés dans une attaque désespérée.


Mwalaaa. Me suis éclaté à la faire. Et on va surtout (pas) dire merci à Ruru et Luumou pour le coup de main ~
Je vous aime mes beechs

_________________
avatar
Lenine
Easy
Easy

Messages : 51
Date d'inscription : 19/07/2012
Age : 20
Localisation : Harem ~

Profil Joueur
 : TH10 - MoF TH10 - MoF
Niveau: Facile
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Tomo-tan le Dim 19 Aoû 2012, 7:13 am

Jolie OC :3 Mais ya vraiment trop de Okuu dedans je trouve c'est dommage
avatar
Tomo-tan
Sweet Chocolate
Sweet Chocolate

Messages : 558
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 18
Localisation : look here faggot

Profil Joueur
 : TH09 - PoFV TH09 - PoFV
Niveau: Facile
Score: (non communiqué)

http://mushikera-tomo-ga.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Lenine le Dim 19 Aoû 2012, 7:33 am

True.
Parce que 1) J'adore ma aswm Okuu *w*
2) Ce truc existe depuis que je suis toute gosse xD (Ué, j'avais 5 / 6 ans quand j'ai commencer à créer l'image de mon OC dans ma tite caboche de tite fifille)

Mais merci >w<

_________________
avatar
Lenine
Easy
Easy

Messages : 51
Date d'inscription : 19/07/2012
Age : 20
Localisation : Harem ~

Profil Joueur
 : TH10 - MoF TH10 - MoF
Niveau: Facile
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Anjuu le Dim 19 Aoû 2012, 7:37 am

Une OC vraiment sympathique Lenine !
J'adore le concept des "solariens" et de leur rivalité avec les habitants de la lune.
En plus de cela, le physique de Rei me plait beaucoup (il fait très SF d'ailleurs, c'est kwool °w°)
J'aime bien l'idée qu'elle ait été receuillie par Sakuya et squatte la SDM too. Ca doit mettre de l'animation ~~

une chose encore :
Taux maux tan dit :
Jolie OC :3 Mais ya vraiment trop de Okuu dedans je trouve c'est dommage
Il ne faut pas oublier que Lenine est fan du perso, d'où forcément une certaine ressemblance avec sa propre OC, à titre de références uniquement.
Il y a bien sûr quelques traits de ressemblances (l'oeil, le fait qu'elle soit un oiseau, un de ses spell, etc) mais encore une fois ce n'est pas voulu, et je pense que ces similitudes font plus office de clins d'oeils qu'autre chose (un peu à la maniére de ma propre OC qui partage certains points communs avec Rin).

voila, encore une fois très sympathique personnage !


Dernière édition par Anjuu le Dim 19 Aoû 2012, 7:41 am, édité 1 fois

_________________





Merci à Belial pour les super userbars !
Pixiv
avatar
Anjuu
・-・・ --- ・・・- ・
・-・・ --- ・・・- ・

Messages : 1117
Date d'inscription : 18/10/2011
Age : 22
Localisation : Zero degrees at the polar north

Profil Joueur
 : TH09 - PoFV TH09 - PoFV
Niveau: Normal
Score: (non communiqué)

http://tales-of-gensokyo.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Tomo-tan le Dim 19 Aoû 2012, 7:40 am

Ce que je trouve dommage c'est que Rei est trop proche de Okuu, ses pouvoirs par exemples. Après forcément tu est fan de Okuu donc je peut comprendre x3 Mais c'est un peu comme si je créeait un OC et que je disais: Mon OC peut changer de sexe et a un awsm chapeau de souhei
La ressemblance avec Shingyoku serait trop flagrante x) Enfin aprés c'est juste mon avis :3
avatar
Tomo-tan
Sweet Chocolate
Sweet Chocolate

Messages : 558
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 18
Localisation : look here faggot

Profil Joueur
 : TH09 - PoFV TH09 - PoFV
Niveau: Facile
Score: (non communiqué)

http://mushikera-tomo-ga.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Lenine le Dim 19 Aoû 2012, 7:47 am

Un truc à noter.

Okuu contrôle le pouvoir nucléaire et uniquement ce pouvoir.

Rei contrôle l'énergie Solaire.

Deux trucs totalement différents xD


Sinon, j'vais peut être travailler une minific qui raconte l'histoire des Solariens, les relations qu'ils ont avec les Lunariens après l'incident...
Ce que sont devenu les parents de Rei aussi.

Anyway, Anjuu ma beech, j'ai trouvé tous les modèles à dessin. J'te Mp ça ou tu te co skypa ? :v

_________________
avatar
Lenine
Easy
Easy

Messages : 51
Date d'inscription : 19/07/2012
Age : 20
Localisation : Harem ~

Profil Joueur
 : TH10 - MoF TH10 - MoF
Niveau: Facile
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Zefnar le Dim 19 Aoû 2012, 7:55 am

Lenine a écrit:Okuu contrôle le pouvoir nucléaire et uniquement ce pouvoir.

Rei contrôle l'énergie Solaire.

Deux trucs totalement différents xD



:3


Dernière édition par Zefnar le Dim 19 Aoû 2012, 8:01 am, édité 1 fois

Zefnar
Phantasm
Phantasm

Messages : 1244
Date d'inscription : 27/10/2011
Age : 29
Localisation : Invito funere vivet

Profil Joueur
 : TH08 - IN TH08 - IN
Niveau: Normal
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Lenine le Dim 19 Aoû 2012, 7:59 am

Le Solaire c'est une énergie naturelle.
Le Nucléaire c'est de la fission d'atome.

D'OÙ, ça se ressemble ? Hormis le nom xD

_________________
avatar
Lenine
Easy
Easy

Messages : 51
Date d'inscription : 19/07/2012
Age : 20
Localisation : Harem ~

Profil Joueur
 : TH10 - MoF TH10 - MoF
Niveau: Facile
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Zefnar le Dim 19 Aoû 2012, 8:02 am

Tu devrais aller voir sur Internet comment fonctionne une étoile alors :3

Et l'énergie nucléaire ne se limite pas uniquement à la fission atomique.

Bref, si tu veux en discuter > PM.

Zefnar
Phantasm
Phantasm

Messages : 1244
Date d'inscription : 27/10/2011
Age : 29
Localisation : Invito funere vivet

Profil Joueur
 : TH08 - IN TH08 - IN
Niveau: Normal
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Lenine le Dim 19 Aoû 2012, 8:10 am

Certes.
Mais Okuu utilise quel type d'énergie Nucléaire, alors ?
Parce qu'on est pas censé pouvoir réguler une fusion nucléaire naturelle.
Celles produites par fission, si. Or Okuu utilise un régulateur, non ?



_________________
avatar
Lenine
Easy
Easy

Messages : 51
Date d'inscription : 19/07/2012
Age : 20
Localisation : Harem ~

Profil Joueur
 : TH10 - MoF TH10 - MoF
Niveau: Facile
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Luum le Dim 19 Aoû 2012, 8:22 am

Bon ça va presque faire une page que vous débattez sur ça, ce qui est assez HS maintenant, et avec une moyenne de 3 lignes (chacune contenant 8 mots maxi) par post, donc stop.
Vous voyez ça en MP/private/ce que vous voulez, pas un seul de post de plus en rapport avec ça ici, merci.

_________________

Tyvm à Ngsh pour le kit ava/sign ~ !

"C'est une histoire du temps où la miko Reimu était encore petite, et où la youkai qui se nourrit d'humain encore grande ... Et d'une prêtresse inconnue."

......_███_
☢ (=`ω´=)☢ This is totally KoishiRinUtsuho. Or more like UtsuhoxRin with a hat §§
avatar
Luum
Thoughtful Kasha
Thoughtful Kasha

Messages : 1047
Date d'inscription : 13/06/2010
Age : 26
Localisation : Gensokyo's Subterranean

Profil Joueur
 : TH12.8 - FW TH12.8 - FW
Niveau: Difficile
Score: Extra FW - 70.490.650 - 0.1%

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Kelnhor le Dim 19 Aoû 2012, 11:06 am

Waw! (*3*)
Just perfect! J'adore ce type de topic!
J'aurais bien aimé faire un artwork,maieuh,pas le talent :3

Nom: Kanashimi (ce qui signifie "douleur",ses origines sont très peu connues et elle ne se fait jamais appeler par son nom)
Prénom: Yume
Titres:
-"Monochrome Phantasm with one thousand silver chains" donné par les Youkai
-"Eternal Winter Dawn" donné par les humains
Age: Environ 400ans
Espèce: Youkai non identifié (Undefined Fantastic Youkai :3)

Physique:
Yume est de petite taille et composition.
Ses cheveux sont longs,raides,légèrement bleu ciel sur le dessus et blancs.
Ses yeux sont d'une couleur turquoise profonde.(cette couleur claire est source de moqueries de certains Youkai)
Sa gamme de vêtement s'est beaucoup élargie,et tous viennent du monde extérieur.Elle préfère les vêtements qui tiennent chaud,même les saisons de fortes chaleur.
Son faible pour les jupes fait qu'elle en porte aussi tout le temps,d'où son accoutrement étrange.
Yume porte aussi très souvent un chapeau à rubans,ou un bonnet.

Caractère:
Naturellement,elle était distante lors de son éveil.
Depuis,elle est fainéante et adore passer son temps à gouter divers types de nourriture.La nourriture épicée étant sa favorite.
Le respect est fondamental,ignorer la,insulter la,bousculer la,et vous aurez affaire à elle.Bien qu'elle évite le combat parfois la colère peut mener loin.
Yume est aussi assez timide,mais une fois qu'elle vous a parlé (ou inversement) alors elle vous reparlera encore sans gênes.
Très frileuse,elle ne mange jamais de nourriture froide que si on lui en donne.D'ailleurs,elle peut se plaindre de la fraicheur d'un été particulièrement chaud.
Bien qu'elle ne donne pas l'impression d'envier du monde,en réalité elle est facilement jalouse.Surtout si vous parlez d'un type de nourriture qu'elle ne connais pas (jalousies sans de vrais fondements).
Elle ne fait aucune différence entre humains et Youkai,et peut s'entendre avec les deux.
Yume peut aussi attacher une forte "addiction" à une personne ou un objet,peut importe les raisons.
Elle déteste qu'on lui en fasse la remarque et le nie en tournant la tête.
Elle est aussi sarcastique.Dites lui que vous complexez sur quelque chose et elle vous le fera remarquer avec un air hautain.
Si elle réussi quelque chose,elle s'en vantera.Jouer avec Yume est une mauvaise idée,qu'elle gagne ou perde vous n'aurez pas de répit.

Habilité(s): Faculté à manipuler/créer de grandes chaines en argent et matérialiser le désir "matériel"

Occupation:
-Manger,beaucoup.
-Faire de grasses mâtinés
-Voyager dans Gensokyo
-Faire des siestes une fois à destination

Localisation: Près de la Rivière Sanzu

Relations:
-Byakuren Hijiri (Amie:femme la plus sage que je n'ai jamais connu)
-Hieda no Akyu (Amie:on aime discuter ensemble les soirs frais de printemps)
-Yukari Yakumo (?:elle me laisse sortir quand je lui demande)
-Komachi Onozuka (Camarade de sieste:parfois,quand je la voit,on s'allonge au bord de la rivière pour dormir)
-Fujirawa no Mokou (Idole:elle est réchauffante!Mais à un point..!)
-Yuuka Kazami (Ennemie:cette...fleur fanée!)


Biographie:

Nul ne sais exactement d'où elle vient.D'ailleurs,elle évite le sujet.Ce qui est sûr à son sujet,c'est que pour des raisons surement familiale elle s'est mise à se cacher (ou simplement se réfugier?) au fin fond des océans,dormant pendant plusieurs siècles.D'ailleurs,bien qu'elle sois en réalité âgée,elle n'as "vécu" qu'environ 400 ans,passant le reste du temps dans un long sommeil à rêver de ce qu'il se passe dans le monde d'au-dessus.Faute d'avoir vécu,elle est immature pour son âge.Yume fut transportée dans la Rivière Sanzu où elle s'est éveillée,sentant qu'elle était proche de la surface.On accuse Yukari Yakumo d'avoir déplacé Yume dans la rivière Sanzu alors que celle-ci "dormais dans une brèche tout au fond du plus profond océan" dit-elle.
Depuis qu'elle est à Gensokyo elle vit dans une petite maison près de la Rivière Sanzu.Son passe-temps est de sortir le matin pour regarder la rivière s'écouler,rien de passionnant pour un être humain évidemment.Elle aime voyager un peu partout dans Gensokyo pour voir tout ce qui regorge dans ce monde qui lui est fabuleux,et rentre au soir chez elle.
Yume a de bonnes relations avec les humains en général,tant que ceux-ci la respecte.
Elle peut tomber amoureuse de n'importe quoi,mais le nie complétement.Sa relation avec Mokou est...incertaine.Yume adore la chaleur que dégage Mokou.Et Mokou?Elle ne supporte pas Yume.Elle l'ignorait au début et maintenant lui répète en criant que jamais il ne se passera quelque chose.
Elle s'entend aussi bien avec le Shinigami Komachi.Quand elles se croisent,c'est l'occasion de faire une sieste.Elles ne parlent donc pas beaucoup entre elles.La plus longue conversation fut pendant leur rencontre,où l'une appris de l'autre qu'elle avait la même activité.
On ne peut pas dire qu'elles soient amies,alors ce sont juste des camarades.

Concernant Yume,par Hieda no Akyu:

Capacité: Manipulation de chaines d'argent
Niveau de menace : Moyen
Degré d'amitié avec les humains: Haut (dès lors que vous lui avez adressé la parole)
Lieu principal d'activité: Rivière Sanzu

Parmi les types de Youkai que nous n'avons pas réussi à identifier,il y a celui de Yume.
Elle est apparue il y a quelques mois dans la Rivière Sanzu.
Une fois sortie elle a eu du mal à s'adapter.
Heureusement,depuis elle est sociale.
Cependant,si vous voulez qu'elle vous parle,allez la voir vous même.
Bien qu'elle soit Youkai,elle est calme et n'engage pas le conflit malgré son age.
On la voit souvent au village,elle est appréciée des êtres humains.
En revanche,pour les Youkai c'est une autre histoire.
Son caractère et la couleur de ses yeux sont sujets de moqueries.
Yume évite donc les lieux où les Youkai sont fréquent.
Comme le Sanctuaire Hakurei ce qui en dit long sur sa réputation.

Son pouvoir lui permet de faire apparaitre de grandes chaines d'argent.
En revanche,elle ne peut contrôler l'argent ou les chaines en général.
Seulement les siennes.
Elles ne sortent que d'éléments solides et ne laissent aucune traces à leur disparition.
Cette faculté lui permet de faire beaucoup de chose sans bouger.
Cela à-t-il contribué à sa fainéantise hors du commun?
Les Youkai affirment qu'elle peut faire apparaitre mille chaines.
C'est peu probable,et demanderais une puissance incroyable.
En parlant de puissance,celle de Yume semble s'accroitre à un certain moment.
Les Youkai sont très forts naturellement,mais elle utilise une très grande chaine différente des autres pour atteindre cette force.
Pourtant,elle ne semble pas faible sans.
Est-ce faux?
La grande chaine unique semble venir de son dos.
La seule fois que j'ai pu admirer ce pouvoir à l’œuvre,c'est parce qu'un Youkai l'avait insultée au village.
Il a du toucher un point sensible pour qu'une telle chose se produise.
Yume s'est écroulé de fatigue après cette "approche" avec le Youkai.
Je doute qu'elle puisse abuser de ce pouvoir si elle ne peut tenir que quelque secondes.

Autre fait intéressant,Yume n'est pas son vrai prénom.
Elle l'a choisis elle même mais a choisis de conserver son nom de famille qui pourtant n'est pas valorisant.
Pour continuer sur les faits étonnants,Yukari Yakumo,un autre Youkai,l’emmène dans le monde extérieur.
Non pas par obligation mais parce que Yume lui demande.
Elle sait donc où vit le Youkai aux barrières.
Je pense que Yukari aide Yume seulement parce que cette dernière l'intrigue.
Une très forte intrigue,au point de l'observer de très près.
En quoi ce Youkai aux chaines est intéressant?

Gensokyo lui plait beaucoup,elle n'en attaque pas les habitants.
Enfin,en théorie.
Elle a déjà affronté Marisa Kirisame (ou Yuuka Kazami?) car elle a copié pour une de ses Spell Card le Master Spark.
Cette Spell Card se nomme Magicanon.
Inutile de chercher plus loin.

Infos divers sur ce Youkai:
Yume voyage,souvent mais pas beaucoup.
Dormant jusqu'au midi et ne rentrant au soir,elle ne voit en réalité pas grand chose pendant ses voyages.
Elle refait donc souvent le même chemin.
Son visage jeune et ses cheveux blancs donnent une impression étrange.
Sa compagnie est agréable,mais il faut faire attention à ce qu'on lui dit.
Ne lui confier pas,par exemple,un secret gênant!
Elle ne répètera à personne,sauf à vous.
Encore et encore...

Arme(s): Elle possède en réalité deux "types" d'arme,bien que sa seconde et pas la moins importante ne sois utilisée que très rarement:
-Chaines d'argent: Yume est capable de faire jaillir des chaines d'argent d'endroit matériel et solide.Elle ne peut en faire apparaitre dans l'eau,l'air,les flammes.En revanche,elle est capable d'en faire jaillir de,par exemple,la terre,le métal,ce qui est solide tout simplement.
Ces chaines sont peu tranchantes mais pointues sur les bouts,elle s'en sert généralement pour repousser l'ennemi sauf si ce dernier l'affronte sérieusement.
Officiellement,Yume peut en faire apparaitre mille d'où son titre.en réalité elle utilise moins de dix chaines pour parvenir à ses fins.
Cependant,si sa "Chaine Véritable" est sortie (voir plus loin) elle est effectivement capable d'en faire apparaitre beaucoup plus.

-Chaine Véritable: Une chaine aux maillons ondulés,faite elle aussi d'argent.Yume ne l'utilise que par obligation.Cette chaine apparait au bas de son dos (impossible de dire si elle fait partie ou non de son corps,car un corps est solide) et s'étend autour de son corps à une distance raisonnable afin que l'on puisse la distinguer même quand elle est sortie.Notons aussi que Yume ne se sert pas de sa Chaine Véritable pour se battre mais comme soutient,augmentant ses pouvoirs.
Cette chaine est aussi capable de matérialiser le désir,mais attention.Elle ne peut matérialiser ni ses désirs ni les votre conscient.
Son pouvoir est donc de faire apparaitre ce que votre subconscient veut,donc en règles générales vous ne pouvez réellement deviner ce qu'elle peut faire apparaitre.
D'ailleurs,si vous le savez,c'est qu'elle vous l'a confier.Personne à Gensokyo ne connait ce pouvoir.
L'utilisation de ce pouvoir l'épuise,même si elle ne l'a utilisé que très peu de temps.
Elle entre dans une phase où seul son subconscient a le contrôle.Un rêve éveillé durant un combat.
A la fin d'un affrontement,si elle a utilisé cette chaine mais n'est pas parvenue à vaincre son ennemi,elle s'endormira pour une douzaine d'heures et sera bien évidemment à sa merci.
Ces diverses raisons font qu'elle ne l'utilise que très peu.


Stage: Rivière Sanzu
Stage thème: Waves of Fear ~ Whispers in the Sanzu River
Thème: Make me one Promise ~ It's your World
Last Spell Theme: Follow me in Depth

Spell Cards:
Immaterial Sea >Deux vagues de bullets apparaissent en haut et en bas de l'écran puis focus la cible tout en s'approchant
Chain Sign "Silver Fangs" >Yume projette de nombreux bullets dans le décors et focus la cible avec des chaines d'argent.
Chain Sign "Silver Trap" >De nombreuse chaines encerclent la cible,des bullets tentent de l'avoir pendant que le piège se referme.
Chain Sign "Tormented Dream" >Un vortex apparait au milieu de l'écran et déverse une vague de bullets.Les chaines quand à elles valsent obligeant la cible à suivre son rythme
Chain Sign "Outcome" >Yume dégage sa chaine véritable de laquelle s'échappent de nombreux tirs,des chaines tentent intercepter la cible pendant qu'elle esquive

Last Spells:
Chain Sign "Abyss" >La chaine véritable est toujours active.Une multitude de bullets encerclent la cible et se dirigent au point où elle se trouve,créant une explosion une fois à ce point.Les bullets continuent leurs déplacement vers la cible tout en continuant l'explosion.Si la cible résiste,des chaines viennent pimenter la partie.
OU
LoveChain Sign "Magicanon" >Capacité prise du fameux Master Spark améliorée à sa façon.Les chaines forment un canon dirigé vers la cible.Il s'illumine et une fois que la lumière a envahi la canon,un puissant rayon d'où de nombreuses bullets se dégagent vient frapper la cible.Cette Spell Card demandant un temps de préparation,Yume attaque avec des chaines pour patienter et empêcher sa cible de s'approcher.


Dernière édition par Kelnhor le Lun 20 Aoû 2012, 12:46 am, édité 1 fois

_________________

Thanks à Tomo-tan pour la sign (b^^)b
Les feux d'Hokkai brûleront les hérétiques!
Accessoirement,c'est aussi un excellent barbecue.
avatar
Kelnhor
Easy
Easy

Messages : 92
Date d'inscription : 09/08/2012
Age : 22
Localisation : Planqué dans le grenier du Temple Myouren

Profil Joueur
 : TH08 - IN TH08 - IN
Niveau: Difficile
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Tomo-tan le Dim 19 Aoû 2012, 10:04 pm

Elle a l'air cool ton OC Kelhnor :3 Je pourrais te faire un artwork si tu veus
avatar
Tomo-tan
Sweet Chocolate
Sweet Chocolate

Messages : 558
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 18
Localisation : look here faggot

Profil Joueur
 : TH09 - PoFV TH09 - PoFV
Niveau: Facile
Score: (non communiqué)

http://mushikera-tomo-ga.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Kelnhor le Lun 20 Aoû 2012, 12:59 am

Owi!Ce serais super sympa de ta part!

Quand à l'artwork,je te laisse la liberté de l'artiste °3°

_________________

Thanks à Tomo-tan pour la sign (b^^)b
Les feux d'Hokkai brûleront les hérétiques!
Accessoirement,c'est aussi un excellent barbecue.
avatar
Kelnhor
Easy
Easy

Messages : 92
Date d'inscription : 09/08/2012
Age : 22
Localisation : Planqué dans le grenier du Temple Myouren

Profil Joueur
 : TH08 - IN TH08 - IN
Niveau: Difficile
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par MangaManiaK le Mar 04 Sep 2012, 3:09 am

Mon nouvel OC est en cours de création ! Pour la voir, c'est par ici => Akane Kasai, the Strange Magician


Dernière édition par MangaManiaK le Ven 02 Nov 2012, 11:55 am, édité 1 fois

_________________
avatar
MangaManiaK
Strange Magician
Strange Magician

Messages : 368
Date d'inscription : 14/09/2010
Age : 23
Localisation : SPAAAACCCEEE !!!!

Profil Joueur
 : TH13.5 - HM TH13.5 - HM
Niveau: Lunatique
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Hygnir le Dim 30 Sep 2012, 8:13 am

Bon, encore un truc que je pensais pas spécialement faire en m'inscrivant ici, mais bon...
Je ferai une vraie colo quand j'aurai le temps (et une vraie line, aussi).

Attention, pavay.

Spoiler:

Nom : Sae-Sae
Surnoms : Sae
Titres : «Explosive, Eccentric and Tricky Fairy »

Date de naissance : 21 Septembre

Age : 92 ans

Rang/statut : Ben... Fée...

Race : Fée

Orientation sexuelle :
Elle s'en fout.

Lieux de résidence :
Un vieil entrepôt abandonné à l'écart du village, en bordure de la Forêt de la Magie. Depuis qu'elle l'habite, la nature a complètement envahit le bâtiment en y faisant même pousser un énorme arbre sur son flanc, le rendant absolument inutilisable pour les humains. L'entrée d'autrefois est bloquée par des racines, mais elle se fait maintenant par l'arbre ayant pris place au milieu des murs. Toutefois, comme c'est une maison de fée, la porte reste invisible aux simples humains.

Citations : « Ah ah !! Intéressant... »

Couleurs : Le Rouge, le Jaune et le Noir

Relations :
-Aya Shameimaru : Presque une collègue de travail. Sae et elle s'échangent souvent des infos sur les derniers événements (qu'ils soient ou non son œuvre).
-Keine Kamishirasawa : Sae va de temps en temps suivre ses cours en cachette et piquer les affaires de ses élèves, aussi bien pour étudier ce qu'elle a raté que pour s'amuser.
-Satori Komeji : Pas vraiment une relation, au contraire. Depuis qu'elle a entendu parler de son pouvoir, Sae s'est juré de ne pas s'approcher d'elle, tant elle déteste l'idée que les gens puisse connaître sa capacité. Elle s'en est faite une ennemie mortelle sans même la connaître.

Autres Relations diverses :

Aucune de connue.

But :
Provoquer des incidents ou des événements intéressants en influençant les autres. Plus le problème est important et le nombre de personnes impliquées élevé et mieux c'est.

Préférences/goûts :

Sae apprécie particulièrement :
-Les Feus d'Artifice
-S'amuser
-Provoquer des incidents
-Réussir une fusée
-Rater une fusée (ben... c'est rigolo aussi)
-Espionner les gens
-Voler les gens
-Tout connaître sur tout le monde

Elle n'aime pas du tout :
-L'ennui
-Les gens trop forts pour elle
-Rater des événements intéressants
-L'ennui
-Se faire prendre
-Qu'on lui cache des choses
-L'ennui

Facultés/compétences/pouvoirs :
Sa principale capacité surnaturelle est d'influer sur le caractère des gens en fonction de l'heure. Suivant le moment de la journée, elle est en effet capable d'accentuer des traits de caractère différents. Plus l'action se prolonge sur la même personne et plus l'effet est puissant. Néanmoins, il en faut souvent peu pour obtenir un résultat convenable, tant qu'il ne s'agit pas d'inverser complètement la personnalité des gens. Par exemple, il suffit de quelques secondes pour faire éclater une violente dispute entre deux personnes sensiblement sur les nerfs alors qu'il faudrait bien plus d'efforts pour énerver un moine en pleine méditation... du moins, sans actions extérieures, mais c'est là tout le talent de Sae que de parvenir à les déclencher.

-Matin : Peut rendre les gens plus calmes, sérieux, détendus, paresseux, généreux, altruistes, désintéressés...
-Midi: Peut rendre les gens plus volontaires, combatifs, rentre-dedans, joviaux, impulsifs, persévérants, courageux...
-Soir : Peut rendre les gens plus agressifs, destructeurs, colériques, irritables, désagréables, cruels, égoïstes...
-Nuit : Peut rendre les gens plus tristes, fragiles, déprimés, peureux, lâches, fatigués, blasés...

Cela marche beaucoup moins bien dès que la cible est consciente de ce qui lui arrive, mais ça fonctionne à merveille sur les idiots et les humains.

Sae est également capable d'agir à loisir sur son horloge biologique. Elle n'a ainsi pas de véritable cycle de sommeil et peut vivre à n'importe quelle heure sans ressentir de fatigue, tant qu'elle dort au moins quinze heures tous les deux jours. De la même façon, elle peut s'endormir sans soucis quel que soit le moment de la journée.

Pour ce qui est des compétences non-magiques, on ne peut passer à côté de son talent certain pour la fabrication et l'utilisation de feux d'artifices (et d'autres explosifs plus dangereux). Les autres fées la trouvent un peu bizarre à cause de ça, mais elle pour sa part ne voit pas où est le problème tant qu'elle ne met pas le feu à la forêt. On peux également évoquer sa facilité à dissimuler ses ailes durant la nuit et à se faire passer pour une petite humaine.


Points faibles :
-C'est une Fée... et qu'elle soit plus cultivée et maligne que ses consœurs ne la rend pas basiquement plus puissante. Elle est sûrement plus dangereuse que la plupart vu ses connaissances dans les explosifs et son caractère rusé et sournois, mais ses pouvoirs en eux-même n'ont rien de dévastateurs. Quant à ses capacités physiques... non, n'en parlons pas, c'est du niveau fée, donc purement négligeable. Bref, le danmaku, c'est pour les gros youkais, les divinités ou les mikos, et ce ne sont pas ses quelques spellcards qui vont l'aider à vaincre des personnes ayant déjà fait leurs preuves dans le domaine. Heureusement, il reste la fourberie.

-Son pouvoir a ses limitations horaires et elle ne peut rien y faire.

Style de combat :

La façon dont elle se bat dépend beaucoup de l'heure à cause de sa capacité. 'fin de base, elle n'aime pas se battre, Gensokyo est rempli de bien trop de personnes surpuissantes pour que ce soit judicieux.

Le Matin :
Elle utilisera ses pouvoirs pour accentuer sa concentration et fera preuve de ruse et de réflexion. Piège et astuces devenant sa manière de faire, elle tentera d'influencer son adversaire pour qu'il s'en désintéresse et n'y fasse pas attention. Néanmoins, pouvant rendre les gens plus gentils le matin, elle essaiera surtout d'éviter le combat.

Le Midi :
Laissant derrière elle toute forme de subtilité et de retenue, elle montera son courage à son maximum et foncera tête baissée vers tout ce qui s'oppose à elle, misant tout sur l'énergie et la volonté. C'est... rarement l'option la plus efficace.

Le Soir :
Gardant son caractère habituel, elle essayera avant tout de s'amuser en détruisant le plus de choses possibles et en provoquant le chaos sur le lieu du combat. Si elle peut énerver son adversaire et le pousser à faire des erreurs ou détruire encore plus de trucs, elle ne s'en privera pas.

La Nuit :
Son atout résidant alors dans sa capacité à affaiblir les gens mentalement, elle misera tout là-dessus et tentera de prendre l'ascendant psychologique. Mais, comme le Matin, autant éviter complètement le combat dans ces moments-là.



Description :


Apparence Physique :


Sae est une Fée et n'a pas vraiment de détail pouvant lui faire prétendre le contraire. Disposant du physique d'une fillette de même pas dix ans, elle présente un visage angélique et innocent -auquel il serait bon de ne pas se fier- orné de longs cheveux blonds attaché simplement au niveau de la nuque, avec cependant quatre petites mètre surgissant à l'horizontale au niveau de ses joues. Grands et souvent pétillants de curiosité, ses yeux présentent une teinte jaune orangé qui s'associe parfaitement à ses cheveux et à sa tenue. Ses quatres petites ailes translucides changent tant de position que de couleur suivant le moment de la journée et la position du soleil, pouvant être aussi complètement déployées et brillant d'une lueur jaune -en plein jour-, que noir et abaissées -la nuit-, en passant par des valeurs de rouge. Sae peut bien-sur à loisir aller contre le déploiement naturel de ses ailes, mais cela lui est très désagréable. Elle ne peux pas en revanche influer sur leur couleur.

Ses vêtements sont basés sur les teintes que prennent ses ailes et reprennent donc ces trois couleurs : le jaune, le rouge et le noir. Elle porte ainsi un épais gilet orangé aux extrémités noirs ouvert (ou fermé selon le climat) sur une robe tricolore aux motifs circulaires. Elle a un large ruban papillon rouge à l'arrière de la tête et attache ses cheveux avec un foulard de la même teinte. Il lui arrive de mettre des habits supplémentaires lors des temps un peu trop frais, comme une petite cape ou une écharpe.

Caractère/nature :

Si elle était humaine, Sae serait véritablement malsaine, mais étant donné qu'il s'agit d'une Fée, nous parlerons simplement d'excentricité. Pourquoi ? Et bien, tout bonnement parce que son loisir préféré est de déclencher des disputes, des problèmes, des incidents, bref, de rendre toute vie paisible un peu plus chaotique et, à ses yeux tout du moins, intéressante. Car Sae déteste l'ennui et n'hésiterait pas à provoquer des catastrophes pour l'éviter. Elle ne voit pas ça comme une mauvaise chose, en fait, et c'est en vérité plutôt inquiétant, car plus le temps passe et plus sa notion du « trop » s'amenuise, et il ne tient désormais qu'à peu de chose qu'elle commence à faire exploser des petits objets pour s'amuser, puis à faire exploser des bâtiments, puis à manipuler les gens pour qu'ils se rejettent la faute les uns sur les autres puis à provoquer de graves conflits etc. Bon, on en est pas encore là (quoique), mais vous aurez comprit que c'est une Fée qui aime plus que tout le bordel et qui ne reculerait devant rien pour le provoquer. Un facteur aléatoire, en somme.

Le seconde trait de caractère principal de Sae est son sens... artistique. Cela ne poserait aucun problème si l'art en question n'était pas constitué de poudre noir et d'engins hautement dangereux. Car en effet, Sae adore les Feux d'Artifice et a appris à en fabriquer, du moins, en théorie, car elle ne parvient pas toujours à faire des explosifs complètement sûrs... elle n'y parvient que rarement, en fait. Ceci ajouté au traits de sa personnalité évoqué plus haut, on obtient une petit Fée qui, bien que ses techniques de Danmaku laissent à désirer, peut se révéler fort problématique.

Histoire :


Apparue il y a un peu moins d'un siècle, Sae n'a gardé aucun souvenir de ses premières années d’existence. D'aussi loin que puisse remonter sa mémoire, sa maîtrise de sa capacité à agir sur l'esprit des gens semble innée et non expliquée autrement que de part sa simple nature de Fée. Bref, comme la plupart de ses congénères, Sae se préoccupe peu de savoir d'où elle vient et d'où lui vient ses pouvoirs. « Je suis comme ça », c'est l'information primordiale qu'elle a eu à retenir et la seule qu'elle ait retenue ; ce qui jusqu'à aujourd’hui et aujourd’hui encore s'est révélé amplement suffisant.

Ses premières décennies ne connurent que peu de rebondissements. Batifolant parmi ses semblables, aussi insouciante et innocente que n'importe quelle Fée, elle passait le plus clair de son temps à s'amuser dans la Forêt de la Magie et à utiliser ses pouvoirs pour jouer quelques mauvais tours aux humains. A l'époque, cependant, il avait un moment qu'elle détestait particulièrement : la nuit. Sa capacité ne lui permettant après le coucher du soleil que de rendre les gens plus tristes ou de se rendre plus triste elle-même, elle ne voyait dans ce passage quotidien qu'une étape pénible parfaitement taillée pour accueillir son temps de sommeil et rien d'autre. Du moins, c'était le cas de la plupart des nuits, car il existait en fait quelques cas spéciaux chaque années : des spectacles nocturnes si beaux qu'ils en redéfinissaient à ses yeux, l'espace d'un instant, l'importance de l'obscurité. Année après année, leur cycle lui devint clair, et il n'y eu jamais à Gensokyo d'être vivant, non-vivant ou encore semi-vivant à attendre avec autant d'impatience que Sae la date des prochains Feus d'Artifice.

Bien sur, la plupart des Humains et des diverses créatures surnaturelles qui peuplent ce petit monde appréciaient grandement les explosions chatoyantes des nombreux spectacles pyrotechniques que compte chaque année Gensokyo, mais Sae leur vouait une passion véritablement hors-norme. Plus elle en regardait et plus elle les aimait. Sans jamais les avoir rencontré, elle devint capable de différencier les fusées de chaque artisan. Sans jamais s'en lasser, par son simple statut de spectatrice, elle profitais tant et si bien de ces spectacles qu'il ne lui suffisait finalement que des sons pour imaginer avec grande précision la fresque céleste dépeinte par les explosifs. Sans s'en rendre compte, elle nourrissait sans retenue une passion à l'intensité fort rare pour une Fée... ou pour toute forme d'existence, en fait.

Ce trait de caractère ne fut pas le seul à se développer chez elle, cependant, car le reste du temps, Sae s'adonnait à son autre loisir favori : tourmenter les humains. Toutefois, cette activité demeura bénigne durant bien des années : bien qu'âgée de plus de trentes ans, Sae restait encore une très jeune et innocente Fée aux réflexions restreintes et dont les actions espiègles n'avaient que peu de conséquences. Son utilisation de ses capacités ne devaient prendre des proportions plus inquiétantes que bien plus tard.

Le tournant le plus important de sa vie se passa l'année de ses trente-cinq ans. Arriva une nuit d'automne où, alors qu'aucun spectacle n'était prévu avant le nouvel an, le ciel fut illuminé par un flot de bombes que la petite Fée ne reconnaissait qu'en partie. Intriguée par le phénomène et n'ayant rien de mieux à faire, Sae décida alors d'aller enquêter sur la source de cette étrange représentation. Cherchant le point de départ des fusées, elle s'écarta quelque peu de la zone qu'elle parcourait habituellement mais finit par découvrir un large bâtiment non loin de la forêt, à l'écart du village. Ses ailes dissimulées sous ses vêtements, elle ne trouva sur place que les reste fumants du spectacle. Ne s'étant jamais aventurée si près du lieu d’exécution de ces illuminations qu'elle appréciait tant, Sae sentit alors la curiosité l'envahir et profita de l'absence de l'artisan pour se pencher d'un peu plus près, au sens littéral du terme, sur la technique à l'origine de son plaisir. Ses petites recherches furent cependant fort courtes, car celui à qui l'on devait les explosions de plus tôt ne tarda pas à la surprendre, posant sans prévenir sa main sur la petite tête de la Fée, accroupie au dessus d'une fusée qui pour une raison ou une autre n'avait pas décollée. Le jeune homme -car c'était un jeune homme-, n'eut même pas le temps de lui dire quoi que ce soit que l'intruse s'écarta d'un sursaut, accompagnant son mouvement d'un petit cri de surprise.

Effrayée par cette arrivée imprévue, Sae se serait sen temps normal enfuie en courant en utilisant ses pouvoirs pour miner le moral de ce qui pouvait alors éventuellement la poursuivre, mais un détail l'arrêta net dans ses plans, à savoir les yeux rouges et embués de larme de l'humain. Pensant l'espace d'un instant, bien que ne sachant pas pourquoi, être à l'origine de l'état du jeune homme, Sae fut troublée et, au lieu de fuir comme elle prévoyait de faire, s'enquit poliment de la raison de ces larmes. Les faisant disparaître d'un revers de la main, son visage s'éclairant d'un sourire amusé, l'artisan lui raconta alors ce qui s'était passé durant la nuit.

La veille encore apprenti d'un vieillard maître dans l'art pyrotechnique, l'homme -nommé Takeshi- avait passé presque toute sa courte vie à étudier et à pratiquer à ses côté. Malheureusement, deux jours plus tôt, le vieux professeur s'était éteint, laissant son apprenti hériter de ses ultimes fusées et de son titre d'artisan. Takeshi avait alors préparé un spectacle en l'honneur de son maître et ami, spectacle qui venait de prendre fin. Achevant son histoire, le jeune homme examina la fusée réticente et, décelant la curiosité palpable de la «gamine», lui proposa de l'allumer elle-même. Peu habituée à converser ainsi avec des humains, la petite ne fit pas prier pour autant. Elle n'avait jamais jusqu'alors pensé au fait de se trouver de l'autre côté de la scène, mais l'occasion qui se présentait à elle faisait battre sans retenu son petit cœur de Fée. Un instant plus tard et la bombe s'envolait, juste avant de disparaître dans un torrent d'étincelles rouges. L’événement se grava définitivement dans la mémoire de Sea qui en était désormais certaine : il y en aurait d'autre.

La petite Fée se rapprocha dès lors de plus en plus des humains. Passant des heures auprès de Takeshi qui lui expliquait de bon cœur les secrets de son métier tout en travaillant, elle profita de la relative proximité du lieu de travail de l'artificier par rapport au village pour aller jouer aux humains encore plus de tours qu'auparavant. Petit à petit, elle réalisa les conséquence que pouvaient parfois avoir ses petits jeux, notamment lorsqu'un soir, après avoir simplement rendu deux poivrots particulièrement agressifs et belliqueux, elle provoqua une bagarre d'une telle ampleur que la rue entière en fut saccagée, laissant durant un bon moment le souvenir de cette soirée tristement mémorable dans l'esprit des habitants. Les notions de Bien et de Mal étant bien peu développées chez les Fées, Sae ne ressenti jamais que de l'amusement à provoquer ainsi des incidents. En réalité, plus le temps passait, plus sa technique s'affinait et plus elle y prenait goût et plus la fourberie devenait son principal trait de caractère.

Chez Takeshi, néanmoins, pas question de fourberie. Studieuse et passionnée, la petite espiègle buvait ses paroles avec avidité, cherchant à en apprendre toujours plus sur la fabrication d'explosifs malgré ses capacités intellectuelles disons... féeriques. Heureusement pour elle, Takeshi ne recevait que rarement de la visite et ne pris jamais la peine de parler d'elle à qui que ce soit, car les années passant, même si cela n’effleura pas un instant l'esprit de Sae, il devenait clair pour ce qui n'était plus vraiment un jeune homme que son étrange élève qui ne grandissait pas n'était pas complètement humaine. Néanmoins, par affection pour elle, il ne le montra jamais et continua de la traiter comme une simple petite fille.

Dix ans passèrent... puis vingt... puis trente... puis cinquante... et avant même que Sae ne s'en rende compte, Takeshi s’éteignit, sans autre famille ou ami que sa Fée d'apprentie. Ayant passé des années à embêter et espionner les humains, Sae connaissait plus de la mort que n'importe laquelle de ses consœurs, mais quand bien même, ou peut-être à cause de cela, elle mit un temps à se remettre de perte de ce qui, dans son cas également, était son seul véritable ami. Influencé par sa présence répétée, le vieil entrepôt dans lequel travaillait Takeshi s'était vu peu à peu envahir par la végétation et fut laissé de fait à l'abandon ; sans hésiter une seconde, elle s'y installa, transformant définitivement le bâtiment, avant de réunir les derniers explosifs de Takeshi pour, comme il le fit autrefois, rendre un dernier hommage à leur créateur, en certes plus brouillon.

Depuis, volant au village tout ce dont elle peut avoir besoin, Sae passe son temps à provoquer des incidents et à développer de nouveaux explosifs. Ses capacités de calcul restés limités malgré les connaissances acquises auprès de Takeshi, elle créé parfois, voir souvent des choses passablement instables et dangereuse, ce qui ne l'aurait pas gêné plus que ça si ça n'avait pas manqué de la tuer à un moment donné -la fusée faisait près d'un mètre de haut et était montée absolument n'importe comment-. Consciente qu'il lui fallait une érudition plus poussée pour pouvoir faire autre chose que des armes de destruction aléatoire, Sae se mit donc à suivre en cachette les cours donnés aux enfants du village -et à piquer leurs affaires-, compensant toujours un peu plus ses diverses lacunes.

Ce petit train de vie aurait pu durer encore longtemps, mais l'arrivée d'une brume écarlate sur Gensokyo fut plus qu'assez pour aiguiser son intérêt. Suivant de loin la résolution de l'incident, manquant de peu de se prendre une spellcard perdue dans les jardins des Scarlet, elle trouva en cet incident une dimension qui ridiculisait ceux qu'elle provoquait. Dès lors, elle redoubla de sournoiserie pour harceler les humains, mais surtout, elle commença à se renseigner activement sur Gensokyo et tout ses yôkais, fantômes, divinités, aliens ou autres fanatiques qui provoquaient incidents sur incidents. Découvrant quelle était son ignorance, elle mit toute son énergie à récolter toutes les informations possibles, entrant même en correspondance avec les journalistes du Bubunmaru. En très peu de temps, Sae devint l'une des personnes les mieux informées de Gensokyo, prête à sauter sur n'importe quel incident digne d’intérêt et qui sait, peut-être un jour à y mettre son grain de sel -du moins, quand il y aura pas de danger de se faire exterminer par inadvertance-.

Spell Cards/Techniques :

Nadir Sign « Weight of Sadness »
Fais pleuvoir des lignes horizontales bleues foncées qui s'inclinent aléatoirement durant leur descente pour laisser de quoi passer. Tombe également des nuages noirs qui ne tuent pas mais qui ralentissent quiconque s'y trouve.

Dawn Sign « Sloth Trap »
Une pluie de petites boules blanches, ou plutôt deux pluies, l'une très lente, l'autre beaucoup plus rapide. S'ajoute à cela plusieurs grosse boules blanches tombant au hasard sur l'écran.

Zenith Sign « Energy from Midday »
Plusieurs lasers jaunes se préparent partout sur l'écran (tous en provenance de Sae), dessinant une ligne là où apparaîtront. Lorsqu'enfin ils apparaissent, une multitude de projectiles ovales orangés sont projeté depuis Sae. Elle change ensuite de position et réitère la manœuvre.

Dusk Sign « Ligth of Egocentrism »
Sae envoie de larges boules rouges qui viennent s'écraser aléatoirement sur les différents bords de l'écran, éclatant en une multitude de petites boules qui s'éloignent du centre de feu-la-grosse de façon concentrique.

Stage : Dangerous Lair of Childishness

Stage theme : Instable Joybringers

Thème :
Games of Minds and Fireworks ~ Polychromatic Sky

_________________
avatar
Hygnir
Solipsiste
Solipsiste

Messages : 450
Date d'inscription : 16/06/2012
Age : 27
Localisation : Je sais pas où c'est mais c'est parallèle. Vachement parallèle, même.

Profil Joueur
 : TH11 - SA TH11 - SA
Niveau: Difficile
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Kurofukou Hakusen, l'Ermite Noir Absorbeur de Chance.

Message par Makimoke le Ven 26 Oct 2012, 3:51 pm

Après un long moment de réflexion et de pensées à moi-même... Je mets cet OC ici. L'autre OC que vous connaissez déjà est Hikko, et lui n'a pas besoin d'être présenté ici, car y'a ma fic pour ça. Cet OC... est une dépiction de ce que je serais à l'intérieur de Gensokyo, je pense. Donc ouais, c'est un self-depiction mais ne vous inquiétez pas, j'ai mis en place des règles, des limites et tout sera expliqué dans la biographie que je finirais demain. La seule (bonne) chose à savoir c'est qu'il sera tout sauf un Stu, car il ne dépend pas que de lui-même, loin de là. Et il a de nombreux trucs pour le retenir même s'il n'a pas de super pouvoirs ou qu'il n'a pas de danmaku.

(Illustration à venir, je peux pas dessiner ce matin, trop fatigué XD)
Nom; 黒不幸 : Kurofukou
Prénom; 白銑 : Hakusen
Titre; Luck-Absorbing Black Ermit
Age; 25
Espèce; Humain avec des gènes de Youkai (Semi-humain)

Physique : 1m85 de taille, les cheveux semi-longs, noir pur, et pas en bataille, les yeux doré foncé, nez court et normal, oreilles semi pointues, donc déformées, bouche fine et visage assez fin et creux. Cou mince et pomme d'adam non visible. Larges épaules, corps fin et mince. Jambes longues et fines, et grands pieds avec des griffes de chat à la place des ongles humains, de l'épaisseur de trois ongles. Bras fins, et grandes mains fines, avec des griffes rétractables à la place des ongles des doigts.

Vêtements : Lunettes rectangulaires avec un cadre fer complet aux branches noires. Appartenait à son père défunt. Veste noire en général en cuir avec une fourrure blanche au niveau du col et de la capuche, possède deux poches extérieures, une intérieure. Les poches ont un liseret blanc sur les entrées, elles peuvent être fermées avec un système de cordes relié à l'intérieur de la veste. La veste se ferme par le même système, et reste souvent fermée. Héritée de sa mère défunte. En dessous de la veste, T-shirt blanc à manches courtes. Acheté à Kourindou, totalement blanc sauf sur les bords des manches, le col, et le bas du T-shirt. Ceux-ci sont ornés d'un liseret noir. Pantalon noir long en cuir avec fourrure blanche à la place du bout du pantalon. Possède deux poches avant, une poche arrière. Chaussures en cuir noir avec des griffes blanches pour laisser de la place aux griffes des pieds. Tous deux hérités de sa mère défunte.

Caractère :Calme, raisonné et réfléchi. Pessimiste, égoïste et malchanceux, et méfiant envers tous sauf ceux qu'il connait, c'est-à-dire ses proches uniquement. Timide avec les gens qu'il ne connaît pas, mais toujours prêt à aider quelqu'un en détresse, s'il trouve le courage et le moment pour agir. Sinon assez souriant et ouvert à ses proches. Agit uniquement après avoir analysé une situation, mais peut agir directement après avoir rencontré une situation similaire dans le passé. Apprend très vite et dispose d'une intelligence légèrement supérieure à celle d'un humain normal. Pense beaucoup, et bien plus loin qu'un être humain normal. Sait lire une branche semi-complète d'une existence sur un plan d'une destinée future d'un humanoïde à cause de cela, si le temps lui est donné (un mois, généralement, passé en sa compagnie et donnant beaucoup de détails chaque jour) (Semi-complète car il ne peut voir qu'un futur certain mais d'un temps inconnu, c'est-à-dire que les variables de temps sont prises en compte, mais influées grandement par une infinité d'autres variables, c'est pour cela qu'il ne peut prédire quand cela arrivera.). Très fragile, ne peut pas faire trop d'efforts, mais sait survivre dans les milieux hostiles, s'il est accompagné de son escorte. Gère ses ordres sur celle-ci, mais ne force pas leurs exécutions. Déteste le bruit inutile et la foule, et a de grandes crises d'angoisse à cause de cela, quelques fois. Déteste forcer les gens. Assez gynéphobe (mais est en même temps et à l'inverse paradoxalement attiré par elles à l'intérieur) et surtout reclus du monde humain. Très entomophobe, surtout arachnophobe. Aime beaucoup les chats, déteste les chiens, sauf ceux qui savent se tenir avec lui.

Relations :
- Suirei, Fuumi, Kinomi, Kairi, Chisei (voir prochaine section) - Meilleures amies, liées par pacte à lui et le protégeront à tout prix, sauf s'il regagne son véritable pouvoir, où elles n'agiront pas.
- Reimu - Le protège passivement avec une barrière qu'il peut activer et désactiver à souhait. Il s'est présenté à elle après l'incident et l'entraînement des 5 fées pour se faire protéger. Elle a décidé de ne pas le faire, mais de lui donner un petit charme pour se protéger en échange d'une offrande et de la moitié de sa monnaie (elle savait qu'il n'en avait que très peu à l'époque, d'où ce marché équitable).
- Rinnosuke - Client discret, il prend les choses qui l'intéressent dans le magasin et dépose l'exacte somme (ou plus si les choses l'intéressaient vraiment) sur le comptoir quand il va acheter des choses.
- Cirno, Sunnymilk, Lunachild, Starsapphire - Entend souvent des ragots de ses fées dessus.
- Marisa, Alice - Voisins, mais ils ne le voient jamais à cause de la barrière.
- Kosuzu - A tenté d'acheter des livres en vain. N'avait plus de monnaie et ne savait pas si les livres qui l'intéressaient étaient en vente, donc est reparti sans se présenter. Donc il n'a juste qu'entrevu son nom sur son tablier.
- Hikko - ? (je ne mets rien pour pas spoiler, même si c'en est déjà un, de spoiler, fufufu)

Biographie : Né de l'union d'un humain et d'une youkai, Hakusen est un semi-humain plus qu'un semi-youkai. Il n'a hérité de sa mère que ses yeux dorés et ses griffes, et ses oreilles ont été ratées lors de la naissance, donc elles sont mi-youkai, mi-humaines. Il est né dans une ville éloignée du village majeur des humains, une ville maintenant inexistante à présent.
Son père était un magicien très discret mais qui n'avait rien à envier aux mages les plus puissants quand il s'agissait d'originalité. Il a entouré entièrement une forêt d'un dôme de glace pour protéger son écosystème d'une canicule. Cette forêt était lointaine au village et personne n'en sut mot sauf quelques promeneurs qui ne diffusèrent que très peur la rumeur. Il était très fragile, mais aimé du village, et faisait quelques tours de "magie" aux enfants. Il avait un esprit logique imparable mais fragile si l'on ne voulait pas accepter ses premiers arguments. Il s'emportait vite et n'avait que peu de patience.
Sa mère, elle, était une youkai bakeneko qui a réussi à prendre forme humaine à l'aide du père d'Hakusen dans le passé. Ils sont tombés amoureux, et mirent Hakusen au monde. Elle portait un sabre qui ne tranchait que peu les gens, mais qui aspirait toute leur chance au moindre contact de la lame, et le retransmettant sur tous les alentours lors du procédé. Elle était très gentille, aimante avec tous et toutes et était très protectrice du village et de ses habitants. Elle savait manier son sabre comme personne, et a perdu que peu de combats avec. Elle était cependant malchanceuse et n'avait que peu de chance sur l'argent, l'amour et le futur... ce qui lui a valu beaucoup de problèmes même avec le père d'Hakusen. Elle vécut cependant heureuse tout le long de sa relation et même après avoir mis Hakusen au monde et son renfermement soudain.
Il a vécu une bonne partie de son enfance et de son adolescence avec ses parents, et fut aimé et cajolé par sa mère aimante et protectrice. Cependant, il ferma son coeur des autres avec le temps à cause de la surprotection de sa mère, et ne connut que très peu du monde extérieur. Il porta le sang de magicien de son père, et les gènes de bakeneko de sa mère, on pensait de lui qu'il allait être un merveilleux jeune homme aimé du village, malgré sa reclusion.
Cependant, le père d'Hakusen découvrit que son fils possédait un terrible pouvoir, hérité de sa mère, et amplifié par son propre sang. Il pouvait aspirer la chance de n'importe qui pour la transformer en misère et en malheur. Il décida donc de l'enlever de la garde de sa mère sans la prévenir, et le kidnappa pour pratiquer une cérémonie pour purger toute la malchance et le pouvoir qu'Hakusen contenait en lui.
Sa mère devint folle lorsque le jeune adolescent n'était plus à son poste habituel, et qu'un mot lui foudroya le coeur...: " Excuse-moi. Je dois t'enlever Haku de ton emprise. Tu lui insuffles un pouvoir qui lui nuira par le futur, et je dois lui apposer un sceau afin d'être sûr qu'il ne nuise à personne." Elle reprit sa forme de youkai... et pleura des larmes noires à travers le village, foudroyant chaque passant avec son sabre. Elle se dirigea vers le seul endroit où le sceau pouvait être performé... Là où elle a mis Hakusen au monde, une cave proche de la forêt au dôme de glace.
Elle détruisit la barre d'un seul coup de sa lame fantôme et pénétra aisément à travers toute défense magique faite par le père. Cependant, il était bien trop tard pour elle pour faire quoi que ce soit : 5 fées endormies entouraient Hakusen. Chaque fée possédait un fragment du pouvoir d'Hakusen, purifié et transformé. Cependant, le sceau était apposé. Ce sceau était tel que si Hakusen retrouve ne serait-ce qu'une partie de son pouvoir... Il mourrait sur le champ d'une surchauffe cérébrale. La mère d'Hakusen pris son père par le cou et le souleva de rage... Et finit par tomber dans le dernier piège de ce dernier. Elle fut paralysée mais ne lâcha pas son emprise. Sa rage et sa haine étaient telles qu'elle n'était plus du tout la même personne. "Haku... C'est le moment. Réveille toi, et utilise ceci. Tu liras la note posée sur le bureau au fond après l'avoir fait. Tu n'as pas le choix, elle a sûrement dû ruiner le village, la connaissant. Tu n'as nulle part où vivre, et nous ne sommes plus en état de t'élever à présent. Va, unis-nous avec cette lame de glace et laisse-nous nous reposer en paix... en tant que couple heureux et malchanceux." Hakusen, contrôlé par la force de son sceau a donc transpercé ses deux parents d'un seul coup en un éclair... et finit donc par s'évanouir en même temps que les différentes magies que son père a placé pour le protéger... dans le sang de ses parents... dans l'étreinte de sa mère protectrice, et de son père soucieux de son futur.
Il se réveilla couvert de sang et de ses parents... Et se souvint des derniers mots de son père. Il a donc été chercher et lire le message après avoir été enterrer et pleurer son destin tragique. " Ceci est une note qui t'est réservée uniquement à toi, Haku. Jette-la dans le feu se trouvant à côté de toi dès que tu auras fini de le lire. Si tu lis ceci, c'est que je t'ai apposé le sceau et que j'ai fini par périr de tes propres mains... Cependant, ne t'en veux pas pour cet acte, je t'ai induit dans cette affaire, et tu ne pouvais pas prédire cet instant. J'ai rendues négatives les variables que tu calculais, c'est pour ça que tu semblais confus parfois. Prends le Neko no Kouun de ta mère, et passe ton doigt sur le tranchant. Il te sera lié automatiquement. Il faut que tu saches que cette lame draine de ta chance, mais une quantité très petite donc tu ne seras pas totalement malchanceux non plus." La note expliqua longuement les origines du fer fantôme dont la lame est conçue, et la façon et les propriétés de se lier à la lame. " Tu trouveras une bourse que j'ai gardée pour toi si ce jour venait à arriver dans le tiroir. Le sceau est en place, mais tu peux le briser facilement avec la lame. Il est temps de te dire adieu, mon cher fils... Va voir la prêtresse Hakurei, elle te protégera en cas de grand problèmes. Elle sera au courant de l'incident si tu lui en parles. Va, et tâche de détruire ce papier."
La bourse acquise et le papier brûlé, les derniers adieux faits, Hakusen partit voir ce qu'il était devenu du village... Des braises. Les villageois avaient tout brûlé lors du passage de sa mère. Tout avait été méticuleusement brûlé, surtout la maison d'Hakusen. Cependant, ses affaires avaient été protégées... Et il récupéra donc une veste, ses chaussures conçues pour ses pieds et un pantalon, en tant que souvenir de ce qu'il s'est passé ici. Il revint à la cave pour réveiller les 5 fées qui étaient autour de son autel de sceau, qui étaient toutes réellement endormies par la magie de son père. "Réveillez-vous, nobles fragments d'une destinée brisée. Vous allez avoir beaucoup de choses à faire."
La première à se réveiller fut une fée au cheveux longs verts, puis ce fut celle au cheveux bleus, puis rouges, puis dorés et enfin marrons. Toutes les fées avaient de longs cheveux soyeux, et les mêmes habits, exceptés qu'ils étaient de couleurs différentes. C'était des robes de leurs couleurs respectives, ressemblant à des costumes de soubrette plus serrés. Un petit morceau de tissu blanc maintenait les cheveux de chacune, comme un serre-tête. Chaque fées possédait des sandales reliées à leurs pieds, mais en dessous avaient des collants noirs pour cacher leurs jambes. " Vos couleurs sont bizarres. Rouge, vert, bleu, marron et doré... Feu, Vent, Eau, Terre et Metal... Tu m'auras bien coincé là-dessus, papa. Vous ne pouvez pas parler car vous venez tout juste de naître. Venez, nous allons au temple Hakurei. Il est facile à repérer d'ici. Avant ça, je vais vous apprendre les rudiments d'une formation, ça vous aidera à vous connaître entre vous et vous entraider. Protégez-moi bien, pour l'instant, les ordres sont formels, même si j'ai horreur de ça." Elles acquiescèrent toutes en même temps, et le suivirent dans un court périple d'une journée. Il arriva en piteux état devant le temple à cause de sa condition physique et du sceau qu'il s'était fait subitement imposer. Cependant, il garda conscience, et avança avec une volonté de fer avec ses fées aphasiques.
" Excusez... moi...! Est-ce qu'il y a quelqu'un du nom... d'Hakurei... ici?" Reimu répondit assez sèchement. " Si tu viens à un temple et que tu demandes le nom de quelqu'un, présente toi d'abord.
- Mes excuses. Je suis Hakusen. Haku comme le Blanc et Sen pour le fer. Je pense que vous êtes madame Hakurei, n'est-il pas?" Reimu acquiesça. " Je vais te soigner un peu, viens par là. Et aussi, pas de "madame". Je suis plus jeune que toi, semi-humain. Reimu suffit." Après de longs soins par Reimu, il lui expliqua sous l'oeil des 5 fées toute son histoire depuis le tout début, et lui demanda protection.
" Impossible, je ne vais pas pouvoir te protéger. Je dois pouvoir résoudre les incidents dès que nécessaire. Cependant, je peux te protéger passivement. Mais cela aura un coût. Cette bourse est bien légère... Le prix de ces amulettes sont à Y5000 normalement, mais... Je vais te proposer un marché. La moitié de ton argent, plus une offrande naturelle. Je veux les herbes que tu as dans ton sac avec le restant de la nourriture. Je suis perdante dans le lot, mais c'est pas en cherchant le profit que j'aurais plus de sous non plus. Donc... Conclu?" Hakusen prit la moitié de son argent et vida son sac sur le champ. " Merci beaucoup, madame Hakurei. Je vous dois une dette que je réglerais au plus vite possible.
- Nah, pas la peine. Tu devrais mieux te trouver un abri pour la soirée, on parle d'une maison abandonnée proche de celle de Marisa. Tu peux survivre aux miasmes avec ton sang de magicien, vas t'y mettre. C'est à quelques jours de marche, mais tu auras de nombreux coins pour collecter des vivres. Et aussi. Une fois que tu y seras, je veux que tu donnes des noms à ces fées.
- Dans un an moins un jour.
- Hein?
- Non, juste un ruminement d'un jeune fou."
Hakusen partit du temple avec le charme en main, et une volonté d'avancer encore plus forte vers la Magic Forest. Après quelques jours d'entraînement des fées et de marche, il arriva à la maison en faisant attention à ne pas alerter les gens alentours. Il apposa le sceau sur la maison et scanda les prières pour voir si elles fonctionnaient. Il vit que ça fonctionnait et put rentrer dans la maison avec ses 5 fées après avoir appris les mots par coeur. Il se posa et fit avec un air solennel : " Une année est bien trop longue à attendre. C'est pour cela que pour fêter l'apparition de notre nouvelle maison, je vais vous attribuer vos noms." Les fées se regardèrent bizarrement.
"Terre! Viens ici." Elle s'approcha. " Terre est un joli nom, mais je vais t'en attribuer un vrai. Tu t'appelleras dorénavant Chisei. Répète ce nom, et grave le dans ton coeur.
- Ch..i...sei...
- C'est bien. Vent!" Elle s'approcha. "Tu t'appelleras maintenant Fuumi. Fais de même.
- Fu? Fu... umi.
- Bien. Eau, à ton tour." Elle s'approcha. "Tu seras à partir de maintenant... Suirei.
- Su..sui..rei.
- Parfait. Feu, viens ici." Elle s'approcha. "Kairi. Ca sera ton nom maintenant.
- Main...tenant?
- Non, Kairi. C'est ton nom, maintenant, retiens le bien.
- Ka... i... ri.
- Très bien. On va finir par le dernier nom... Le dernier est... un peu bizarre. Je n'arrivais pas à trouver de bons noms avec le métal. Donc j'ai choisi un similaire. Or, viens ici." Elle s'approcha. "Kinomi. C'est ton nouveau nom. J'espère qu'il te plait.
- Kinomi...
- Excellent. Venez toutes ici." Elles se regroupèrent à ses côtés et ils les prirent toutes en même temps dans ses bras.
" Vous êtes les seules en qui je peux faire réellement confiance maintenant, donc faites de votre mieux, mais ne vous faites pas de mal inutilement non plus. Je ne veux pas vous voir blessées." Elles acquiescèrent et rangèrent intégralement la maison.
Hakusen vit maintenant dans cette maison depuis, avec ses fées. Elles apprirent à parler et à vivre leurs propres vies, mais ont appris aussi à protéger leur sceau, mais aussi leur meilleur ami, et celui qui leur a donné un nom et une raison de vivre. Il partit souvent en excursion courte pour chercher des vivres et des choses intéressantes à voir, et travailla quelques fois pour des gens peureux et désirant avoir un chemin sans embrouilles lors de ses excursions au village des humains.

Arme(s) : 猫の幸運 : Neko no Kouun, un katana long d'un mètre quarante, fourreau, garde et manche noirs. Grelots sur le manche. Très léger et incassable (artéfact ancien forgé avec un fer fantôme) et très peu tranchant, mais absorbe une partie infiniment petite de la chance, mais proportionnelle à la force plus la volonté d'absorber qu'il y met, pour la retransmettre aux alentours mais pas au porteur ni à ceux qu'il apprécie, ni à ceux dont il a touché la chance. Il aspire une toute petite quantité de chance de son porteur auquel il est lié, et ne peut être utilisé par nul autre que lui. Il est invisible et intouchable quand son propriétaire est éloigné de plus d'une centaine de mètres de lui à cause des propriétés du fer auquel il est forgé, mais aspire une chance proportionnelle à la distance entre son propriétaire et lui dans ce cas.
Hérité de sa mère défunte et lié à lui à cause de ça.

Habilité(s) : Peut calculer un très grand nombre de variables sur un plan terrestre humanoïde de première et seconde forme. C'est-à-dire, pouvoir prédire une variable définie par lui dans le futur pour un humanoïde pour la seconde forme ou dans le présent pour un humanoïde pour la première. Pour qu'il puisse prédire dans le présent, il faut que cette variable ait 100% de chances d'arriver et qu'il ait déjà prévu d'autres variables à 100% qui redirigent sur celle-ci.

Occupation : Hermite, travaille en tant que guide sur des voies très peu empruntées pour pouvoir acheter de quoi vivre quand il n'y a rien à manger dans ses excursions.

Localisation : Magic Forest, près de la maison de Marisa, mais suffisamment loin pour ne pas la déranger. Maison un peu délabrée, mais propre, et cachée par un charme que Reimu a donné à Hakusen, n'apparait pas même quand il désactive le charme pour sortir, c'est un effet actif car apposé directement à la maison. On traverse la maison et son intérieur si jamais quelqu'un s'y aventurait, comme si la maison n'avait jamais existé. Bien sûr on n'entend rien de l'intérieur car bien isolée, mais on peut tout voir à l'aide des fenêtres. Hakusen passe souvent son temps à l'intérieur quand il n'est pas en excursion, et rit souvent de Marisa qui vient fréquemment fouiller les alentours, pour chercher des composants pour ses ragoûts et autres potions, qui traverse la maison en disparaissant et apparaissant quand elle atteint l'autre bout de la maison sans s'en rendre compte. Le charme n'a donc aucun effet sur ceux qui traversent la maison, elle isole juste totalement la maison et son intérieur du monde extérieur.

Stage : 6, si l'on affronte les 5 fées dans chacune des stages, sinon Extra avec les 5 fées en même temps plus lui.
Stage theme: Road to Misfortune ~ Path of a Hidden Despair
Thème: Black Cat's Rondo

"Spell Cards", étant un homme, il ne peut pas en déclarer. Cependant il utilise les mêmes règles, avec ses fées, pour respecter les règles imposées par les Hakurei et les appelle des "Spell Card False Declaration" quand il doit forcément en déclarer une série pour régler un conflit :
- [Widespread Formation ~ Blue Birds' Water Rain]
- [Circle Formation ~ Gold Metal Ring's Ringing]
- [W Formation ~ Fire Red Phoenix's Dance]
- [V Formation ~ Green Zephyr's Cruel Wind]
- [Cross Formation ~ Brown Celestian Earthquake]
- [Final Formation ~ Black Cat's Lucky Misfortune]
(Extra Spells à venir)

Donc, ouais, l'OC est en WIP. Mais voilà déjà le bon début de tout ça, il fallait que je clarifie ce point avant tout contact avec lui.
avatar
Makimoke
Normal
Normal

Messages : 316
Date d'inscription : 20/08/2010
Age : 24
Localisation : Champagne-Ardennes... Enfin bref.

Profil Joueur
 : TH07 - PCB TH07 - PCB
Niveau: Difficile
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Bishamonten le Dim 04 Nov 2012, 2:16 pm

Premier personnage d'une suite dont j'ai eu l'idée récemment, je vais essayer de tous les poster dans la semaine. Essayez de trouver le thème même si il est relativement facile!


Nom: Leeds
Prénom: Salamanca
Titre: Red Herald of the New Era
Age: 200 ans
Espèce: Youkai

Physique: Grande et large d'épaule, Salamanca arbore une chevelure rousse coupée au carré . Elle porte un imperméable d'un rouge vif par-dessus une chemise blanche à manchette ainsi qu'une jupe noir. Elle porte un large chapeau victorien noir décoré de quelques fleurs d'un rouge écarlate sur le coté
Caractère: Malgré son apparence, Salamanca est la plus joviale et sociable du groupe. Bien qu'elle ai tendance à être plutôt directe dans son approche, elle est loin d'être aussi tête en l'air qu'on pourrait le croire. Créée par les humains elle est toujours prête à leur prêter un coup de main même si sa nature de youkai a tendance à les effrayer. Elle aime beaucoup voyager et passe la majorité de son temps libre à arpenter le Gensokyo.

Relations:
Biographie: Salamanca est née en Europe aux prémices de la révolution industrielle à une époque où les humains étaient effrayés et parfois à juste titre des nouvelles inventions et découvertes. La méfiance et la crainte vis-à-vis des premières machines qui conduisaient parfois à des accidents mortels donnèrent peu à peu conscience à une entité qui se fit appeler Salamanca. Plutôt que d'être une youkai provocant des accidents et se nourrissant de la crainte et de la mort, elle devint une sorte de muse vis-à-vis des inventeurs de l'époque, leur murmurant dans leur sommeil de nouveaux procédés pour améliorer la sécurité des machines. Avec l'arrivé de l'industrie à plus grande échelle, elle perdit de son influence auprès d'inventeurs forcés de se plier à des instructions. Elle continua à murmurer ses secrets à quelques heureux élus puis décida de quitter le monde extérieur lorsque ceux réceptifs à ses conseils devinrent trop rare.

Arme(s): Une ombrelle d'un rouge assorti à son chapeau et son imperméable (si l'on peut appeler ça une arme)
Abilité(s): La capacité de transporter sur de grandes distances

Occupation: Fournisseuse et coursière de la Manufacture Kuroshiwo
Localisation: Manufacture Kuroshiwo

Stage: The Beautiful Carmine Flower-Field
Stage thème: Open Horizon ~ Unhindered Smoke
Thème New Era of Science ~ Steel Youkai

Spell Cards:
♦ New Sign ~ Wheel of Progress
♦ Iron Sign ~ Evil Railway
♦ Iron Sign ~ Express Traveling
♦ Hiden Sign ~ Inkblack Smoke Cloud

_________________
avatar
Bishamonten
Normal
Normal

Messages : 202
Date d'inscription : 06/03/2012

Profil Joueur
 : TH05 - MS TH05 - MS
Niveau: Difficile
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Maria Konovalev le Mer 28 Nov 2012, 9:36 am

Nom: Bunyan
Prénom: Yôsefin
Titre: "La Garde Forestière du Sapin perdu"
Age: Depuis son premier arbre tombé jusqu'à aujourd'hui.
Espèce: Elle se dit "lumberjack" (bûcheron), mais est considérée comme Furusoma, Youkai Bûcheron.

Physique: Yôsefin est une jeune fille avec 17 ans d'apparence. Elle a des tâches de rousseur et possède un visage avec des traits caractéristiques Canadiens. Elle possède les cheveux vert foncé, comme la couleur d'un sapin, taillés en 2 longues tresses. Sur le sommet de sa tête se dresse une casquette de bûcheron, à carreaux rouges. Elle porte une longue chemise à carreaux (rouges aussi), qui bien que fermée laisse apparaître un pull rouge à col roulé en laine. Elle porte une jupe verte claire qui lui arrive jusqu'aux genoux et des grosses bottes de marche. Elle porte aussi des chaussettes rouges en laine. On peut la voir des fois avec un gros sac à dos de randonnée.
Caractère: Yôsefin est très chaleureuse, aussi chaleureuse qu'une "bûche qui brûle dans une ch'minée", comme elle le dit. Elle a un tempérament d'acier et adore taquiner les gens. Elle utilise beaucoup l'argot des bûcherons (qu'elle rectifie "lumberjack", car c'est le terme), possède un accent canadien et parle plutôt vite. Quelque soit la personne avec qui elle parle, elle utilisera toujours le registre familier. Yôsefin adore son travail, qui consiste à couper les arbres (non sans blague ?!). Un peu trop même, jusqu'au point où elle dit qu'elle n'a "jamais le temps de socialisationer avec les gens aux z'lentours", ce qui explique son manque d'amis. Elle connaît toutes les forêts de Gensokyo par coeur, et si quelqu'un se perd, elle n'hésitera jamais à l'aider à retrouver son chemin, à condition que la personne accepte de manger ses "pancakes à la Bunyan", plat plutôt nouveau à Gensokyo.

Relations: -Minoriko Aki et Shizuha Aki (Amie avec elles, étant donné leur statut de déesses de l'automne)
-Nitori Kawashiro (plutôt amie avec elle, puisqu'elle répare sa hache des fois. Nitori lui a déjà proposé de lui fabriquer une tronçonneuse, mais elle refuse de l'avoir à cause du fait que "c'est trop bruyant, ça coûte cher et rien ne vaut une bonne vieille hache)
-Fujiwara no Mokou (n'aime pas trop : elle peut brûler la forêt et connait la forêt de Bambous mieux qu'elle)
-Marisa Kirisame (plutôt amie, quoique Marisa a déjà essayée de voler sa hache)
-Alice Margatroid (plutôt amie)
Autrement, elle ne socialise pas beaucoup, étant obsédée par le fait de couper des arbres

Biographie:
Spoiler:
C'est l'histoire d'un vieux bûcheron, dont le nom restera inconnu, qui habitait au fin fond des grandes forêts canadiennes. Un beau matin d'hiver, le vieux bûcheron faisait son bouleau habituel : couper des arbres avec sa vieille hache, qui lui a servi de ses débuts jusqu'à aujourd'hui. Mais soudainement, alors qu'il coupait un arbre, il se rendit compte qu'il avait oublié son gros sac. Alors qu'il se mit en route pour le retrouver, il se rendit compte qu'il aurait dû finir de couper l'arbre avant que celui ci tombe. Mais hélas : il est mort écrasé.
Quelques années plus tard, la hache, abandonnée, se mit à se "réveiller", et à prendre l'apparence d'une jeune fille. La jeune fille ne savait même pas qui elle était, et décida donc de se balader dans les bois. Jusqu'au moment où elle trouva, en plein milieu des bois, un sac à dos de type randonnée, qu'elle farfouilla en quête de bonne nourriture. Tout ce qu'elle trouva fut deux livres : un livre sur l'art de couper le bois et un livre sur la légende de "Paul Bunyan", ce bûcheron géant qui faisait 6 séquoias de haut. C'est ainsi qu'elle avait trouvé sa vocation, à travers ses livres : elle s'appellera Yôsefin Bunyan et sera une grande bûcheronne. Et c'est alors que commençait la légende de "la petite fille qui coupait du bois". La légende fut très populaire, mais uniquement le temps de deux-trois années. Après cela, les gens arrêtaient d'y croire.
Et comme on arrêtait de croire en elle, elle ne sentit plus très bien la force de couper du bois. "La fatigue", se disait elle. C'est alors qu'elle se mit à se reposer près d'un arbre.
Quelques mois plus tard, elle se réveilla dans un endroit étrange : il n'y avait pas de neige et la forêt semblait différente ! Elle décida d'explorer les environs. Plus tard, elle apprit qu'elle se trouvait à "Gensokyo" et décida de commencer une nouvelle vie en solitaire. D'abord elle construit sa maison près du sapin où elle s'est réveillée, qu'elle nomma le "Sapin Perdu". Puis, commença à se familiariser avec la forêt, ses habitants (qu'elle trouve "bizarres") et les habitudes.
C'est ainsi que commençait le "business personnel" et la véritable "légende" de Yôsefin Bunyan.

Arme(s): Une hache acérée, le compagnon fidèle de tout bûcheron !
Habilité(s): Couper un arbre comme une tranche de jambon, faire semblant de faire tomber les arbres (il n'y aura que le bruit entendu a loin), porter les bûches et les lancer d'une facilité absolue (elle aime ce "jeu" et appelle ça le "Caber Toss").

Occupation: Lumberjack, commerçante de bois et un peu cuisinière
Localisation: Là où il y a des arbres et de la forêt, c'est à dire :
-Forêt de la Magie
-Forêt de bambous
-Grande forêt des Youkais (Elle habite cependant dans la forêt de la magie)
On peut aussi la trouver au village des humains, où elle vend ses pancakes (qui intriguent les gens) et du bois.

Spell Cards: Lumberjack sign [Timber !]
Tree sign [Tall as a Sequoia]
Tree sign [Sharp as a Pine]
Tree sign [Heavy as thousand Oaks]
Caber Toss [Tree Throwing]

_________________
Traductrice de desiredriven plus ou moins Officielle
Doombringer Folle furieuse, amatrice de poulet
Spoiler:



avatar
Maria Konovalev
AkaRed officielle du forum
AkaRed officielle du forum

Messages : 1324
Date d'inscription : 09/05/2011
Age : 20
Localisation : J'aime un Mac Oeuf (Real : Proche de C-F Auvergne)

Profil Joueur
 : TH12 - UFO TH12 - UFO
Niveau: Normal
Score: (non communiqué)

http://www.youtube.com/user/TheSaurus64

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par JonathKane le Jeu 29 Nov 2012, 9:39 pm

Je suis fier de pouvoir enfin vous présenter mon Original Character de manière plus ou moins complète ^^

Haruko Midori



Voir l'image en grand
Soyez sympa, j'ai fait le dessin moi même XD

Espèce : Tsuchinoko.
Titre : Tongue of Gandvik.
Age : Environ 1200 ans.
Taille : 1m25

Pouvoir :

Elle peut mordre ses ennemis pour les contrôler – et encore elle en ressent aussi les effets. Il s’agit plus d’une transe commune aux deux partis, d’un combat de volonté qu’elle peut perdre. Et comme elle est sensible aux sentiments, parasiter s’avère pour elle très ardue.

Récemment elle a aussi développé la capacité de projetter son esprit et une partie de ce pouvoir sur des esprits qu’elle crée. Cela lui permet juste d’altérer les mouvements de ses ennemis mais elle peut profiter de ce court moment pour inoculer son venin à l’adversaire ou pour lui balancer du danmaku en pleine figure.

Description Physique :

Spoiler:
Elle possède un long kimono vert foret avec deux ouvertures limes/pomme en bas. Par endroits le costume est teinté de bleu ciel ou légèrement plus foncé, ou encore orange. Les reliures du costumes et quelques inscriptions sur celui-ci sont de couleur jaune. L’habit arbore aussi un soleil jaune doré sur la manche gauche. Celle-ci sont d’ailleurs assez amples pour pendouiller dans le vide, elles se terminent par une effusion de pétales de roses caché dans leurs creux.

Au niveau de la taille, plusieurs rubans verts et jaunes ainsi que des lacets entrelacent le buste de la youkai. Au centre de la ceinture sont attachés deux pompons, ainsi que plusieurs chatons de saule pleureur. Le bas du kimono se termine en une sorte de robe qui recouvre ses jambes de manière intégrale. Les plis de celui-ci y forment un dégradé de vert vers du jaune. Le kimono se termine là aussi par des pétales. Elle peut d’ailleurs les remplacer par de l’hibiscus pour certaines occasions.

Bien évidemment, malgré sa transformation pour adopter une forme humaine plus que satisfaisante, Haruko peine à cacher sa queue écaillée, vestige témoin de sa forme originelle, dont les couleurs pointent cette fois du vert forêt à l’orange en passant par le bleu et le jaune. Dans le dos, elle porte de nombreux tissus accrochés en ailes de papillons, dans les tons de son costume. Ils proviennent des différents endroits et des différentes époques qu’elle a vécu.

Son visage est à l’image de sa corpulence générale : fin et svelte. Ses yeux vert au centre jaune de serpent tranchent avec son teint laiteux. Elle ne se maquille presque pas, d’ailleurs elle oublie assez souvent puisqu’elle vit seule et qu’elle n’a jamais trouvé de grande utilité à ce rite humain, mais quand elle le fait, elle se passe juste un peu de crayon et de fard très léger de couleur orange, verte ou jaune autour des paupières.

Ses cheveux sont chatains, mi longs et tombent par endroits à hauteur du bas de son cou. Elle a tressé quatre nattes particulièrement fines sur sa nuque assez longues, auxquelles elle accroche des rubans voire des talismans ou des bijoux. Elle porte deux petites boucles d’oreille de temps à autres, des pierres roses ou rouges assorties aux fleurs qu’elle porte sur elle. Enfin, elle a quatre anneaux tressés fichés dans les cheveux, chacun soutenu par deux baguettes noires.

Elle se sert de celles-ci, les rares fois ou elle défait ses cheveux, comme de mouchards qu’elle envoie d’une main habile se ficher dans la peau, la fourrure ou la carapace d’une victime. En plus d’émettre un signal infrarouge et ultrason qu’elle peut percevoir, ces artefacts, qu’elle a récupéré lors de son séjour sur la lune, sont prévus pour contenir une petite dose de venin. La youkai a bien évidemment choisi celui produit par ses glandes vénéneuses, pour un contrôle partiel voire total de la cible.

Pour finir, elle accroche de nombreuses fleurs dans ses cheveux. En fait, la tsuchinoko se ballade en permanence avec une variété considérable de plantes curatives, d’onguents, d’élixirs, de venins, etc. Elle ne pratique pas l’alchimie mais a quelques connaissances en herboristerie. De plus, elle suit de manière particulièrement assidue des cours particuliers d’Eirin Yagokoro en vue de comprendre le système immunitaire des différentes espèces – afin de le contourner plus aisément ou de le renforcer selon les cas qui se présentent…

Histoire :

Spoiler:
Haruko Midori est une youkai à l’apparence très jeune, toutefois elle arpente le monde depuis quelques siècles déjà. Native du mont Fuji, elle a vécu la majeure partie de sa vie dans la forêt d’Aokigahara, ce qui donnerait une estimation de son âge à environ 1200 ans.

Elle-même ne se rappelle plus de ces temps lointains car sa principale occupation est de « parasiter » en quelque sorte les autres êtres vivant afin qu’ils accomplissent des tâches à la hauteur de ses ambitions – or, à chaque fois qu’elle pénêtre l’esprit d’une proie, ses propres souvenirs se mélangent à ceux de la victime.

Elle est d’ailleurs à l’origine de la triste réputation de l’endroit. La forêt étant particulièrement épaisse, il lui était facile pour elle de se cacher des humains. Mais laissée à ses propres loisirs, elle se mit à attirer les hommes des villages avoisinants afin d’en faire ses esclaves. En se faisant, elle allait découvrir les limites de ses capacités : les hommes qu’elle asservissait lui soumettant leurs souvenirs de manière bien plus douloureuse qu’elle ne l’aurait imaginé.

Elle ne comprenait pas pourquoi ces êtres si semblables aux youkais ou aux simples animaux étaient si tristes. Ils contrôlaient pourtant très bien leur environnement… La tristesse qui la submergeait concernait bien évidemment les plus sombres parties de la vie de ces êtres si éphémère. Mais cela ne venant pas de manière très chronologique, elle ne pu constater que c’étaient souvent des actes qui avaient eu lieu il y a bien longtemps…

Submergées pour la première fois par de nombreux sentiments jusque là inconnus – joie, mélancolie, envie, amour, mais aussi peine, désespoir et tristesse, la pauvre youkai regretta bien vite d’avoir ouvert la boîte de Pandore. Le pauvre hère qu’elle avait choisi de contrôler se débarassa même bien vite de son influence, troublée qu’elle était par tant de sentiments, elle qui d’habitude n’avait à gérer que la peur ou encore la douleur. Le jeune homme ne s’en tira toutefois pas sain, emportant lui-même une partie des pensées du parasite en lui.

N’étant pas totalement lui-même, il avait perdu conscience de sa famille, ses amis, sa vie d’antan. Son propre raisonnement était une analogie entre le sien et celui qu’aurait eu la tsuchinoko, aussi mît-il fin à ses jours, dégoûté par sa propre personne et jugeant n’ayant avoir aucun avenir dans le monde. Mais Haruko, tout aussi troublée lorsqu’elle vu que cet être frêle se détourner d’elle pour aller fissa se pendre à la solide branche d’un saule pleureur, choisi toutefois d’étudier l’humain.

Elle commença vite à multiplier les essais pour entrer l’esprit de cet animal qui lui résistait tant, se rapprochant d’eux, usant de stratagèmes pour prendre leur apparence. Au fil des siècles, elle en vint même à abandonner presque totalement son corps de « serpent », ne gardant qu’une queue qu’elle cachait avec aise sous les kimonos de soie dont elle s’emparait. La jeune fille commençait en effet à développer certains sens humains, elle appris avec aisance les coutumes des environs, et se plût à satisfaire sa soif de connaissance et de coquetterie dans son nouveau terrain de chasse.

D’expérience, elle savait que les animaux comme les youkais – malgré quelques rares solitaires – se liguaient avec leurs proches lorsqu’ils se sentaient attaqués. Elle se faisait donc rarement prendre, car au fil des quelques décennies qu’elle avait déjà passé en ce bas monde, elle avait appris que la ruse et la discrétion étaient de mise lorsqu’elle s’amusait.

Au fil des années, elle se plût au contact de la civilisation, appris comment vivre en société. Elle fut surprise de constater l’intelligence de ces animaux… Au point d’ailleurs de ne plus les considérer comme tels. Elle se lia d’amitié avec quelques personnes, cherchant de moins en moins à parasiter les hommes… Ses essais se soldant toujours par un échec similaire au premier qu’elle avait connu.

Rapidement la forêt devint pour cette raison un lieu que l’on considérait comme maudits, les légendes fleurissaient. Pour pouvoir s’amuser, la tsuchinoko emmenait en effet ses victimes pour « une simple ballade dans la forêt ». Le Jukai, comme on l’appelait – cette mer d’arbres – commença à être craint. Puis Haruko constata avec surprise que de rares êtres humains se rendaient en ces lieux afin de s’ôter la vie de leur propres main. Qu’en était-il donc de leur instinct de conservation ?

L’humanité s’immisçait de plus en plus dans l’esprit de la jeune fille. Tant et si bien qu’elle finit par comprendre les émotions qui lui faisaient auparavant si peur. A les éprouver mêmes. En fait, elle était désormais plus construite par son contact avec la civilisation que ses années sauvages. Et un jour, un sentiment nouveau pointa en elle. Le remord.

Avec lui, Haruko sombra dans une profonde dépression. Elle devint, à l’image de ses victimes, auto-destructrice. Qu’est ce qu’elle riait… Finalement c’étaient les hommes, leurs sentiments qui la contrôlaient, elle qui autrefois asservissait tant d’être vivants pour le simple plaisir de les envoyer lui rapporter milles trésors.

Elle se révela finalement à un homme pour lequel elle éprouvait une affection toute particulière. De l’amour ? Cela la faisait sourire. C’était l’été, des enfants se baignaient dans une rivière à quelques pas mais ce n’étaient pas les siens. La chaleur était particulièrement pesante, et l’autre lui souriait. Malheureusement, quand elle lui montra ses écailles en guise de bonne volonté, ce joli visage pris une expression bien plus sombre…

La superstition animait à cette époque bien plus le cœur des hommes que la justice. Ses anciens amis voulaient la mettre à mort, la faire brûler vif sur un bucher. Contrôlée par sa peur et son instinct de survie, acculée dans la chambre de la petite auberge qu’elle louait, elle finit par s’emparer de la conscience du village entier malgré elle… Elle maudissait sa curiosité : non seulement elle regrettait son pouvoir, mais en plus voilà qu’il lui échappait.

Cette nuit là, des centaines de corps s’immolèrent de leurs propres volontés

Le feu ne s’arrêta pas là. Le village entier ainsi qu’une partie de la forêt périrent sous les flammes. Quelques 200 ans effacées en quelques heures. Elle était seule. Les humains avaient l’air d’apprécier la mort. Pourquoi ne pas essayer ? Elle ne pouvait pas s’y résoudre. Ses instincts primaires étaient toujours là. Sa personnalité même était devenue un paradoxe. Plutôt que de souffrir, elle se mit en quête d’un nouveau havre de paix, loin de cette tragédie.

Sur son chemin, la pauvre rencontra au détour d’un pont une femme telle qu’elle n’en avait jamais vu. Elle était habillée de manière bien plus chique qu’elle, dans un style vestimentaire qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de voir. De plus, ses cheveux, blonds comme un champ de blé, étaient cachés sous une sorte de chapeau à l’allure intrigante. Pour finir, elle avait une ombrelle. Haruko était déjà jalouse de cette dame à la prestance plus qu’odieuse.

Ce fut elle qui l’aborda. Tout de suite, elle sentit qu’en plus de son charisme naturel, l’inconnue devait être bien plus qu’une simple humaine. Une youkai. Celà faisait longtemps. C’étaient autrefois ses proies préférées car elles offraient de la résistance. Contrairement aux humains, leurs sentiments n’étaient généralement pas troublants pour elle. Mais celle-ci était de toute évidence trop forte pour elle, Haruko le sentait également. Elle avait un 6ème sens certain pour ce genre de choses.

Yukari, ainsi qu’elle se présenta, requérait ses talents en temps qu’alliée afin d’envahir ni plus ni moins que la lune. La tsuchinoko en resta bouche bée. Dans sa jeunesse, elle pensait que l’astre était un énorme rocher brillant gravitant plus ou moins loin de la Terre. Et voilà que sa rivale et amie nouvellement acquise lui disait qu’il s’agissait en réalité d’un autre monde, habité par des êtres plus ou moins humains hors du commun. Un lieu de culture, de richesse et dont la technologie surpassait de loin celle de la Terre. Haruko comprenait l’envie de Yukari de s’approprier pareil endroit.

Et selon celle-ci, elle allait jouer un rôle déterminant. Elle voulait qu’elle contrôle une race particulière de lapins youkais habitant ces contrées, afin de semer la zizanie, de construire sa propre armée à partir des forces de l’ennemi et surtout de faire peur à celui-ci. Car les lunariens n’avaient peur que d’une chose, expliqua-t-elle, et c’était que leur pure contrée soit souillée par la maladie ou quelconque autre parasite.

La zone visée était une forêt de pêchers lunaires, ainsi la youkai aurait de quoi s’alimenter en toute discrétion. Après quelques moment d’hésitation, Haruko céda sous la pression du regard glacial de sa paire, et accepta. En moins d’une demi seconde, l’ombrelle de la grande blonde fendit l’air, le tranchant de part en part, ouvrant une brèche vers un océan agité par une brise très légère.

« Ah, j’ai oublié de préciser, fit Yukari. La capitale lunarienne étant protégée par une technologie assez avancée, je ne peux ouvrir directement un gap menant à votre destination finale. On dirait que vous allez devoir nager. L’océan s’agitera dès qu’il détectera votre présence mais je ne m’en fais pas, vous êtes un serpent après tout. Cela ne devrait pas compromettre votre intrusion, les autorités lunariennes mettront sûrement ça sur le dos d’un lapin se baignant sans autorisation. »

Comme prévu l’océan, à la surface calme et paisible lorsqu’elle arriva, se prit de soubresauts presque immédiatement après son arrivée. Haruko se surpris à jeter un regard en arrière sous le coup de la panique mais la brèche se refermait déjà et en un clin d’œil il n’en resta rien. S’enfonçant dans les grandes profondeurs pour échapper aux vagues de la surface, la tsuchinoko ne pu que s’appitoyer sur son sort en constatant qu’il existait aussi des courants sous marins qui essayaient de broyer ses os, comme si l’océan était animé d’une volonté propre.


Au bout de quelques minutes de ce régime infernal, la youkai était déjà à boût de forces, elle tourna de l’œil sur cette dernière pensée : « vais-je enfin rejoindre tous ceux que j’ai envoyé dans le monde d’après ? ». Le rêve dans lequel elle sombra était très inquiétant : sous ses propres yeux, la pauvre vit défiler toutes ses anciennes connaissances, le visage grièvement brûlé, portant une torche ou une faux et criant : « Mort à la sorcière ! »

Alors que ses poumons brûlaient, attachée fermement au bûché que ses chimères avaient apprêté pour elle, la youkai se réveilla en sursaut. Elle était allongée sur une plage de sable fin. Pas une seule trace de la tempête qui l’avait ballotée jusque là, la mer était d’un calme plat. En se relevant, elle fit un pas vers l’eau et mis le pied dans l’onde.

Un filet d’eau s’enroula autour de son pied et la tira vers le rivage, heureusement elle réussit à se débarrasser du tentacule aquatique. Une mer vivante… ? Quelle défense monstrueuse !

Elle avait à peine reprit son souffle en déglutissant les grains de sable qui s’étaient agglutinés dans son organisme quand Haruko porta son regard à l’horizon pour découvrir avec frustration qu’elle était encerclée. Ca et là, elle voyait la signature infrarouge de dizaines, de vingtaines de youkai. Des oreilles pointaient des buissons environnant, et aux mouvements coordonnés de l’ennemi, la tsuchinoko compris que leurs intensions étaient de la capturer vivante.

Une paire d’oreilles deux fois plus hautes que les autres surgirent tout à coup de derrière un pêchier. Elle avait l’air sûre d’elle, et la fixait de ses yeux rouges comme le sang. « Que faites vous ici ? » furent les premiers mots prononcés par la nouvelle venue. L’instant d’après, elle bondissait sur elle pour l’écraser de sa taille et son poids qui la surpassaient de loin.

« Normalement tu devrais déjà être endormie. Quel genre de… Curiosité de la nature es-tu ? » La vue de la petite youkai commença à se voiler légèrement. Elle percevait un intrus à l’intérieur de sa tête. Alors comme ça... Toi aussi hein ? Un duel de volonté silencieux s’engagea, sous le nez de lapins qui encourageaient leur chef. Les masses… Je hais les foules. Vouées à me détruire eh.

La petite fille mordit à pleine dents le cou de la lapine. Le sang coulait, abondait sur le sol. La jugulaire était transpercée, ainsi si son adversaire avait des sentiments trop forts elle s’éloignerai assez pour qu’il meure en quelques secondes. Le goût du liquide rouge la répugnait. Sa violence aussi. Au fond d’elle, elle était consciente d’être un monstre.

Une minute passa alors que les lapins, effrayés, se demandaient si leur maitresse était toujours en vie… Apparemment ils conaissent la peur. Et leur meneur n’est pas aussi forte qu’il y parait, ahaha. En l’espace de quelques secondes, le serpent bondit sur les lapins dans un éclat de morsures.
Une petite armée. Tout était en ordre pour conquérir cet endroit. Haruko passa sa langue sur les plaies de ses victimes afin de renforcer son pouvoir. La neurotoxine s’implanterait ainsi dans le tronc cérébral, et le contrôle qu’elle gardait sur son escadron deviendrait quasi permanent. A moins que je ne les libère, volontairement ou contrainte par mes sentiments.

Jour après jour, les forces lunaires essuyaient une défaite. Tout ce qui n’était pas détruit sous le flot de balles des lapins était assimilé, comme se plaisait à penser la tsuchinoko. En l’espace d’une petite semaine, Haruko arriva au pied de la muraille qui formait l’enceinte de la capitale. Des humains ! Ce ne serait apparemment pas aussi facile que je l’avais prévu, se dit-elle alors que la lapine alpha ligotait les gardes d’une tour de guet.

Le bâtiment était directement raccordé au palais lunaire, comme Yukari le lui avait indiqué. La youkai avait surement espionné l’endroit pendant de longues années pour bâtir ses plans. Cela dit, il y a une chose qu’elle n’avait pas prévu. La lame qui se ficha dans la queue de la tsuchinoko, lui arrachant un cri de douleur. La femme avec une queue de cheval mauve embrasa le sabre alors que la pauvre se débattait. Ils veulent encore me brûler !

Alors qu’Haruko était encore en proie à sa surprise, une autre femme se chargea de repousser les lapins qui voulaient sauver leur nouvelle maîtresse. La blonde maniait un éventail soufflant des bourrasques de flashs lumineux sur les pauvres animaux. Ni une ni deux : les lapins rotissaient, ne laissant que quelques cendres sur le sol arraché dans le tonerre de l’explosion.

Je déteste le feu.

Et la tsuchinoko avait beau se concentrer, quelque chose l’empêchait de projeter son pouvoir sur les deux lunariennes. Elle avait beau mordre se toute ses forces les gardes qui venaient lui jeter des filets, rien ne se passait. Alors c’est ça, la faiblesse ? Jamais ce n’était arrivé. Générallement, le stress décuplait ses pouvoirs, les rendant même en de rares occasions incontrôlables. La purge de son village en était l’exemple parfait.

La prison était un endroit humide mais étonnement propre. Ses geôliers avaient aussi un goût prononcé pour l’esthétique puisque sa cellule se révélait en fait être une chambre d’hôte du palais… La fille qui l’avait immobilisée se présenta sous le nom de Yorihime, et elle l’informa que sa sœur qui avait « libéré » les lapins de la « corruption de l’esprit », de la « souillure mentale » qu’elle leur avait infligé, se dénommait Toyohime.

En peu de temps, elle comprit qu’elle était condamnée à perpétuité. Les docteurs lunariens se succédaient les uns après les autres à sa cellule pour l’étudier, la soumettre à des tests cérébraux, parfois même des électrochocs qui forçaient sa transformation en serpent. Elle constata d’ailleurs qu’elle avait bien changé depuis sa forme originelle. Normalement, les tsuchinokos avaient un corps rond et compressé… Mais la gravité lunaire lui avait, semble-t-il, donné l’apparence longue et fine de n’importe quel serpent. Le camouflage parfait !

Le médecin qui l’étudiait le plus se nomait Eirin, une femme avec une longue queue de cheval. Elle était parait-il le mentor des deux autres garces qui l’avaient attrappée. Et un médecin assez habile pour extraire son venin malgré de multiples tentatives de morsures, coups de griffes et autres mouvements d’auto-défense. Elle en avait fait un antidote en vente partout dans la capitale lunaire, et, comme les nouvelles vont vite, de multiples campagnes de vaccination des lapins eurent bientôt lieu. Pour la première fois de sa vie, Haruko se sentait impuissante.
Soumise à de nombreuses expérimentations plus ou moins douloureuses, et plus ou moins dangereuses, Haruko fini par perdre l’usage de sa faculté de contrôler les êtres vivants… Son propre esprit était en partie retourné dans un état de latence – pas sauvage mais totalement dépourvu de volonté. On lui avait aussi administré un élixir pourtant interdit sur la capitale lunaire. Hourai. Censé la rendre immortelle afin que l’on puisse la disséquer sans qu’elle n’en meure.

Cela dit, le breuvage n’eut pas exactement l’effet escompté… A cause des médicaments ? Sans doute pas, cette Eirin était une savante qui savait parfaitement doser les effets de ce qu’elle administrait à ses patients tout en mesurant précautionneusement les effets que pourraient avoir les mélanges… Mais il y en avait un qu’elle ne conaissait pas malgré toute son expérience. Peut-être n’aurait-elle pas du réinjecter au serpent son propre venin finalement…

I affluait désormais dans ses veines, son cœur, irriguait ses organes… Son cerveau. Elle sentit bientôt qu’elle avait recouvré une partie de son pouvoir… Mieux, elle pouvait le projeter. Le breuvage régénérant ses cellules, son corps retourna à l’état de serpent pour une mue qui allait changer sa nature à jamais. Comme l’hourai avait régai avec le venin pour former une nouvelle molécule, elle n’était cependant pas devenue immortelle.

Une nouvelle potion révolutionnaire qui, la tsuchinoko en était sure, aurait eu son petit effet parmi la population lunaire. Projection de la force vitale. Elle pouvait faire naître des esprits par la force de la pensée. Des entités avec qui elle partageait un lien étrange avec elle. Elle ne pouvait pas les manier à sa guise et ils s’accumulaient à ses côtés pour former un cocon protecteur… Ils savaient. Et elle aussi. C’est comme si elle avait établit un lien de contrôle avec les volutes laiteuses, mais sans pouvoir parvenir à leur ordonner quoi que ce soit.

Mais c’étaient ses amis. Les premiers depuis longtemps, se dit-elle. La myriade de petits fantômes se rassembla autour d’elle avant de virer au vert. Ces choses s’échappaient sans problème de la vitrine de verre dont la tsuchinoko était prisonnière. Presque 1 mètre d’épaisseur. Après, tout fut rapide et confu. Les petits nuages trouvèrent un hôte, qui la libérèrent sans poser de question. Elle ne sentait aucun lien psychique avec eux.

Comme elle était toujours un petit serpent, Haruko n’eut pas de problème à se faufiler en dehors du palais. Par contre, sortir de l’enceinte de la ville, avec ces murs, ne fut pas une partie de plaisi – loin de là… Quant à rejoindre la terre, cette fichue Yukari avait du se moquer d’elle depuis le début. En même temps l’invasion lunaire devait sans elle être un échec …

Elle avait à la fois tort et raison. Des dizaines de youkais et d’humains avaient débarqué sur la plage. Elle pouvait le sentir. Le tracer. Et puis il restait quelques émissions infrarouges témoignant du passage d’un de ces imprudents d’hommes. A peine se demandait-elle comment rejoindre la Terre qu’elle fut happée par un gouffre noir comme la nuit. Et elle réatterit doucement sur un petit coussin d’ouate. Sa commanditaire avait finalement décidé que sa mission était achevée.

« Haha, je suis ravie de voir les progrès que tu as fait », s’exclama Yukari en caressant l’un de ses nombreux compagnons translucides. « Je n’aurais jamais pensé que les expériences sur ton corps seraient si concluantes. Tu as de la chance que je ne sois pas une vampire, sinon j’y goûterais moi-même ». Haruko sentait le sang bouillonner dans se veines et ses familiers bourdonner de colère. Mais elle se calma en apprenant que la youkai ne lui voulait aucun mal.

« Un échec. Je n’avais pas prévu qu’Eirin aurait aussi bien élevé ces deux mômes. » Alors comme ça la doctoresse qui semblait presque inoffensive était le mentor des deux jeunes filles qui l’avaient tenue en ridicule ? « Tu es restée là-bas quelques centaines d’années. Désolée de t’avoir oublié si vite… Heureusement, les médicament t’ont surement endormi pour une bonne partie de cette durée. » Pourquoi l’avoir laissée ? Cette femme était sûrement un monstre d’égoisme. Ce à quoi la blonde répondit qu’elle était trop occupée à réaliser la part de son contrat.

« Il fallait que je rassemble les éléments nécessaires à la création et à l’équilibre de Gensokyo. Chose promise, chose due. Tu peux désormais vaguer à tes occupations dans ce tout nouveau monde. Amuse-toi bien ! » Alors qu’elle avait encore des milliers de questions à lui poser, la manipulatrice des frontières ne lui demanda pas son reste et ouvrit une faille qui la transporta dans une forêt de bambous sombre et lugubre. La cime des plantes s’étendait jusqu’au ciel, bloquant la majeure partie de la lumière Elle n’entendait rien. Juste le glouglou d’un courant d’eau non loin…

Un lieu quasiment inhabité dans lequel elle se sentait chez elle. Elle passa les quelques premières semaines de sa vie en Gensokyo à apprécier l’humour particulièrement acide de Yukari et à se perdre encore et encore dans la forêt. Cela dit, ses esprits assimilaient plus facilement qu’elles les alentours, même si ils changeaient du tout au tout. Un bambou pouvait pousser de deux mètres en une nuit. Il lui fut donc facile de trouver de quoi se monter un petit bivouac.

Au bout d’un petit mois, elle avait trouvé le village humain. Elle venait leur rendre visite de temps à autre, sans aucune animosité – elle s’était bien entendue avec les humains du monde réel avant qu’ils ne découvrent son secret et ceux-ci étaient même tolérants face aux youkais. Elle avait enfin sa retraite bien méritée de vétérante de guerre. Peu de personnes la gênaient, juste quelques youkais qui aimaient bien combattre avec elle – et c’était réciproque. C’est ainsi qu’elle rencontra Yukaa Kazami, une belle fleur aux longs cheveux verts.

Puis, quelques années plus tard, une éclipse lunaire. La lune grossissait inexorablement. Allait-elle s’écraser sur la Terre ? Haruko faisait encore des cauchemars de sa captivité là-haut. D’ailleurs, les aliens étaient apparemment descendus de leur petit empire pour la saluer. S’installer dans sa forêt, quel affront ! Eientei. Et il y avait Eirin parmi elles Elle n’osa pas aller s’occuper de ce petit monde – mais de toute manière un petit comité de bienvenue alla rapidement leur latter les fesses.

A peine un an plus tard, plusieurs rondins de bois tombèrent dans une rivière en contrebas de l’endroit où elle avait installé son bivouac. Les restes d’une fusée pour aller sur ce caillou blanc de malheur. Elle récupéra facilement les trois compartiments pour en faire un nouveau chez soi, bien lus confortable. Ce fut chose facile avec l’aide des esprits et surtout des dizaines de lapins sur lesquels elle avait mis la main au fil du temps. Sous l’effet de son contrôle, ils étaient devenus noirs. Kurosagi.

Que cette racaille serve enfin. La Tewi et elle étaient d’ailleurs en froid pour cette raison, mais de toute façon, c’est elle qui avait commencé à attrapper ses esprits pour les mettre en cage. Tout ça pour avoir le plaisir de chanter Kagome Kagome en regardant le spectre se débattre et en attendant le passage du serpent. Heureusement, ses pièges étaient d’une bêtise immense, et elle les détectais sans aucun problème. Récupérer ses amis par contre, c’était autre chose.

Comme Eirin avait ouvert un commerce de médicaments, la tsuchinoko avait ouvert une boutique d’anti venins et autres onguents de sa conception. Elle avait des rudiments de médecine, et deux clientes régulières : Fujiwara no Mokou et son amie Keine Kamishirasawa. « Je refuse d’aller acheter de quoi me soigner à la bourgeoise qui habite Eientei » disait-elle quand la tsuchinoko lui demandait pourquoi elle venait la voir. Comme elle habitait un coin paumé, personne ne venait à part ces deux là. L’argent lui convenait amplement, elle pouvait acheter des bricoles à Korindou de temps à autre.

Spellcards :

Une vidéo explique mieux que n'importe quel discours =3



(Ouais c'est style bugguy as heck. J'ai essayé le ph3 mais le viewer en plein écran est moche)

Moulting Sign [Snake Blossom] : Haruko envoie plusieurs serpents blancs les uns après les autres dans toute les direction autour d’elle. Une fois hors de portée d’elle, ceux-ci se mettent à onduler en visant l’ennemi, le tout en libérant des pétales de cerisier et de prunier mortels sur leur passage.

Apocalypse Sign [Green Sun] : La tsuchinoko concentre le pouvoir des esprits flottant autour d’elle pour former une immense boule d’énergie verte qui pulse régulièrement, envoyant de plus petits soleils suivis d’une queue de plasma ainsi que des étincelles rebondissant sur les murs. De temps à autre elle balance aussi quelques lasers jaunes pour corser la difficulté.

Flower Sign [Missed Power] : Le fruit de ses entrainements avec Yuuka, qui lui a enseigné que les fleurs aussi avaient une âme. Haruko utilise ses esprits pour attiser des graines dans le sol et faire naître de longues lianes d’où fleurissent plusieurs fleurs rouges. Elles se dispersent dans les airs en répandant un pollen qui absorbe le pouvoir de l’ennemi, l’empêchant de danmakuter par moments.

Control Sign [Rice Sake Fever] : Elle s’enfile une rasade de sake et sous l’emprise de l’alcool, ses esprits s’agitent dans tous les sens, allant répandre son ivresse aux ennemis aux alentours. De plus, Haruko répand du riz dans toutes les directions, alors que son adversaire titube au hasard (lui permet d’empêcher les mouvements horizontaux, verticaux ou d’inverser les mouvements au hasard).

Je suis pas fan de Yukkuris alors je ferai pas le sien, même si en fait vu qu'un tsuchinoko c'est ça


Voir l'image en grand

...Vous imaginez ptet le délire derrière facilement. Par contre je veux bien parler de sa version sukusuku =3
Plus sérieusement, si quelqu'un pouvait me faire un sprite animé (c'est tout de même plus sexy qu'un sprite repris pour tester) je luis serais infiniment reconaissant ^^

_________________


-= Sunglassed Loli Driver =-
avatar
JonathKane
Astral Stalker
Astral Stalker

Messages : 595
Date d'inscription : 21/08/2011
Age : 24
Localisation : Open Sesame

Profil Joueur
 : TH12.8 - FW TH12.8 - FW
Niveau: Normal
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Brightheart le Mer 12 Déc 2012, 4:56 am

Je suis fière de vous présenter ma OC, une jeune yôkai du nom de Jiji :3

(J'ai essayé de pas trop la cheater.. vous en pensez quoi ?)

Nom; Rakuen
Prénom; Jiji
Titre; The Sunday Stroller
Âge; +/- 160 ans
Espèce; Yôkai non identifié

Physique; Jiji est une jeune fille d'environ un mètre soixante cinq. Ses cheveux sont longs jusqu'en bas des épaules et sont de couleur noisette avec quelques mèches noires, principalement au niveau de sa frange qui tombe du côté droit de son visage. Ses yeux sont vert amande et sa peau est assez claire.
Sa silhouette est assez fine, à l'exception de ses hanches un peu larges.
Elle porte le plus souvent un décolleté bleu foncé accompagné d'un pantalon noir (style jean's), mais aime également sa robe rouge carmin les jours de fêtes. Un chapeau canotier décoré d'un edelweiss et dont la couleur du ruban est verte est posé sur sa tête, légèrement incliné. Elle porte des bottines brunes.
Son chat, une petite femelle tricolore à poil mi-long et aux yeux bleus, nommée Chuugoku (souvent contracté en Chuugo'), la suit partout et va très souvent sur son épaule. Jiji possède une toute petite keystone qui lui sert de porte-bonheur.

Caractère; Jiji est une grande amoureuse de la nature, elle aime énormément se balader et ce surtout le dimanche matin, ce qui lui a valu son titre de "Promeneuse du Dimanche". Elle discute et se plaint beaucoup, ce qui ne l'empêche pas d'être joyeuse de temps à autre. Tous ceux qu'elle aime comptent dans son coeur et elle serait prête à donner sa vie pour eux. Il ne faut pas commencer à l'énerver, sinon attention à vous. Elle n'aime pas non plus les imbéciles tels que Cirno, ou ceux qui font du mal aux autres. Cependant dès qu'elle n'aime pas quelqu'un, elle se met à lui lancer des piques ou faire des sarcasmes sur ce qu'il/elle dit.
Si vous la perturbez pendant sa promenade, elle vous menacera, et si vous insistez, soit ça sera elle, soit ça sera son chat qui attaquera. Mais si vous vous excusez et partez, elle vous laissera tranquille. Mais si vous prenez la petite chatte sans permission ou si vous lui faites du mal, elle vous attaquera sans préavis.

Relations;
Keine Kamishirasawa (Termes plus ou moins bons)
Reimu Hakurei (Connue de nom)
Hong Meiling (Bons termes)
Cirno (Mauvais termes)
Tenshi Hinanai (Amie)

Biographie; Jiji est née un soir d'automne dans une petite plaine de Gensokyo. Elle vit dans une petite maison située entre le Village des Humains et le Manoir du Démon écarlate. Dès son enfance, elle fut entourée de chats. Jamais elle ne connut son père. Sa mère recueillait les animaux blessés et les soignait. Quelquefois, sa famille était visitée par le clan Hinanai quand celui-ci était encore humain et non céleste. Chiko, leur fille, et elle devinrent amies. Celle-ci se renomma en Tenshi quand elle devint céleste, quelque temps plus tard.
Mais quand sa mère mourut à la suite d'une morsure de serpent, Jiji fut bien obligée de se débrouiller seule, avec une peur incontrôlable des reptiles. Elle se promenait énormément le dimanche, mais aussi les autres jours. C'est ainsi qu'elle fit la connaissance de Keine au Village Humain, avec qui les relations sont plus ou moins bonnes, et de Hong Meiling, la gardienne du Manoir, avec qui le courant passa plutôt bien malgré quelques petites tensions si les deux ne sont pas d'accord sur quelque chose.
C'est alors qu'un soir, en faisant sa promenade, elle trouva un minuscule chaton, maigre et sale. Elle recueillit la petite bête, une femelle, et la baptisa Chuugoku, comme le surnom de la gardienne chinoise, disant "Ce nom te va mieux qu'à elle, de plus celui ci ne lui plaît pas".
Depuis, les deux ne se quittent plus. Pendant les balades quotidiennes de Jiji, vous pouvez voir Chuugoku sur son épaule ou marchant à côté, la queue haute le plus souvent.

Arme(s); Un poignard, parfois Chuugoku quand elle utilise certaines spellcards.
Habilité(s); Contrôle l'élément de la Terre.

Occupation; Simple promeneuse
Localisation; Entre le Village Humain et le Manoir du Démon écarlate.

Stage; Petite plaine
Stage thème; Vaste Land ~ Waving Green Grass
Thème; Girl and Kitty ~ Natural Friendship

Spell Cards;
Feline Sign "Sharp Claws"
Earth Sign "Little Earthquake"
Earth Sign "Sand Storm"
Feline Sign "Blue Fangs"
Power of Two "Yokai-Cat Alliance"
Cat's Spirit "Rising Paws"
Earth's Voice "Chant of Eternity"
Earth's Spirit "Silver Diamonds"
Magic Paws "Flowering Plants"

Artworks à venir c:

Bonus ! Yukkuri :
Spoiler:
Surnom : Nyakkuri

Remplie de : chocolat

Phrase Type : Nyan~
Personnalité : Yukkuri très sociable mais un peu timide, ne demandant qu'à être aimé.

Propriétés et Pouvoirs de l'espèce : Peut manger de la terre et en faire apparaître.

S'entend bien avec :
Yukkeine
Yukkeiling
Tenko

-Fréquence : Plus ou moins fréquente à rencontrer.

-Popularité : Peu populaire.

-Autres : /
avatar
Brightheart
Normal
Normal

Messages : 143
Date d'inscription : 22/11/2012
Age : 17
Localisation : Dans les profondeurs de ton subconscient.

Profil Joueur
 : TH12.3 - Soku TH12.3 - Soku
Niveau: Normal
Score: (non communiqué)

https://brightberries.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Invité le Mar 05 Fév 2013, 2:34 am

Mochi Naga
The Juggernaut with an Icy Ground Hallberd.

● Nom: Mochi.
(Originellement « Michi », cfr Histoire)
● Prénom: Naga.

● Âge: Inconnu.
● Espèce: Yuurei (précisément une Onryo).
● Faculté: Les enjeux et les paris. Elle possède également la faculté de maîtriser l'élément Terre.
● Arme : une Hallebarde qui mesure la même taille qu’elle et qui pèse très lourd.

● Occupation : Tient un bureau de Mécénat.
● Localisation : A la périphérie du Village Humain, mais loin du Temple Myouren.

● Stage : Mid-Boss stage 2, Stage Boss 3 et Mid-Boss stage 4. Elle revient à chaque fois pour parier, et faire des duels. Ça l'amuse d'embêter les gens.
● Theme : Suitor Hanger ~ Duty Rescission.

● Autres relations :
Knyvia Hikeru : Amies / Partenaire de duels, d'entraînement.

Description Physique:
Plutôt de petite taille, Naga est excessivement fine, mais possède une carrure impressionnante, lui donnant un air particulièrement masculin. Elle possède des cheveux semi-long en bataille dont deux longues mèches pendent de chaque côté de son visage, d’une couleur bleue royal dégradant non abruptement vers une couleur turquoise clair et surmontés d’un chapeau-melon noir qui lui, possède un ruban blanc sur lequel sont attachées deux plumes multicolores, avec lesquelles elle dessine et écrit. Ses yeux sont gris clair et sa peau plutôt claire. Sa poitrine est dissimulée sous une légère couche de bandages, le tout recouvert d’une chemise de couleur blanche aux bords bleu marine dont quelques symboles étranges sont brodés avec du fil doré dessus. Sa chemise est ceinturée par une obi en cuir qui lui, est ceinturé par un ruban bleu Bilal, surmonté d’une ficelle de corde. Ses mains sont recouvertes de larges gants, également en cuir, donc quelques symboles semblables à ceux de sa chemises y sont brodés avec du fil d’or. Son bras gauche comporte deux larges marques de coupure. Attachée par-dessous son obi se trouve une cape simple, d’un tissu pauvre de couleur sienne, qui recouvre la moitié du bas de son corps, signe de son métier de mercenaire bretteuse3. Par-dessous quoi, elle porte une simple jupe flottante de couleur turquoise clair lui arrivant au-dessus du genou, lui laissant beaucoup de liberté de mouvement. Ses jambes, elles, sont recouvertes de longs bas bleu de minuit et terminent dans des petites bottines en cuir. Un petit lapin en boule se trouve constamment sur son épaule gauche.
Elle possède une force physique relativement intrigante, et ne se maîtrise que très peu, tout autant que, apparemment née de l’hiver, elle supporte très bien le froid, et ce dernier est même un avantage pour elle, tandis que la chaleur la rend malade. D’ailleurs, elle ne tombe malade qu’en été.

((Celui qui me sort qu’elle est physiquement inspirée de Tenshi, bravo ! Vous êtes perspicaces ! Mais j’n’en ai rien à battre. ~ ))

Description Mentale:
Extrême. Naga à une personnalité extrême. Ses réactions en sont de même, et beaucoup de gens ne la comprenne pas, ou la prenne alors pour une folle, puisque beaucoup pourraient croire à une sorte de schizo, ce qu’elle n’est pas. Elle ressent tout de façon extrême également : ses joies sont multipliées, mais ses peurs et ses tristesses également, et parfois, son humeur peut changer rapidement, sous une simple parole. Cela dit, s’il s’agit de tristesse, elle se taira, et partira, bien que son souhait soit de continuellement s’amuser et rire. Si ses réactions sont extrêmes, son sourire l’est aussi, puisqu’elle sourit toujours, en chaque instant, à l’exception de lorsqu’elle court un danger ou qu’elle est réellement triste. Elle ne s’énerve pas vite (à l’exception de quand elle a très peur), et n’est pas de nature rancunière. Malgré parfois ses airs hautains, elle semble apprécier considérer chaque personne comme étant unique et digne d’intérêt, et adore rencontrer de nouvelles personnes, même si elle ne désire pas s’en faire des amis. De sa pensée surdouée, elle a une capacité analytique très poussée et agit souvent avec psychologie, tant que ses émotions ne prennent pas le dessus et que son instinct ne ressorte.
Elle possède également une sensibilité au-delà de l’entendement (cfr : Histoire) et pour cause, cache souvent voire tout le temps, ses émotions et sentiments les plus profonds. Il n’y a qu’une seule personne à qui elle partage tout, et c’est à son animal de compagnie. D’ailleurs, elle adore les animaux. Et la nature. Elle peut discuter avec eux, bien qu’elle ne comprenne pas leurs réponses, mais elle s’en fiche, elle fait ce qu’elle veut. Elle aime la liberté et possède une personnalité franche et assez directe, et ne possède aucun tabou, sur tous les sujets possibles et inimaginables. Elle aime aussi se battre pour s’amuser, dire des bêtises tout le temps, faire rire les autres et faire (parfois) de mauvaises blagues, ce qui lui attire parfois quelques ennuis. Autrement, c’est une grosse fainéante qui profite de la vie à fond, car elle l’aime plus que tout. Ce dernier point est important. Elle aime positiver et est très amicale et sociable. Cela dit, elle reste tout de même du genre à apprécier rester complètement seule, et ne se dirige que très peu vers des personnes afin d’avoir un contact. Pour être honnête, toutes ses connaissances, elle les a rencontrées en demandant son chemin, ou l’heure qu’il était…
Enfin, elle est une grande débrouillarde et use souvent de ses connaissances et de sa force physique afin de réaliser de bonnes choses, solides et tenaces.

Histoire:
Le glas de cette personne sonnait. Et lorsque le discours fut terminé, je m’avançais, lentement, mon arme pourfendeuse à mon bras. Je pensais couramment que mon travail consistait à remettre de l’ordre dans le monde, et que j’avais la tâche la plus désagréable à faire, donc celle dont personne ne voulait s’occuper, malgré leur envie à tous de le faire. Je me sentais puissante et lumineuse, comme si, en quelques sortes, j’étais une sainte du jugement et que mes actes étaient bons et incontestables. L’homme était préparé, mais tremblait de peur. Et je pensais « tu peux bien trembler, car ce jour, tu te retrouveras face à ta propre vie, et tu seras jugé, et tu iras en enfer, monstre ». Ce type de pensées me donnait la force de continuer mon métier. Et ce type de pensées me permit de décapiter vif cet homme, considéré par tous comme un criminel. Et seule moi m’acclamais pour mon exploit.
« Le seizième, ce mois-ci. » pensais-je.
Je regardais ma lame avec fierté, outil de travail et à la fois grande amie, dont je ne me séparais jamais. Et de suite après l’exécution, l’entourage fit un léger brouhaha, puis s’en alla et enfin, ce fut mon tour, prenant le corps et la tête de l’homme et allant m’occuper de les placer dans la nécropole du bâtiment. Sortant de là, je ramassai ma paye et m’en allai, rentrant chez moi, fermement, durement, et l’expression au visage aussi pragmatique que le reste de mon corps.
Mon métier, était bourreau.

Ce type de scène était courant dans ma vie. C’était presque lassant, à force. Mais je devais bien avouer que j’étais fière et que cela nourrissait mon égo au plus haut point. Me considérer comme une lame de justice absolue était bien agréable. Alors je rentrai chez moi l’esprit fort et fermé sur ma propre personne. Il était vrai que depuis le début de mon existence, jamais je n’avais partagé à quiconque ce que j’étais, et avais fini par préférer rester seule. Cela devait jouer beaucoup sur le mépris que je portais sur les personnes que j’exécutais, et les autres également.
Je prenais mes clés, ouvrit ma porte, déposa mon arme contre le mur, retira mes frasques de bourreau et me mit à l’aise, jusqu’à ce que je découvre qu’un petit lapin, fragile et l’air malade, se tenait dans un coin chaud de mon lieu de vie. Au premier abord, je le regardais de mauvaise façon, et décida de le prendre dans mes mais afin de le jeter dehors.
« Pas d’animaux ici, tu n’a rien à faire là, retourne chez toi. » disais-je tout haut.
Mais lorsque je sentis le poids, ou plutôt lorsque je ne le sentis pas en le prenant dans mes mains, j’eus une frayeur incompréhensible. Cette petite chose allait mourir, si je ne faisais rien. Mais qu’en avais-je à faire de la mort, puisque je la côtoyais quotidiennement ? C’était la vie, après tout.

Mais non, regardant cet animal mourant, je ne pouvais pas, d’instinct, le laisser mourir. Alors les jours qui suivirent, pour la première fois de ma vie, je les passais à la maison, seule avec cet animal, prenant congé. Je lui offris de la nourriture adéquate, me promenais avec étais même allée jusqu’à consulter un docteur pour lui, qui m’annonça au fil du temps que son état s’améliorait.
Je ne savais pas pourquoi ni comment ce lapin était entré là, étais-ce un signe de la vie ? Je ne le savais guère. Cela dit, je passais, sans m’en rendre compte, les plus agréables moments de ma vie. On avait finis par devenir inséparables, et les gens de mon village ne me reconnaissaient pas, mais de me voir souriante, en compagnie d’un animal, était une chose qui leur plaisait, apparemment. Même les enfants qui me fuyaient autrefois vinrent à me parler afin de caresser l’animal, ou de lui donner à boire. C’était magique.

Il fut un jour où les congés furent terminés, et où je dû retourner au travail. Par habitude, le petit lapin vint avec moi, et je retrouvais mon espace de vie quotidien « de l’époque ». Ca ne faisait que deux semaines que je m’étais absentée, mais j’avais la sensation que cela faisait trois mois. Au départ, tout se déroulait bien, je reprenais un certain enthousiasme à revenir au travail. Mais lorsqu’il fut le moment fatidique de lever mon arme pour décapiter l’homme qui se tenait couché devant moi, je ne pus exécuter ma tâche. Mes sentiments se chamboulèrent. J’étais perdue. Ma force. Ou était partie ma force ? Je regardais l’homme, couché, tout comme l’avait été le lapin que j’avais recueilli. Il tremblait de peur, il semblait affamé et triste. Dans ses yeux ne transparaissaient plus aucune lueur, plus aucun espoir. Il était faible et moi forte, il était mal et moi bien, il était malheureux et moi heureuse. Par contre il avait tué et moi je...



… Je me pris un violent coup mentalement. Il avait tué, et j’avais également tué, et ce, en bien plus grand nombre que lui. Mon nombre de victimes s’étendaient à plus d’une centaine. Je commençais à devenir folle. Mon arme tomba, et je reculais, inconsciemment, prise de peur. Je regardais mes mains, qui semblaient recouvertes de sang, bien que gantées. Sang que j’étais habituée de voir, mais qui m’effrayait au plus haut point. Gantée… Pour cacher que mes mains soient des armes de destruction ?! Cacher au public qui attend impatiemment de voir un criminel mourir par les mains même d’un criminel ? Sans qu’il ne sache que leur justice même est criminelle ?! Comment avais-je pu ainsi éliminer la vie sans une once de réflexion, comment avais-je pu réduire mon existence au fait de voiler mon esprit par un tissu de mensonges les plus grotesques les uns que les autres ?!
Je n’étais pas d’accord avec tout cela. Je ne voulais plus tuer, et non ! Non ! Je ne l’avais jamais voulu ! Mon arme était à terre, et un juge vint à me demander ce qui se déroulait. Je me tournai vers lui.
« Non ! Vous ne me ferez plus tuer d’autres gens ! Je ne suis pas une criminelle ! Pas comme vous tous !! Monstres !!! » hurlais-je.
C’est ainsi que je finis par m’enfuir, libérant avant tout l’homme qui devait être jugé, puis reprenant mon arme, en larmes et courut à toute vitesse chez moi, m’effondrant sur mon lit. Le lapin était toujours là, et ne disait rien. Il ne disait rien, comme si il avait déjà tout compris depuis le départ. Comme si il avait été là pour m’enseigner quelque chose depuis le début. Je restai couchée toute la fin de la journée jusqu’à la nuit, à la fois pensive et vide. Le résumé de mes pensées fut, que mon existence avait été pauvre, que la vie vaut la peine d’être vécue, et que tous les enjeux sont à prendre, afin que lorsque l’on meurt, on puisse sourire à pleine dents. Finalement, je m’endormis, épuisée d’avoir tant pleuré. Les jours qui suivirent, je ne bougeai plus de mon lit. Je ne me nourrissais plus, et laissait mourir de faim mon animal de compagnie avec moi. Après une semaine, le Lapin mourut, couché sur ma poitrine. Et j’en fus tellement détruite, que je décidai de m’inciser les artères du bras gauche avec ma propre lame. Et j’en mourus également.

Une vie parfaite, dans la forme, mais une vie atroce, dans le fond. Il ne me suffisait que de voir le réel, la vérité, pour savoir que j’étais un monstre. J’avais provoqué la mort de centaines de personnes, provoqué la mort de mon seul ami, et provoqué ma propre mort. Volontairement. Lorsque vous tuez des gens, ordonné sous une loi qui oblige les criminels à mourir, vous devez mourir aussi.

Mais je n’avais pas fini. J’étais emplie de regrets et au final, tout ce que je désirais, était de vivre. Et comme toutes ces personnes dans mon archétype, je devins une Yuurei-Onryo, un esprit vengeur. Mes souvenirs de cette époque ne sont que très vagues.

Finalement, je cru m'endormir, et je cru que ce fut ma fin. Mais lorsque je m'éveilla, il faisait nuit, ma vision était claire, et malgré l'immense tas de bambous qui m'entourait, je pouvais apercevoir la lune et les étoiles, haut dans le ciel. Que faisais-je là ? Je ne le savais pas. Prise d'un léger mal de tête, je me levai, et, regardant autour de moi, je vis mon arme déposée plus loin. C'était étrange. Il y avait l'espace d'un instant, je pensais mourir et là, à ce moment précis, j'étais dans un lieu vivant, et, non, ce n'était pas un rêve. Je repris mon Hallebarde, et commença à avancer lentement, sentant mes jambes plutôt lourdes, le poids de mon arme n'arrangeant rien. Après quelques pas, j'entendis un bruissement dans les feuillages. Je me retournai alors, me mettant sur ma garde. Ces années à errer en tant qu'esprit m'avait rouillée... Il allait falloir que je reprenne un entraînement intensif !
Puis, sortant des feuillages, une ombre, puis une personne apparu. J'eus un choc et recula de quelques pas, méfiante. Il s'agissait d'une personne aux longs cheveux blancs, possédant de longues cornes, ainsi qu'un chapeau et une tenue verte. Et étonnement, elle possédait une queue aussi... Mais, ce genre de choses n'existe que dans les contes de fées pourtant !
« Enfin, quoique, je suis bien une Yuurei-Onryo, alors bon... » pensais-je.

La femme, ayant dans ses mains un petit lapin blanc, fragile, s'avança vers moi et commença à me parler.
« Cette.. Chose lunarienne s'est perdue et qu'elle vous recherchai. » dit-elle en désignant l'animal, qu'elle laissa courir vers moi. « Bonsoir, je m'appelle Keine Kamishirasawa. Vous semblez aussi perdue que votre ami, est-ce que je peux peut-être vous aider ? » prononça-t-elle d'une voix relativement douce.

Je devais rêver. Les Youkai avaient des prénoms et des noms de famille ? Hallucinant. Je clignai des yeux, me demandant où ce que j'étais tombée. Et, de ma nature franche, je ne pu résister de transmettre mon angoisse oralement, tenant toujours mon arme, méfiante, et ramassant sur mon épaule gauche le petit lapin blanc qui sautillait vers moi.
« Bien, hum, bien ! M-merci ! Eh bien, mademoiselle Kamishirasawa, si tu veux m'aider, dis-moi où est-ce que je suis ! Qu'est-ce que je fais là ? Et t'es quoi, précisément?! »
« Allons, allons, calmez-vous. » me répondit-elle en souriant. « Vous êtes à Gensokyo, le pays des illusions, et ici, précisément, dans la Forêt de Bambous des Disparus. Et si vous êtes arrivée ici, c'est que les Humains dans le Monde Réel vous ont complètement oubliée. Et moi, je suis une Hakutaku supérieure.»
« ... Quoi ? Oubliée de quoi ? Je. Je n'y comprends strictement rien ! » répondis-je en me mettant bien plus en garde.

Ensuite une lueur derrière elle sembla s'allumer. Ce n'était pas bon signe... Et si cette Hakutaku était bien plus puissante que je ne l'imaginais... ? Ça sentait le roussi. Une voix différente se fit retentir alors. Une voix de femme, mais à tendance masculine.
«  Hey, tu vas t'calmer tout de suite la nouvelle, là. » La lueur se transforma alors en une femme très masculine portant également de longs cheveux argentés, noués par des rubans rouges et blancs, dressée d'une chemise à moitié brûlée et d'un pantalon emplit de sceaux cousus dessus. « On est là pour t'aider et tu nous prends pour de la merde, tu crois vraiment que tu vas arriver à t'intégrer avec un comportement de ce genre? Soit tu te calmes, soit je te calme, mais 'va falloir prendre une décision, gamine. »

Alors là, celle-là ! Elle se prenait un genre que je n'aimais pas DU TOUT. Mais... Il est vrai qu'elle devait avoir raison. Je baissa alors mon arme et me tint debout, naturellement.
«  Bien, très bien. Je m'excuse pour mon agressivité. Mais, je suis perdue, je pensais m'être endormie ou être morte et me voilà dans un lieu que je ne connais pas. J'aimerais qu'on m'explique ce qui se passe, ce que je fais ici, et pourquoi? » dis-je d'un ton véritablement plus calme.
« Keine te l'a dit, t'es à Gensokyo, dans la Forêt de Bambous des Disparus. » me répondit-elle. « Et moi, j'suis Mokou. T'as l'air d'une humaine mais t'en est pas une, enfin cela dit on va quand même t'aider à regagner le Village Humain et je te laisserai avec Keine pour qu'elle t'apprenne tout ce qu'il faut. Plus paumée que toi, j'ai jamais vu ça... »

Après le dialogue, Mokou et Keine donc, m'emmenèrent vers ce « Village Humain ». Mokou ne parlait pas et marchait en devant, tandis que Keine tentait d'apprendre à me connaître. Au final, je n'étais peut-être pas si mal tombée, ces deux-là s'avéraient particulièrement sympathiques. J'expliquais à Keine un bref passage de ma vie en tant que Yuurei-Onryo, tandis qu'elle m'analysait physiquement. Le voyage fut assez court, pour gagner notre destination. Mokou lança un « Voilà, terminus ! Moi je me casse, ciao ! » avant de repartir dans la Forêt de Bambous, puis Keine m'emmena dans ce qui semblait être une école. Le Village Humain était plutôt beau, de nuit. Je découvrais un paysage calme et agréable, empli de nature. Sincèrement, j'espérais que les gens étaient tout aussi sympathiques que le paysage, si je devais vivre ici. Entrées toutes deux dans l'établissement, la Hakutaku m'invita à m'asseoir face à elle, tandis qu'elle était assise au bureau du professeur, sur l'estrade.
« Eh bien voilà. » Commença-t-elle. « Tu es donc à Gensokyo, le Pays des Illusions. Ici se trouvent toutes les créatures mythologiques, les Dieux, et autres espèces fantasmagoriques auxquelles ne croient plus les Humains dans le Monde Réel. Toi, tu es très certainement une Yuurei-Onryo, après avoir analysé ton comportement et d'après ce que tu m'as dit. Il semble que tu ais eu des regrets dans ta vie en tant qu'humaine, je me trompe ? »

Je ne répondis volontairement pas à cette dernière question. Mes oreilles étaient attentives à ce qu'elle me racontait, si je devais apprendre à mener une nouvelle vie, il me fallait étudier soigneusement l'univers dans lequel je me trouvais.
« Hmm... Comment est-ce que tu t'appelles? »
« Je m'appelle Naga. Naga Michi. »
« Naga Mochi, original. Cela correspond bien au fait que tu portes à tes côtés un lapin lunaire... » dit-elle en soupirant.

Cette réponse me fit éclater de rire. Mochi ?! Comme la nourriture ! Alors, ça, c'était la meilleure !
« Ahah ! Naga Mochi si tu veux ! Ça sonne très bien, oui ! » m’esclaffais-je.
« Ah, pardon, j'ai mal entendu... Mais si ça te plaît ! » me répondit-elle en riant légèrement.  «  Bref ! Eh bien, mademoiselle Mochi, laisse-moi t'apprendre la vie à Gensokyo... »

S'ensuivit alors une longue nuit, où l'Hakutaku m'apprit tout ce que je devais savoir sur ce nouveau lieu qui s'offrait à moi. La relation entre les Youkai et les Humains, les différentes religions exploitées récemment, la vie quotidienne au sein du Village, l'intégration et le respect au sein de la communauté Youkai, les différents lieux présents à Gensokyo,... Et finalement, l'aube se leva. La classe allait commencer pour elle, m'expliqua-t-elle, car elle était professeur. Elle me tâcha de me trouver un métier, ou une occupation, qui irait en faveur de mon intégration dans tous les milieux confondus.
Ainsi, je décida de sortir de l'école, remerciant Keine et lui promettant de revenir la voir de temps en temps, et qu'elle remette mes remerciements à Mokou également. Et fermant la porte derrière moi, je sentis le vent frais du matin qui caressait mon visage, l'odeur de la rosée du matin effleurer mes narines, et la sensation que cet hiver advenant, ma vie allait prendre un tout autre tournant.





Je suis aujourd'hui mercenaire et personne ne sait que je suis une Youkai. Je vis non loin du Village Humain, mais éloignée de Byakuren Hijiri, qui a tenté plus d'une fois de « me sauver de mon triste sort ». Ah quelle garce, elle et sa religion ! Enfin bref. Mes amies sont évidemment Keine, que je revois de temps en temps pour des missions, et Aya Shameimaru, qui a adoré m'interviewer sachant qu'une nouvelle mercenaire était présente à gensokyo. « C'est un scoop ! » avait-elle dit. Allant plus d'une fois à la Montagne Youkai pour rencontrer cette dernière, j'ai également tissé des liens d'amitié avec Nitori Kawashiro, qui, au fil de nos rencontres, m'apprends à construire des objets plus technologiques les uns que les autres. Et cela me passionne ! J'ai également rencontré plusieurs fois Sakuya Izayoi et Reisen Udongein Inaba à la pharmacie lorsque j'ai besoin de soins pour mon lapin, et ait déjà eu quelques mésententes avec cette première, à cause de missions de personnes plutôt maladroites qui allaient s'aventurer au Scarlet Devil Mansion... J'aime également parler, m'amuser et boire avec Toyosatomimi no Miko, bien que je ne la vois que très rarement. Elle aime faire des paris avec moi, et elle a été mon amie de duel pour un temps.

Les Humains de Gensokyo ne me font pas vraiment confiance, mais je me suis très bien intégrée dans la communauté Youkai, et je vis désormais parfaitement. Cela dit,...

Je te parie combien que tu n'osera pas venir me défier,
newcomer character fan-made, ou autre Youkai du Pays des Illusions !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Remanent le Dim 25 Aoû 2013, 5:55 am

Allez, je vais enfin poster cet OC, ça fait un an qu'il traine et il est "presque" fini !

Nom; Haisoa
Prénom; Kiome
Titre; The Girl Dancing with Blades, Empress of a Thousand Edges
Age; 19 ans
Date de Naissance; 23 février
Espèce; Humaine
Orientation; Ouverte à toutes les propositions

Couleurs; Cramoisi, Noir et Or
Citation; “Ton arrogance te perdra !”
But;  Maîtriser son épée pour réaliser le rêve de son frère. Pour cela elle étudie fortement la magie d'invocation et de contrôle.
Préférences et Goûts; Kiome adore cuisiner même si le résultat est souvent catastrophique. Elle aime beaucoup s’entraîner et proposer des défis aux gens qu’elle apprécie.  En hiver, elle sort très peu et ne supporte pas la vue de bonhommes de neige.
Physique; De taille moyenne, environ 1m75, elle a de longs cheveux noirs attachés par un ruban en natte, qu'elle fait passer devant son épaule. Ses yeux sont bruns, et rarement rehaussés par du maquillage, mais deviennent dorés quand elle emploie Sheisare. Elle porte une grande robe d'un rouge sombre, les manches comportent des lacets sur le dessus. Trois petits pavois tenus par des chaines sont présents en bas de la robe. Elle porte au-dessus de cette robe un mantelet noir, aux bords dentelés et avec deux chutes de chaque côté. Son bras gauche est recouvert par une imposante armure, se terminant par un gantelet et une épaulière basse. Elle préfère porter de grandes bottes de cuir noir.
Caractère; Elle a un sens de l’honneur et de la loyauté très fort, et a tendance à vouloir superviser  la situation et donner des ordres. Cela peut la faire paraître froide et distante, mais elle accorde une grande confiance en ses amis et beaucoup de considération pour ses adversaires, avec qui elle garde toujours de bonnes relations. Elle ne refuse aucun duel, même si elle est sûre de perdre. Kiome préfère le raffinement à la force brute, même si elle n’est pas contre l’idée de rentrer dans le tas de temps en temps.

Pouvoirs; Elle possède Sheisare,  une épée découverte au milieu d’un champ de bataille et autrefois maniée par son frère qui lui permet de manipuler et d’influencer d’autres armes. C’est aussi une spécialiste en invocations.  Cela  lui offre un arsenal d’armes plutôt vaste qu’elle manipule de préférence  à distance. Elle ne combat presque jamais directement avec  Sheisare car elle ne parvient pas à la maitriser totalement, ce qui épuise une grande partie de son énergie spirituelle. Kiome peut aussi invoquer des pièces d’armures, ainsi que des boucliers pour se protéger, mais préfère l’attaque à la défense. Elle ne peut plus utiliser ses sceaux d’invocation lorsqu’ elle manie Sheisare directement mais peut néanmoins utiliser des sceaux défensifs, semblables à des pièges. Kiome s’y refuse en général car elle considère cette technique comme de la lâcheté.
Style de Combat; De préférence en manipulant ses armes invoquées, Sheisare flottant à ses côtés. Elle supervise le combat comme un général commande ses troupes, sans être sur le front. Il arrive que Kiome se lance dans la bataille en maniant directement une des armes invoquées si on la provoque. Elle reste dangereuse au corps à corps, son style est élégant bien qu’imparfait, mais pas autant qu’à distance. Pendant la durée où elle empoigne Sheisare, sa force et sa vitesse sont décuplée et des épées se déploient autours d’elle pour former des ailes.
Faiblesses; Comme Kiome se bat surtout grâce à ses invocations, elle peut être prise au dépourvu  pendant la mise en place des sceaux, et a du mal à manipuler un trop grand nombre d’armes présentes durant la bataille. Elle est plutôt sensible à des attaques de magie pure. De plus, la grande consommation spirituelle de Sheisare  l’empêche de se battre à pleine puissance sur une période longue et lui fait perdre son sang-froid. Elle est vulnérable au froid, et tombe facilement malade en hiver.

Relations; a parfois accepté des requêtes venant de Marisa, et a servi sous les ordres de Sakuya  après qu’elle l’a recueillie, sachant qu’elle pouvait faire un serviteur acceptable.  A rencontré une fois Cirno et a attrapé une grippe après un duel. Kiome a entendu parler de la magie d’Alice concernant le contrôle de ses poupées et aimerait la rencontrer pour comparer sa propre magie, en combat de préférence.

Là on attaque du pavé.
Biographie (en cours);
Spoiler:
Encore des mauvaises nouvelles. Ce n’est pas comme si Kiome redoutait la guerre, et les batailles qu’elle semait, au contraire. Elle s’était très vite habituée à côtoyer la mort et la destruction, recevant chaque jour des courriers de son frère lui narrant ses propres batailles. Chacun combattait sur un front différent, lui au Nord, elle au Sud. Chacun faisait face à l’ennemi. Mais tandis que Kiome ne vivait que pour terrasser, trouvant l’exaltation dans le sang et les larmes de ses adversaires, son frère nourrissait des rêves de paix. La guerre semblait presque finie, les forces ennemies reculaient, tentant vainement de défendre des positions clés.
« J’espère qu’il ne va me sortir le même refrain qu’à chacune de ses lettres…  Il ne fait que cacher sa couardise derrière une fausse humanité… S’il croit pouvoir arrêter la guerre à lui tout seul, et sans prendre une seule vie, ça le regarde. Mais qu’il n’essaye pas de me convaincre. J’ai déjà mes méthodes… » Kiome prit la lettre et s’apprêta à l’ouvrir comme toutes les autres auparavant. Mais elle s’arrêta brusquement lorsqu’elle remarqua les armoiries de sa famille représentées sur le cachet. Ce n’était pas le genre de son frère d’être aussi formel, aussi commença-t-elle à se douter de quelque chose. Cela ne provenait effectivement pas  de lui, mais directement de sa famille. Si la guerre lui avait permis de s’en éloigner, recevoir ce genre de missives ne pouvait signifier qu’une seule chose : encore des mauvaises nouvelles.
« Mort ? Comment ça mort ? Ça ne peut pas être vrai, je n’y crois pas ! » Kiome jeta la lettre par terre et se précipita vers sa chambre, une simple pièce comportant un lit usé par d’autres avant elle, ainsi qu’une chaise et un bureau taillés dans un bois vieilli. Être officier avait au moins quelques avantages, mais la présence de cette pièce rassurante ne pouvait atténuer la douleur de cette annonce. Même si leurs opinions divergeaient, Kiome et son frère étaient très proches. Pour la première fois, la mort dont Kiome avait l'habitude d'apporter venait dévaster sa propre existence. Elle s’affala sur son lit et pleura pendant plusieurs heures. Une fois le choc passé, les yeux rougis par les larmes et sa chemise trempée, elle commença  à rassembler ses affaires. Elle devait rentrer en urgence, sûrement pour une discussion concernant l’héritage de sa famille. « Tu étais obligé de mourir hein ? Tu voulais gagner la guerre sans verser une fois le sang, pourquoi a-t-il fallu que tu sois celui choisi pour tomber ? Tu y étais presque arrivé… Incapable, tu resteras un incapable jusqu’au bout. ».
Une fois le peu d’affaires qui parsemaient la chambre rassemblées dans une valise usée, Kiome se dirigea hors de la caserne. Des ruines, de la fumée, des blessés.  Des soldats gémissaient autours d’elle, au loin retentissaient les combats.  En marchant le long d’un chemin sinueux, se faufilant entre les bâtisses écroulées et les arbres renversés, Kiome arriva à la gare, ou tout du moins la seule voie de fer encore capable de guider les trains où s’entassaient hommes, femmes et enfants.
Assise parmi la foule, des paysages ravagés défilaient devant ses yeux.  Des champs de morts, des forêts décimées, des charniers et des déserts formaient une ronde qui tournait autour des voyageurs assez courageux pour lever les yeux vers la fenêtre. Les terres stériles s’effacèrent bientôt, faisant place à un arrière-pays préservé des combats et empli de vie.  Chacun semblait reprendre espoir loin des atrocités des combats, bien que des visages crispés par les souvenirs apparaissaient çà et là. Une masse grise se détachait à l’horizon, perdue entre les collines et les forêts. « De retour à Riesebourgh ».

Retrouver son chemin au milieu des ruelles sinueuses se trouva être plus simple que prévu. La ville avait été épargnée par les batailles, Kiome put donc laisser ses souvenirs guider ses pas, et arriva en peu de temps devant la Maison Haisoa. Une haute barrière en fer forgée bloquait l’accès à un somptueux jardin, s’étendant tout autour des deux ailes du manoir. Une tour s’élevait devant la façade, son ombre se prolongeant sur la ruelle d’où provenait Kiome. La lourde porte grinça quand elle s’ouvrit, puis se referma doucement à mesure que Kiome se rapprochait de la demeure de sa famille. Il n’y avait cependant aucun portier pour l’accueillir, ni même un seul jardinier. Avaient-ils été renvoyés ? L’argent n’avait jamais été un problème pour sa famille, et même en temps de guerre de nombreux domestiques s’affairaient à maintenir la noblesse du lieu. Le jardin restait silencieux, seul  le murmure du vent semblait se réjouir du retour de Kiome.  Aucune lumière ne s’échappait des hautes fenêtres, sauf  une mince lueur provenant de la chambre des domestiques.
Le heurtoir retentit trois fois sur la massive porte de bois. Puis le silence revint sur le domaine. Finalement, des bruits de pas fatigués se firent entendre depuis l’intérieur, des loquets étaient tirés, une chaîne enlevée, et dans la pénombre du portique apparut un visage familier.
« Bienvenue à la Maison Haisoa, Madame. J’attendais votre retour avec impatience. » Un majordome à la carrure impressionnante, mais voûté par l’âge venait de la saluer. Ses habits témoignaient d’un honneur appartenant au passé, comme si la noblesse qui les habitait avait été ternie par le temps. « Il  est bon de vous revoir Fenor. Mais qu’est-il arrivé à ces lieux ? Ou sont tous les autres serviteurs ? Oh, j’oubliais la raison de ma venue… Une réunion importante concernant la mort de mon frère n’est-ce pas ? « Le visage de Kiome se crispa de douleur un instant, puis retrouva une expression plus neutre. » Allons voir le reste de ma « famille » et leurs sempiternelles querelles… Je m’en vais au parloir, je suppose qu’ils y sont tous déjà. 
-Madame, votre famille ne se trouve pas là…
-Et bien dites-moi donc où ils se cachent ! Ce n’est pas les salles qui manquent ici !
-Permettez-moi  d’apporter de plus grandes précisions… Votre famille ne se trouve plus en cette demeure depuis plusieurs années…
-Pardon ? Partis ? Mais pour aller où ? Ils m’ont abandonnée  moi et mon frère, profitant de la guerre pour se terrer ailleurs ?
-Mes excuses Madame, mais il semble que ces faits soient avérés… »
Kiome ordonna à Fenor de lui préparer un thé et se dirigea vers la salle à manger. Elle arpenta les illustres couloirs, les murs désormais nus de tout tableau, les chandeliers couverts de poussière et de toiles d’araignées. La lumière  blafarde qui perçait les fenêtres rendait méconnaissable ce manoir, autrefois la fierté des Haisoa. Qu’était-il donc arrivé pour que tous soient partis ? Cela n’avait pas d’importance,  sa famille n’en avait jamais eue à ses yeux. Kiome se laissa tomber sur un divan, et regarda les secondes passer sur la vielle horloge du salon. L’aiguille trembla quelques instants, puis s’arrêta sur le IV effacé du cadran. Le majordome revint avec un plateau, et servit une tasse à sa seule maîtresse.
« Pourquoi êtes-vous resté Fenor ? N’avez-vous pas suivi les ordres de Père ?
-J’étais au service de feu votre frère, même si j’exécutais les tâches confiées par Monsieur. Aussi mon devoir était-il d’attendre votre retour.
-Vous avez donc  envoyé la lettre n’est-ce pas ?
-En effet.  Après sa mort, celui-ci m’a demandé de vous remettre ceci. Je reviens de suite Madame. »
Kiome regarda le majordome disparaître par une porte menant au couloir principal et prit une gorgée de thé. Lui aussi semblait fade et vieilli. Fenor apporta prestement un objet enveloppé  dans de somptueux draps et le remis à Kiome.  Lorsqu’elle écarta les draps, elle aperçut un reflet argenté. En tirant le fourreau, une longue épée à la garde ronde parsemée de cristaux se tenait entre ses mains.
« Il vous a remis son épée ? Pourquoi voulait-il me confier Sheisare, c’est un trésor familial ! Personne n’a tenté de la reprendre ?
-Personne n’y est arrivé. Cette épée vous a attendue à mes côtés depuis la mort de votre frère.
-Absurde, ce n’est qu’une épée. ! » A cet instant, Kiome crut apercevoir un reflet provenant de la lame, comme un signe d’offuscation.
« Sachez Madame que cette épée possède une volonté ainsi que certains pouvoirs. C’est grâce à elle que votre frère a gagné toutes ses batailles. Elle a forcé l’ennemi à déposer les armes. Enfin, il serait plus précis de dire que les armes se sont déposées elles même.
-Cessez de raconter ces histoires !
-Ce ne sont pas des histoires. Votre frère était arrivé à maîtriser parfaitement Sheisare.
-Alors pourquoi est-il mort si aucune arme ne pouvait le blesser ?
-Ce ne sont pas les armes qui tuent, mais les hommes qui les manient. »
Kiome saisi Sheisare  et l’inspecta, admirant l’éclat de la lame, vérifiant l’équilibre de l’épée en simulant un combat contre un adversaire imaginaire. Ses mouvements étaient gracieux, fluides, et ses coups s’enchaînaient en un balai hypnotique. C’était une arme de grande qualité, et celle-ci semblait vibrer à l’idée de participer à de nouvelles batailles.  
« C’était une démonstration fort impressionnante Madame.
-Je n’arrive même pas à la cheville de mon frère, c’était un guerrier beaucoup plus talentueux que moi. Il gâchait ses dons en s’entêtant à refuser les combats et à poursuivre son « rêve de paix ». Vous avez dit que cette épée était magique n’est-ce pas ? Allons vérifier ça. La salle d’arme est toujours là rassurez–moi ?
-En effet Madame, mais-
- Eh bien suivez-moi Fenor ! »
La salle d’arme était une vaste pièce dégagée de tous meubles, où s’alignaient jadis armures et râteliers fournis de divers instruments de mort, et qui servait principalement aux entraînements de combats, en particulier les duels à l’épée. Plusieurs entailles dans les murs et le sol témoignaient des âpres combats qui y avaient eu lieu. Il ne restait ici plus que quelques dagues et épées de bois, ainsi que de grands halos de poussière à l'emplacement des hautes armures. Kiome lança une épée à son majordome, sûrement oubliée lors de l'exode de sa famille.
« Tenez, et en garde ! Attaquez moi, nous verrons  bien si la « magie » de cette lame est réelle ! 
-A vos ordres Madame.  Sachez cependant que Sheisare n’obéit pas à quiconque la manie. Votre frère a passé plusieurs année de sa vie à comprendre cet épée et-»
Fenor se mit en garde instantanément.  Un choc métallique retentit dans toute la salle.
« Vous avez encore de bons réflexes !
-Merci Madame. J’espère que la guerre ne vous a pas meurtri.
-Je me porte comme un charme, merci de me le demander ! »
Kiome frappa une nouvelle fois Fenor, qui esquiva le coup et tenta une feinte basse.
« Il n’y a pas que vos réflexes qui soient bons, vous avez toujours l’esprit affûté ! »
Elle se projeta en arrière pour éviter la lame. A peine avait-elle reprit ses appuis qu’elle contre-attaquait déjà. Malgré son âge, Fenor restait un adversaire redoutable, et chacun se réjouissait de croiser le fer à nouveau. Kiome prenait petit à petit l’avantage, acculant Fenor et réduisant ses chances de riposte à chaque coup porté. Alors qu’elle s’apprêtait à désarmer son adversaire, Sheisare sembla se bloquer dans son mouvement. Kiome resta figée un court instant, avant que son arme lui soit arrachée des mains par une force surnaturelle et qu’elle aille se planter au centre de la pièce.
« Que s’est-il passé ? Ne me dites pas que… Cette épée a-t-elle vraiment….
-Si je puis me permettre, je suis étonné d’avoir pu assister à un combat entier sans que Sheisare n’ait décidé d’y mettre un terme. Il semble que vous ayez un grand potentiel en vous Madame.
-Ainsi c’était donc vrai ? Cette arme est vraiment magique… »
Kiome tomba à genoux, abasourdie. Pour elle, cette épée n’était qu’un conte transmis  pour amuser et sensibiliser les enfants à l’histoire grandiose de sa famille. Ce n’était qu’une légende au même titre que les dragons et les chevaliers. Aussi, tous les témoignages des soldats qui avaient combattu au côté de son frère prenaient-ils sens à présent.
« Sheisare, la Lame Souveraine… »
Comment contrôler un tel pouvoir ? Comment s’approprier une telle force ?
« Fenor, comment mon frère contrôlait-t-il cette épée ?
-Il ne la contrôlait pas. Ils combattaient ensemble. Après des années de recherche sur l’épée et après avoir étudié son histoire, il a pu créer une relation avec elle, une relation basée sur le respect, la confiance. Il avait fini par comprendre cette arme, tout comme Sheisare avait su lire le cœur de votre frère. Il a d’ailleurs laissé un journal à votre égard concernant la lame.»
Le majordome tendit un livre scellé par un cachet, dont la couverture de cuir ne portait aucun titre. Des années de recherches y étaient conservées. Kiome l’ouvrit et feuilleta l’ouvrage, dévorant chaque page jaunie par le temps. C’était en quelque sorte l’héritage de son frère, un souvenir impérissable. L’origine de la lame, son arrivée dans la famille Haisoa ainsi que sa transmission, les batailles auxquelles elle avait pris part, sa personnalité et l’étendue de ses pouvoirs, tout était regroupé entre ses mains. Kiome sentit que cet ouvrage était inestimable. Chaque page était couverte d’annotations, de dessins et de croquis. Mais l’écriture changeait radicalement durant certains passages, comme si plusieurs personnes s’étaient relayées pour compléter le journal. Lorsque Kiome questionna son majordome à ce sujet, celui-ci répondit que ce livre était transmis de générations en générations,  et que son frère avait été le dernier à le posséder. Il était désormais du devoir de Kiome de poursuivre les recherches sur Sheisare, au moins en tant que dernière volonté de son ancien propriétaire.
La soirée se déroula calmement, le manoir étouffé par le clapotis de la pluie à la fois lourd et reposant. Fenor et Kiome discutèrent longuement après le dîner, chacun racontant les aventures vécues durant les longues années qui les séparèrent, puis allèrent se coucher.

« Madame, êtes-vous là ? » Le serviteur frappa plusieurs fois à la porte de la chambre, sans aucune réponse en retour. Il était tôt dans la matinée, et Kiome n’avait pas pour habitude de s’attarder au lit. Fenor frappa à nouveau à la porte, cette fois ci avec plus d’insistance, puis ouvrit la porte. La chambre était vide. Le majordome partit à la recherche de sa maîtresse, se dirigeant tout d’abord vers la bibliothèque. Au milieu d’une petite pièce aux hautes étagères couvertes de poussières et de vieux grimoires, assise à un bureau croulant de vieux de papiers et d’anciens ouvrages se trouvait  effectivement Kiome.
« Je vous apporte le déjeuner Madame.
-Merci Fenor, vous pouvez disposer. Oh, nous n'avons pas reçu de réponse des autres membres de ma chère « famille », n'est-ce pas ?
-Aucune lettre n'a été reçue en réponse aux missives que j'ai envoyées.
-Introuvables je supposes.. Ils savent se cacher. Ou bien savent-ils m'ignorer. Ce n'est pas plus mal après tout. »
Fenor cru distinguer une once de tristesse alors que la voix de sa maîtresse mourrait dans le journal qu'elle venait de rouvrir.
« Je vois que vous prenez très à cœur la tâche confiée par votre frère. Cela fait déjà plusieurs mois que vous faites des recherches dans cette pièce.
-Et je suis loin d’avoir terminé. Ce journal est fascinant, et les livres qui y sont cités le sont tout autant. »
Kiome avait lu avec attention le journal de son frère, et il était fait à plusieurs reprises mention d’une magie particulière, spécialisée dans l’invocation d’une panoplie d’armes et armures légendaires que Sheisare était en mesure de contrôler. Ces invocations étaient réalisées grâce à des cercles aux motifs complexes, dont l’énergie était canalisée par l’invocateur. Le journal précisait que la maîtrise de ces cercles, appelés « Sceaux » était particulièrement efficace lors du maniement de Sheisare, et permettait une meilleure symbiose avec l’arme. Kiome étudia durant des mois ces cercles magiques, les annotations qui les concernaient ainsi que la manière de les tracer. Invoquer ne serait-ce qu’une dague se trouva être une tâche éprouvante au début, mais tout comme la Lame l’avait senti, Kiome possédait un grand potentiel, et bientôt elle parvint à faire apparaître plusieurs armes sans trop de difficulté. Mais la magie présente dans ce monde disparaissait progressivement, remplacée par la science et la technologie.  Kiome avait commencé à chercher un endroit qui lui permettrait de continuer ses recherches, une terre vierge de technologie, baignée de légende et de créatures fantastiques qui tiraient leur puissance de la magie ambiante. Elle avait fini par déceler au bout du monde quelques traces de cette magie, mais celle-ci semblait bloquée par une sorte de barrière extrêmement puissante. Dès lors, Kiome commença à rassembler toute l’énergie qu’elle pouvait dans le but de créer un passage au travers de cette barrière.
En étudiant les sceaux d’invocations, elle distingua plusieurs mécanismes récurrents, et parvint à mettre au point une sorte de portail. Mais celui-ci nécessitait une grande quantité d’énergie, à la fois pour traverser la distance qui séparait Kiome de cette terre mystique ainsi que pour traverser l’étrange barrière qui l’entourait. Il ne serait pas opérationnel avant plusieurs mois, voire peut-être plusieurs années. Cependant  le temps pressait, et Kiome ne supportait pas l’idée de rater la seule chance qu’elle avait de poursuivre l’œuvre de son frère. C’était la seule raison qui la poussait à agir, à vivre.
« Fenor, je crains de devoir partir pendant une durée, disons incertaine. Je vous remercie beaucoup pour vos loyaux services, vous êtes libre de partir désormais.
-Ce fut un honneur Madame, mais permettez-moi de rester à votre Service jusqu’à la fin.
-Vous restez exemplaire jusqu’au bout. Nous avons eu de la chance de vous avoir durant toutes ces années. »
Kiome se leva et écarta les bras. Elle se concentra, plusieurs gouttes de sueur lui tombaient du front. Sheisare semblait luire d’une étrange manière tandis qu’elle flottait à ses côtés. Soudain, de vastes cercles iridescents apparurent devant elle, s’alignant, pivotant, formant des motifs harmonieux avant de fusionner en une sorte de porte majestueuse. Le portail semblait fonctionner, restait seulement à savoir s’il pouvait créer une brèche à travers la barrière.
« Adieu mon ami. Portez-vous bien.
-Adieu Madame. »
Fenor s’inclina doucement alors que Kiome entrait dans le portail. Celui-ci disparut en un instant, emportant Kiome avec lui, et la demeure redevint silencieuse pour les années qui devaient suivre. Le majordome rapporta les plats dans la cuisine, les lava et les rangea à leur place, puis  verrouilla chaque porte, chaque chambre et chaque fenêtre. Il descendit chaque rideau, couvrit chaque meuble. Il savait que sa maîtresse ne reviendrait pas, il avait finalement accomplis son devoir. Il sortit de la demeure, son long manteau cachant son corps fatigué par tant d'année de labeur, son large chapeau masquant l’expression triste et vide de son visage alors qu’il descendait la longue allée couverte de peupliers, fermait la grille et s’éloignait des mornes jardins, à l’ombre de la tour. Il n’eut aucun mal à traverser les ruelles sinueuses, laissant derrière ses pas, ses souvenirs.

Kiome se réveilla au milieu d’une sombre forêt. Son corps était vide de toute force, à peine pouvait elle murmurer. Elle savait qu’elle devrait rester allonger au sol pendant encore une journée, mais qui pouvait dire si elle ne se ferait pas attaquer pendant ce temps ? Elle avait réussi à traverser la barrière grâce au portail, mais la dépense en énergie lui avait presque été fatale. Elle avait eu de la chance de passer par une zone moins protégée, son corps aurait été détruit dans un autre cas.
Heureusement, aucune créature ne vint l’attaquer, et le lendemain, elle put se mettre en marche en direction du village le plus proche. Kiome erra dans la forêt pendant des heures avant d’arriver aux abords d’un lac. Au loin, elle aperçut ce qui lui semblait être un château, et elle décida de s’y rendre. Les rives du lac étaient vastes, et sur la surface cristalline semblaient danser des étoiles. « Sûrement la faim et la fatigue » se dit Kiome alors qu'un frisson la parcourait. Il faisait beau, pourtant la chaleur de l'été ne semblait éviter les bords du lac.  Kiome arriva à bout de force au château, s’évanouissant alors même que la gardienne la remarquait.
« Halte qui va- »

« Encore un autre plafond ? » murmura Kiome. Le sommeil avait apporté avec lui de nombreux rêves, où Kiome s'était successivement retrouvée chez elle, bien avant la guerre, puis avant, pendant, après ses nombreuses batailles, et dans de nombreux lieux dont elle ignorait l'existence. Elle étreint alors la couverture qui la recouvrait, comme pour se rassurer de la réalité et du confort du lit dans lequel elle était allongée. Elle se rappela alors son voyage, sa demeure vide, la forêt et le lac, la gardienne et le château. Se redressant brutalement, elle fut prise de vertiges, qui calmèrent ses ardeurs instantanément.
« J'en ai plus qu'assez de dormir et de rester coucher » grommela-t-elle.
« Moi aussi, j'ai déjà assez de travail en temps normal » répondit une voix derrière la porte.
Celle-ci s'ouvrit sur une grande servante portant sur un plateau de quoi déjeuner. Ses cheveux blancs étaient maintenus par une coiffe finement dentelée, ses yeux bleu acier mis en valeur par une courte jupe bleue et un tablier blanc au style similaire à sa coiffe, découvrant de longues jambes nues terminées par des petits souliers noirs. Le regard de Kiome fut un instant attiré par ce qui semblait être une jarretière soutenant une poche à couteau, lorsque la servante l'interpella à nouveau.
« Tu sembles plus vive que lorsque l'on t'a amenée ici. Nous allons enfin pouvoir discuter. Tout d'abord, mange. Même en dormant, jeûner durant deux jours n'est pas bon pour le corps. » Alors que Kiome festoyait des croissants qui lui avaient été apportés, elle fut frappée par ces mots. Cela faisait deux jours déjà qu'elle dormait. Le voyage l'avait réellement épuisée, cela avait été un miracle qu'elle ait pu atteindre ce château.
« Ceci est le Manoir de ma maîtresse, Dame Remilia » Annonça la servante, en réponse aux possibles questions que Kiome allait poser après son repas. « Tu sembles étrangère, je ne t'ai jamais vu ici. Sache que tu es à Gensokyo, le pays de l'Illusion, terres de créatures mythiques et d'un nombre embarrassant de problèmes. »
Elle y était donc arrivée, ses mois de travail avaient porté leurs fruits. Un sentiment chaleureux l'empli à cette idée, elle allait pouvoir mener le rêve de son frère à bien. Elle allait enfin percer les secrets de Sheisare. Kiome tendit la main par réflèxe pour attraper Sheisare, sa main se refermant dans le vide. Une onde d'inquiétude la traversa, chassant sa joie alors que la servante lui annonçait que son épée avait été déplacée et scellée ailleurs dans le manoir, par sécurité. « Inviter un hôte inconnu et évanoui dans cette demeure est exceptionnel, et la sécurité de ma maîtresse prime. » Alors qu'elle terminait cette phrase, la servante se jeta sur Kiome, un couteau placé sous sa gorge. « Ainsi j'aimerai savoir à qui ai-je l'honneur, et que nous vaut cette visite ? » Son ton n'avait pas changé, froid et distant, l'éclat dans ses yeux similaire à celui de la lame pressant le corps de Kiome. « Sais-tu pourquoi nous avons scellé ton épée ? Elle a provoqué beaucoup de dégâts dans l'entrée et a blessé de nombreux serviteurs, ce qui m'a donné encore plus de travail. Nous avons réussi à suivre ta trace jusque dans la forêt. C'était assez simple en vérité, le chemin était tout tracé. Tu as laissé un sillage de destruction, je n'avais jamais vu les fées du lac aussi apeurées. Quant à la forêt, c'était un cercle de mort. Alors je te repose la question. Que nous vaut cette visite ? »
Kiome était pétrifiée. C'était une des rares fois où la peur la prenait tout entière. Elle était  terrifiée par la personne penchée sur elle, mais plus encore par ses paroles. Kiome ne se souvenait pas d'avoir combattu, elle était beaucoup trop faible pour ça. Il n'y avait qu'une seule explication. Sheisare avait défendu Kiome le temps qu'elle trouve asile au manoir. D'après la servante, l'épée avait démontré un pouvoir de destruction inouï. Un pouvoir que Kiome n'avait jamais entrevu lorsqu'elle maniait Sheisare.
« Je suis venu pour étudier cette épée, et pour mon frère aussi » Se risqua-t-elle « J'étais épuisée, et j'ai aperçu le manoir. J'ai marché dans sa direction, et... je ne sais plus trop. »
La servante maintint sa position quelques instants, puis rangea son couteau et repris la posture droite qu'elle avait eu au début. « Dans tous les cas, c'est cette épée, et non toi, qui semble la plus dangereuse. Comme je l'ai dit, ton arrivée a provoqué beaucoup de dégâts ici. Des dégâts qu'il va falloir réparer, d'une manière ou d'une autre. Et sachant que tu n'as aucun endroit où vivre, je pense que tu vas accepter la proposition que je vais te faire. Tu vas travailler ici pendant quelques temps, puis nous t’emmènerons au village humain.
-Que se passerait-il si je refusais ?
-Tu commences dès cet après-midi. As-tu un talent particulier mis à part le combat ? »
La servante avais volontairement ignoré la question que Kiome avait posé. Il n'y avait pas d'alternative à cette proposition, mis à part une menace de mort implicite.
« Je pense oui... La cuisine... Fenor m'avait enseigné cela il y a longtemps.
-Nous verrons cela cet après-midi. Je m'appelle Sakuya, servante en chef au Manoir du Démon  Écarlate. » Elle sortit de la chambre.
Alors que Kiome tentait de mettre en ordre les informations qu'elle venait d'avoir, elle se rappela avoir vu passer un éclair de surprise sur le visage de la domestique lorsqu'elle mentionna le nom de Fenor. Mais peut-être était-ce là encore un des effets de la fatigue.

Quelques fées en uniformes s'affairaient aux fourneaux. En dehors des heures de repas, il n'y avait pas de grande activité en cuisine, Sakuya jugea donc le moment idéal pour tester les talents culinaires de sa nouvelle subordonnée. « Commençons avec quelque chose de simple, j'aimerais tout d'abord voir comment tu travailles. Prépares-moi ce que tu fais de mieux, de préférence une pâtisserie. Je reviens dans une demi-heure. 
-Entendu ! » fit Kiome alors qu'elle relevait ses manches à hauteur de coude. Derrière elle, les étagères débordaient de légumes et fruits frais, des sacs d'épices s'entassaient à l'intérieur des placards, et devant elle se présentait une variété surprenante d'ustensiles de cuisine. Tout était prévu afin qu'un banquet puisse être préparé en urgence. Alors que Kiome coupait, mélangeait et mettait à cuire sa préparation, un sentiment d'effroi pénétrait les fées autour d'elle, mélangée à du dégoût, et une incompréhension totale. Des effluves d'outre-monde parvenaient du four et des poêles, et une mixture informe et noirâtre suintait hors de la cocotte placée sur le feu. Il n'en fallu pas plus pour que chaque domestique fuit la salle, Kiome ne remarquant même pas la disparition de ses nouvelles collègues.
Lorsque Sakuya revint, son visage d'ordinaire composé afficha une peur des plus primaires alors que Kiome lui présentait son plat. La servante avait pourtant vérifié chaque ingrédient, chaque ustensile, elle n'arrivait cependant pas à comprendre comment, à l'aide d'ingrédients pourtant banals, une... chose aussi innommable avait pu être conçue. Ce qui était présent dans l'assiette avait depuis longtemps perdu toute attache à ce monde, et devait le quitter sans plus attendre. Elle s'empressa alors de se débarrasser de ce plat, dans un endroit connu d'elle seule uniquement. Elle jura de ne jamais parler de cet incident à quiconque, et de ne jamais questionner Kiome au sujet de ce plat.
« Je ne crois pas que la cuisine soit ton fort. » murmura-t-elle.
« Tu t'occuperas de faire le ménage dans un premier temps... Demande aux autres fées afin de savoir de quelles salles t'occuper. Quant à moi, je vais aller me rafraîchir un peu.
-Oh vraiment ? » Kiome était déçue de ne pas pouvoir continuer à cuisiner, légèrement offusquée que son plat ait été jeté avant même d'avoir été goûté, mais ça n'était pas la première fois que ce traitement était infligé à ses créations culinaires.
« Et mon épée ? » demanda-t-elle, l'air sérieux.
« Nous verrons cela plus tard. Tu as déjà de quoi t'occuper ici. »
En sortant de la cuisine, Kiome déambula le long des corridors, admirant les tapisseries et les grandes vitres cintrées ponctuant les couloirs. Elle finit par croiser une fée époussetant un tableau semblant dépeindre une forêt au crépuscule, et lui demanda où aller afin de se rendre utile. La domestique lui indiqua la direction de la Bibliothèque, où elle devait apporter plusieurs livres oubliés dans une chambre. Kiome s'empara des grimoires et suivi les indications qu'elle reçut. Le manoir était nettement plus grand que le sien. Piquée par la nostalgie et une pointe de vexation, Kiome accéléra le pas. Les salles étaient très espacées, et elle se demandait comment Sakuya parvenait à circuler aussi rapidement en ces lieux. Peut-être via quelques passages secrets et portes dérobées.
L'imposante porte menant à la Bibliothèque s'ouvrit doucement lorsque Kiome la poussa. Elle était bien plus légère que sa taille laissait supposer. Kiome entra tout d'abord dans une salle emplie d'une douce pénombre, contrastant avec l'éclat du reste de la demeure. Il lui fallut quelques minutes afin de s'adapter à la lumière ambiante blafarde. Elle remarqua alors le gigantisme des lieux. Des étagères gargantuesques se profilaient jusqu'à l'horizon, et le plafond semblait reculer à mesure que Kiome tentait de jauger la hauteur de la pièce.
« C'est impossible... Je ne me souviens même pas avoir vu cette pièce depuis l'extérieur... »
Par chance, les livres qu'elle devait replacer provenaient d'une pile proche de l'entrée. Kiome aperçut une jeune fille assise plus loin, absorbée par sa lecture. Celle-ci releva la tête, vit les livres, et hocha la tête en signe d’approbation. Sa tâche accomplie, Kiome fureta  au travers des allées. Il y avait là de nombreux grimoires précieux dont elle avait découvert l'existence dans son journal. Elle se devait d'en lire le plus possible tant que sa présence était admise dans le manoir. Pouvait-elle les emprunter ? Kiome chercha la jeune fille à nouveau, elle devait surveiller la bibliothèque, et lui demanda si elle était autorisée à sortir quelques livres.
« Tant qu'ils reviennent ici. » La jeune fille n'en dit pas plus. Kiome était ravie de cette réponse, elle ne comptait pas s'enfuir avec tous ces grimoires. Mais elle avait encore une longue journée de travail devant elle. Elle sortit de la Bibliothèque et chercha à se rendre utile ailleurs.
Une ombre se glissa à côté de la jeune fille, toujours en pleine lecture. « Elle semble intéressante, n'est-ce pas ?
-Peut-être. Attendons un peu plus.
-Évidemment. »

Quelques jours plus tard, alors que Kiome aidait plusieurs fées à déplacer une des armoires afin de faire la poussière, Sakuya lui demanda de la suivre. Elle avait un nouveau travail pour elle, et elle aurait certainement besoin d'un outil pour cela. Kiome suivi Sakuya, parcourant les interminables couloirs de lu manoir pendant ce qui lui semblait une éternité. Brisant le silence, Kiome essaya de se renseigner sur cette demeure.
« C'est un énorme manoir Sakuya ? Sais-tu qui l'a construit ?
-Je n'en ai aucune idée.
-Ce n'est pas étonnant, il semble extrêmement vieux, je n'arrive pas à trouver son âge en étudiant le style... D'ailleurs je n'ai jamais vu la maîtresse des lieux. Tu peux m'en dire plus à son sujet ? » La servante esquissa un bref sourire avant de lui répondre.
« Peut-être te couches-tu trop tôt pour la rencontrer ? Ma maîtresse préfère se montrer la nuit.
-Hé bien moi je dors la nuit vois-tu. C'est dommage. 
-Nous sommes arrivés. »
Elles étaient arrivées devant une porte de fer, bardée de runes et de symboles que Kiome avait étudiés durant son temps libre. Sakuya ouvrit la porte, et mena Kiome devant un large sceau tracé au sol. L'air de cette chambre était froid et quelque chose mettait Kiome mal à l'aise, une sorte de manque. Dans un des coins de la pièce, la jeune fille de la bibliothèque somnolait sur un fauteuil.
« Elle est ici, dame Patchouli.
-Oh, oui, oui. Faisons cela vite alors. »
Elle ouvrit un grimoire, puis récita avec une vitesse impressionnante une formule complexe tout en traçant plusieurs figures mystérieuses en l'air. A peine eut-elle finie que le sceau au centre de la pièce se brisa, et qu'un éclair éblouissant traversa la pièce. Au lieu du sceau se tenait désormais Sheisare, flottant à quelques centimètres du sol. Kiome se jeta sur son épée, qu'elle s'empressa de remettre à sa taille. L'épée semblait elle aussi réjouie de retrouver sa maîtresse.
« Je suppose que je dois vous remercier. » Kiome s'inclina.
« Un gardien sans arme, incapable de se défendre ne sert pas plus qu'un portail laissé grand ouvert. C'est pour cela que nous te la rendons. Tu vas garder les portes du manoir pendant un certain temps.
-N'y a-t-il pas déjà une gardienne ? Je crois l'avoir vu, avant de m'évanouir... » Des souvenirs embarrassants la coupèrent net.
« Il y en a une, mais afin de mieux couvrir la propriété, j'ai songé qu'une deuxième ne serait pas de refus. Les rondes seront organisées afin que chacune d'entre vous se charge de l'avant et de l'arrière du manoir. Tu commences par l'avant dès cette après-midi, puis vous échangerez de poste toutes les quatre heures, est-ce clair ?
-Très clair.
-Alors va à ton poste. »
Kiome avait un peu de mal à accepter tant d'ordres. Elle était plus habituée à les donner. Mais l'idée d'avoir retrouvé Shiesare la remplissait de joie, elle était prête à tout maintenant qu'elle était réunie avec son arme.
« Allons donc garder cet étrange manoir. »
Elle parcouru les couloirs jusqu'à l'entrée, où se situait un impressionnant escalier menant aux deux ailes. Elle passa la porte et les jardins, puis se mis en position, le regard errant sur le lac en face d'elle. Cela faisait plusieurs jours qu'elle n'était pas sortie. Le soleil et la chaleur de l'été lui faisait le plus grand bien, alors ce nouveau travail était plus que bienvenu. A la surface du lac dansaient quelques étoiles, le vent poussait les rares nuages égarés dans le bleu du ciel.

Occupation; Mercenaire au village des humains, ex-serviteur de la SDM.
Localisation; Village humain, elle loue une vieille maison en périphérie.

Spell Cards;
Spoiler:
Trap Seal “Steel Coffin”
Kiome souhaite d'abord tester son adversaire. Elle l'enferme sous une carapace de bouclier, traversée par des lances et des épées. La mobilité réduite ainsi que l'impossibilité de prévoir une attaque permet de juger la force.

Puppet Armors “Fantomatic Knights”
Kiome ne souhaite pas encore combattre en personne. Elle invoque donc une troupe d'armures qu'elle commande à distance, en prévenant son adversaire que s'il tente de l'attaquer directement, elle arrêtera de combattre.

Noble Wheel “Ruler Sword”
Dès que sa troupe est défaite, Kiome s'entoure d'épées flottant en cercle. Les épées orbitent autour d'elle à très grande vitesse, et Kiome se rue sur son adversaire, qui doit alors se débarasser des armes avant d'être tranché.

Trap Seal “Seal of Metatron”
Utilisant un de ses rares sceaux piège, Kiome marque son adversaire d'un sceau angélique. Elle invoque alors plusieurs armures divines pourchassant son ennemi. Traqué par les lames des cieux, personne n'échappe à la justice divine.

Sealed Arsenal “Stakes of Purgatory”
Si les cieux ne suffisent pas, Kiome invoque les Pieux du Purgatoire. Ces armes étant antiques et puissantes, Kiome ne les contrôle pas totalement, et préfère même les laisser s'amuser avec son adversaire. La vitesse prodigieuse de ces pieux ainsi que leur comportement erratique amène le chaos dans la bataille.

Piercing Silence “Dullahan Edge”
Kiome se décide enfin à attaquer physiquement. Elle appelle au combat une épée à deux main ayant appartenue à un démon sans tête, et s'empresse de faire connaitre le même sort à son adversaire.
Trap Seal “Chains of Fate”
Sans un instant de répit, Kiome entrave son adversaire à l'aide de chaines titanesque. S'il se fait attraper, Kiome invoque alors une hache de bourreau afin de sceller le destin de son vaillant, mais trop lent adversaire.

Puppet Armors “Iron Guardian”
Se lassant un peu du combat, Kiome invoque sa dernière armure d'élite, le gargentuesque Talos. Si la vitesse et le nombre n'ont pas eu raison de son adversaire, peut-être que la force et la taille réussiront.

AVEC SHEISARE Broken Seal “Sword of Domination”
Ayant réussi à tenir tête à Kiome, la valeur de son adversaire a été plus que prouvée. Kiome décide alors d'empoigner Sheisare, et annonce le duel à venir en faisait appel à une légion d'arme de légendes. S'il faut se battre contre l'avenir, il faut déjà affronter le passé.

Crimson Lord  “Shining Wings of Blades” (survival)
Toutes les armes sont tombées, tous les pièges ont échoué. Ne reste que l'Imperatrice et son Arme. Sa force et sa vitesse décuplée, Kiome engage le véritable duel. La dernière valse d'acier se terminera-t-elle sur une victoire ?

Stage; Un chemin menant à une vaste plaine ou des vestiges (stage 3 ou 4)
Stage thème;  Echoes of a Faraway Battle ~ Ruins of War
Thème; Dance with the Wandering Sovereign ~ Last Waltz of Steel

_________________

Spoiler:
La roue de la Sigie :3


Death VS Loli : 2 - 1

Thx Pooshi et Shakkou et Ephra et Tixies pour le avas qui déboitent des poneys qui toussent et les super sigs de malade!
Godd Job Guyz !



avatar
Remanent
Normal
Normal

Messages : 314
Date d'inscription : 07/12/2011
Age : 24
Localisation : Dans un nuage de couteaux bloqués par le temps (Strasbourg)

Profil Joueur
 : TH12.3 - Soku TH12.3 - Soku
Niveau: Normal
Score: (non communiqué)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Nasty_bdfp le Ven 20 Sep 2013, 7:59 am

J'avais une idée en tête, la voici complète, je donne des points bonus à ceux qui trouvent mes inspirations (j'en ai plusieurs) et les easters eggs que j'ai caché :p

Oh et si des gens veulent bien tenter de donner une image sur mon OC je serai pas contre xD après je vois pas pourquoi mon OC vous intéresserait plus qu'un autre ou qu'un eprsonnage de touhou ou même hors touhous, mais c'est toujours sympa de voir une forme visuelle a une description écrite, surtout que je suis pas doué pour décrire ce que j'ai en tête >_>.

Nom; Runpa
Prénom;Esline
Titre;The spell snatcher.
Age;62 ans. (ce qui est plus jeune que les 3/4 des youkais du jeu >_>)
Espèce;Youkai magicienne.

Physique; Contrairement à l'idée que l'on se fait traditionnellement d'une magicienne, Esline est relativement agile et adroite, et dispose d'un physique relativement souple (sans être pour autant une montagne de muscle loin de là).ses cheveux noirs arrivent au niveau de ses épaules, et une mèche couvre la moitié gauche de son visage. Ses yeux sont verts émeraudes. Esline n'est ni grande ni petite et n'a pas de poitrine. (et contrairement aux memes, elle n'est pas jalouse de celles qui en ont, au contraire)
Esline porte des mitaines, lui permettant de protéger ses paumes de mains tout en gardant ses doigts à l'air libre (ce qui aura son importance) de couleur noir, Elle porte une sorte de shirt, noirs avec des motifs rouges organisés de façon chaotique et sans formes fixes  à manches longues, ouverts sur les flancs et sur la fin des manches, révélant des petits bouts de peau à chaque flanc.

Son pantalon, noir également couvre l'intégralité de ses jambes, tout en s'ouvrant sur le bas, révélant légèrement des mollets et les tabis qu'elle porte comme chaussure.

De petites dagues plates sont cachés sous ses vêtements, mais Esline ne sait pas  vraiment se battre avec une dague. a la place, elle s'en sert pour "stocker" des enchantements ou des sorts sur ces armes pour y avoir accès quand le moment est opportun, sans avoir à "créer le sort sur le moment." (plus de détails sur la partie habilité).

Caractère;Esline est calme, légèrement extravertie et réfléchie. Elle n'a aucune problème pour interagir avec youkais ou humains. Elle n'est pas du genre à se faire remarquer pour obtenir de l'intention, et si elle agit comme tel, c'est sans doute part d'un plan plus complexe.

En effet, Esline a tendance à échafauder des plans, parfois excessivement complexe pour obtenir ce qu'elle désire. Cela peut inclure prendre contact avec une autre personne, la conduire dans un piège, la forcer à se battre et à utiliser ses sorts, ou les manipuler pour les pousser à attaquer quelqu'un d'autre dont leurs magie l'intéresse (plus de détails plus loin). En réalité, Esline a une inventivité souvent débordante, qui la pousse à imaginer des plans excessivement complexes parfois alors qu'il lui suffirait de demander.

Bien qu'Esline n'a pas d'agressivité naturelle face aux humains, elle n'hésitera pas à les attaquer si elle estime cela est nécessaire pour ce qu'elle cherche à accomplir.

Esline est également trop sur d'elle, ce qui la pousse à s'attaquer à des youkais ou humains plus fortes qu'elle. Elle est de toute façon persuadé qu'elle arrivera à imaginer une voie de retraite si les choses tournent mal.

Relations;
Keine Kamishirasawa: Esline a utilisé ses dons de voleuses pour récupérer des vivres volés par d'autres youkais pur le compte de keine, en échange de la permission de pouvoir passer dans le village de temps à autre. Cependant keine la soupçonne d'être à l'origine même de ce vol, juste pour gagner la confiance des humains.
Tewi Inaba: Esline la paye en échange de services rendus par les lapins... comme commettre des vols dans le village des humains, ou attirer d'autres humains dans la forêt pour qu'elle puisse les voler de leurs biens, de leurs sorts, ou leurs rendre service selon ses besoins.
Biographie;
Pas grand chose ici, Esline est une youkai magicienne comme il y en a bien d'autres. Cependant ces sorts sont médiocres tout au plus. Si elle dispose des connaissances suffisantes pour lancer des sorts de haut niveaux, sa puissance magique est loin d'être à ce même niveau.
Son habilité (plus de détail dans la section habilité) lui permet de voler n'importe quel sort, même spell cards. Elle se sert de ses "larcins" pour combattre des youkais ou humains encore plus puissant, et obtenir leurs sorts qui lui permettront de combattre des youkais encore plus puissant.

Pour ne jamais oublier un sort, elle a appris à recréer dans un "compendium" la totalité des sorts qu'elle a découvert, volé, ou créé. Ce compendium, bien que loin du niveau du livre d'Alice, ou de certains grimoires présent dans la bibliothèque du SDM, ce livre contiendrait de nombreux sorts de l'ère contemporaine de gensokyo, et serait donc tout aussi précieux comme archives que les écrits d'Akyuu.... a supposer que quelqu'un d'autre qu'elle parvienne à mettre la main sur ce comptendium. Car Esline n'est pas prêteuse

Bien que reporté dans ce livre, Esline ne dispose pas de la puissance nécessaire pour recréer de nombreux sorts qui y sont présent. Elle est ainsi toujours forcer de voler encore et toujours plus de sorts pour remplacer ceux qu'elle utilise en combat.

Arme(s);Esline dispose de dagues. Ces dagues peuvent lui servir pour se défendre contre un youkai qui lui sauterait dessus, mais elles servent avant tout de réceptacles pour spells. En effet, Esline a appris à enchanter ces dagues, pour palier la limite de 10 sorts de son habilité. Elle transporterait sur elle un total de 8 dagues, toutes dissimulées habilement.

Habilité(s);Faculté de récupérer tout cercles d'invocations magiques et de le stocker sur l'un de ses 10 doigts.
Pour se faire Esline doit non seulement forcer son adversaire à utiliser un sort, mais en plus faut-il qu'elle touche physiquement le sort.
Chaque sort sera stocké sur l'un de ses 10 doigts, sorts qu'elle pourra utiliser comme elle le veux.
Cependant pour chaque sort, Esline devra payer un coût en énergie équivalent à l'énergie dépensé par le cercle d'invocation entre le moment où il a été créé et le moment où Esline a capturé ce sort. Si esline ne dispose pas de la puissance magique nécessaire pour restaurer le sort complètement, le sort reprendra là où il s'est arrêté quand Esline l'a "capturé". Ce qui veux dire, par exemple, si une spellcard s'est arrêté avec 2 secondes restantes, Si Esline utilise ce sort, il ne durera que 2 secondes, à moins de pouvoir payer le coût exigé.

Le terme de "sorts" ne se limite pas aux spells cards, mais également à toute autre magie non sous la forme de spell card, tant qu'un cercle d'invocation existe (si vous avez IN ou EOSD en mémoire, vous savez de quoi je parle).


Occupation; Esline est une voleuse. Elle vole donc. Elle ne vole cependant pas d'argent, elle vole des sorts, ou tout objet qu'un client veux. Que ce soit  un mochi, une statue du temple de Byakuren, ou la seule donnation que Reimu n'ait jamais reçue. Si elle veux un sort, elle peut imagine divers plans, plus ou moins complexes, pour pousser sa cible à utiliser le sort en question et le récupérer lorsqu'une opportunité se présente.
Lorsqu'elle n'exerce pas ses talents, Esline peut travailler sur son compendium pour essayer de recréer les sorts qu'elle a aimé, écrire les sorts qu'elle a réussi à voler, enchanter ses dagues d'autres sorts, bref comme toute autre magicienne, elle cherche à a méliorer sa faculté à utiliser de la magie.
Localisation; près du village des humains. Esline ne s'est "pas encore fait griller" et très peu savent qu'elle est une voleuse. Elle surveille les allées et venus en espérant voir de puissants magiciens pour leur voler leurs spells.

Stage;Stage 4: Bamboo forest, night : Trail of the white rabbit.
Following a white rabbit, falling in a hole and finding a fantastic world, what kind of fantasy is that? Reality is never that fun
Stage thème; Moonlight pursuit, the sour scent of a trap.
Thème;  Dance under the moon, the heir of the Andrésy

Spell Cards;
Je laisse cette section vide, mais les spellcards qu'elle utilise dépende de celle qu'elle vole. Elle dispose malgré tout de quelques sorts de sa propre manche.

_________________
Image morte, je réfléchirais sur ce que je vais faire de cet espace plus tard.
avatar
Nasty_bdfp
Lunatic
Lunatic

Messages : 843
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 26

Profil Joueur
 : TH13.5 - HM TH13.5 - HM
Niveau: Difficile
Score: (non communiqué)

http://www.youtube.com/user/bouledeflipper

Revenir en haut Aller en bas

Re: Character Fan Made-Newcomer To Gensokyo

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 12 sur 14 Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum