Petits OneShot en vrac ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Petits OneShot en vrac ...

Message par Luum le Mar 10 Jan 2012, 10:07 am

Bonjour bonsoir les gens !
Bienvenue dans mon antre située en Enfer proche de chez Rin !
Ici vous trouverez des petits trucs que j'ai fait comme ça sous le coup de l'inspiration, plus particulièrement des OneShot !
Un OS, c'est quoi ? Juste une petite histoire, plusieurs chapitres ou non, qui n'aura pas de suite, mais généralement la suite est imaginable et personnalisable donc. Sauf que les miens, c'est généralement un chapitre d'une page sous Openoffice (en passant presque pas de lignes).
Je prends entre 15 et 25 minutes pour en rédiger un, et l'inspiration vient bien assez souvent donc je me plains pas xD !
Bref, place aux OneShot déjà réalisés :

AyaRin :

Spoiler:


Opposition



Une plume tombant du ciel. Une larme coulant de ses yeux rouges étincelants. Un silence à faire trembler les morts. Un brasier aussi chaud que de la lave en fusion. Un Enfer déserté, depuis peu. Elle était seule maintenant, et personne d'autre n'aurait pu entendre ses pleurs qui retentissaient dans les souterrains à des centaines de mètres à la ronde. Seule à pleurer les larmes de son corps, à genoux sur un rocher, SON rocher, celui sur lequel elle venait toujours l'attendre. Elle savait que dorénavant, il ne servirait plus à rien d'attendre sur ce rocher. Sa faute est inexpiable. Il était trop tard pour en être consciente. Elle ne s'était jamais vue de cette manière là. Elle n'aurait jamais réalisé qu'elle était ainsi sans ce triste évènement. Leur couple était à l'origine même de l'opposition. Il est impossible pour le soleil et la lune de vivre sur le même fuseau horaire, comme il est impossible pour ces deux là d'être ensembles. Cela n'aurait jamais dû arriver. Auraient-elles brisé les interdits en s'aimant ? Et serait-ce l'instinct qui les auraient punies ? Plus ses larmes coulaient, plus elle s'enfonçait dans des questions sans réponses. Elle s'imaginait simplement que l'autre la détestait de toute son âme maintenant. Elle n'a plus l'envie de rien et se perd dans ses larmes aux reflets rouges, qui s'évaporent aussi vite qu'elles ne coulent dans cet endroit. Le résonnement de ces cris de désespoir dans ces cavernes désertées sonne comme une douce berceuse. Cette berceuse remonte jusqu'aux oreilles de l'autre concernée, toujours en plein vol, le visage vide. Alors que cette mélodie arrivait à ses oreilles, elle s'arrêta net. Elle n'était pas en colère, elle ne la détestait pas, elle ne souhaitait pas cela. Elle se demandait comment les choses en étaient arrivées là. Les questions étaient les mêmes de chaque côté, mais après cet évènement, jamais elles n'arriveraient à se revoir l'une l'autre. Aux côtés des plumes noires qui tombaient telles des feuilles mortes en automne se joignirent de fines larmes, alors qu'elle fermait les yeux pour n'entendre que cette berceuse qui résonnait. Savait-elle ? Oui, elle avait compris ce qu'était cette musique venant des profondeurs des Enfer. Elle savait. Elle l'a toujours su. Elle la connaît mieux que quiconque. Elle était la seule à pouvoir créer une telle mélodie avec ses sentiments. En retour, elle lui offrit aussi une mélodie à sa manière. En plus de ses larmes, elle ajouta ses battements d'ailes pour accompagner cette musique douce et mélancolique. A elles deux, elles produisirent un magnifique spectacle musical dont se délèctèrent les habitants des souterrains. Toutes ces personnes pouvaient ressentir la tristesse au travers de cette mélodie, mais personne d'autre que ces deux qui la produisaient n'aurait pu comprendre les sentiments au travers de ces larmes. Malgré cette union “contre-nature”, elles ne pouvaient s'empêcher de s'aimer et ne pouvaient détâcher ce lien l'une envers l'autre. L'une représentait le ciel, l'autre les Enfer. L'une est un oiseau, l'autre un chat. L'une voyage à travers le continent et fait bon vivre, l'autre est presque toujours sous terre et s'occupe de cadavres. Et en sachant tout cela, rien ne les arrêta. Jusqu'à ce jour. Mais au travers de ces pleurs et de la mélodie formée par l'union de ce couple, si l'on prêtait bien l'ouïe, l'on pouvait entendre une mélodie réconfortante, pleine de vie et qui réchauffe les coeurs. Jamais les habitants des souterrains n'eurent une si belle mélodie qui traversa leurs oreilles. Et ils purent entendre que les “instruments” à ces musiques changaient au fil du temps, allant de plus en plus sur un ton assuré et plein de vie. Chacun eût son interprétation de cette mélodie, mais seules la kasha et la tengu à l'origine de ces notes musicales pouvaient donner toutes les vraies significations à celles-ci.

SuikaRan :

Spoiler:


Soleil et cerisier

C'était encore une belle journée ensoleillée qui s'annoncait alors que la oni faisait une petite sieste sur le toit du temple Hakurei. Pas un chat, Orin étant une kasha, aux environs. Elle sirotait tranquillement à sa jarre son sake habituel et profitait de la brise légère qui effleurait sa peau. Reimu s'était absentée pour une quelconque course, elle pouvait donc procrastiner sans risque de réprimandes. Elle aurait préféré la revoir plutôt que de ne rien faire, mais il lui était bien trop difficile d'être tranquille si elle allait à sa rentcontre. « L'autre vieille peau qui glousse » les aurait espionné et on ne sait jamais à quoi s'attendre avec elle. Son début d'après-midi qui s'annoncait si bien ne pouvait continuer ainsi. Elles avaient tellement peu d'occasion de se voir à cause de divers problèmes, et elle tout comem sa partenaire ne pouvant rien y faire, elle frappa du poing sur le toit en pestant la difficulté de cette relation. Alors qu'elle venait de réaliser son erreur et qu'elle constatait l'étendue des dégâts qu'un « petit coup de poing de rien du tout, même pas, une pichenette », comme elle le disait si bien, avait pu faire au toit du temple de Reimu, elle réfléchissait déjà à un moyen de le réparer. Cependant, une voix qui lui semblait très familière se fit entendre.
« Suika … C'est toi ? »
A ces mots, elle pointa le bout de sa tête du haut du toit pour scruter l'entrée du temple.
C'était bien elle. Alors qu'elle ne pensait pas avoir de moyen de la voir, elle était venue jusqu'ici, seule jusqu'à preuve du contraire. Sa silouhette toujours aussi harmonieuse, aussi imposante, de par sa taille mais aussi ses queues qui oscillaient très légèrement au vent. Toujours les bras croisés sous ses manches, toujours bien droite. Ses queues d'ordinaire d'un jaune doré brillaient encore plus sous l'effet du soleil et de ses reflets. Suika, tellement heureuse de revoir sa bien-aimée ainsi, lui sauta dessus sans retenue du haut du toit. Ran eu tout juste le temps de la voir arriver afin de la ratrapper, mais ne pouvant empêcher sa propre chute au sol, qu'elle réussit tant bien que mal à amortir à l'aide de ses queues.
« Ran, toi ici ! Que je suis contente, toi ici à cet instant même ! » s'exclaffait Suika en en pleurant presque de joie et de soulagement.
« Oooof … Toujours aussi démonstrative … Tu n'as pas trop peur que Reimu nous entende ainsi ? »
« Reimu n'est pas là ! On est seules ! Tranquilles ! »
A ces mots, la kitsune se détentit et prit la petite oni dans ses bras afin de s'assoeir sur le rebord du temple. Elle déposa un petit paquet qu'elle avait réussit à sauver de la charge de Suika de justesse. La oni fut intriguée, et sans lâcher son étreinte (qu'elle modérait pour ne pas étouffer Ran) elle pris le petit paquet emballé d'un air inquisiteur.
« Tu peux l'ouvrir, c'est pour toi. » fit Ran en souriant paisiblement.
Suika n'eût pas besoin qu'elle le lui dise une deuxième fois et déballa avec attention le paquet qu'elle tenait dans sa main. Il contenait une bonne dizaine de petits gâteaux que Ran semblait avoir fait elle-même il y a peu.
« C'est la période pour des gâteaux aux pétales de cerisier. De plus, c'est très bon avec du sake. C'est fait maison aussi. Pour toi. » affirma-t-elle en rougissant légèrement avec un léger sourire.
La oni la serra contre elle et la caressa doucement le long du dos avant de saisir un gâteau.
« Allez, allez, fais « aaaaaah » ! » fit-elle, impatiente.
Ran ouvrit la bouche afin que Suika lui fasse croquer dedans. A peine avait-elle terminé sa bouchée que la oni déposa un baiser doux et langoureux sur ses lèvres. Ran ne rechigna pas le moins du monde et fut même agréablement surprise. Elle en profita pour caresser avec attention les longs cheveux de Suika.
« Ils sont définitivement plus que parfait comme ça ! » confirma Suika.
L'après-midi qui avait si bien commencé pouvait continuer, et se dérouler on ne peut mieux que ce que Suika aurait pu imaginer. Et pour le toit ? Après un tel moment, même une forte réprimande de la part de Reimu n'aurait pu avoir raison du bien-être de Suika.

Voilà, aussi point intéressant ptet ...
Je prends les commandes, si vous demandez un personnage, deux personnages, du yuri soft, du R-16, du R-18, etc ... Demandez ce que vous désirez ! Je préfère du Touhou, je suis calé sur les personnages et l'univers donc c'est plus simple pour moi. Si vous désirez autre chose d'un autre Univers, du cross en deux Univers, hésitez pas, mais donnez une fiche du personnage ou des personnages que je suis pas susceptible de connaitre, merci ! ^^

_________________

Tyvm à Ngsh pour le kit ava/sign ~ !

"C'est une histoire du temps où la miko Reimu était encore petite, et où la youkai qui se nourrit d'humain encore grande ... Et d'une prêtresse inconnue."

......_███_
☢ (=`ω´=)☢ This is totally KoishiRinUtsuho. Or more like UtsuhoxRin with a hat §§

Luum
Thoughtful Kasha
Thoughtful Kasha

Messages : 1047
Date d'inscription : 13/06/2010
Age : 25
Localisation : Gensokyo's Subterranean

Profil Joueur
 : TH12.8 - FW TH12.8 - FW
Niveau: Difficile
Score: Extra FW - 70.490.650 - 0.1%

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum